Aller au contenu principal
Font Size

[Lanaud] Une vente de haut niveau

Les 10 et 11 mars, la vente de la 3ème série de taureaux limousins issus de la station nationale de qualification de Lanaud s'est tenue dans de bonnes conditions.   

Cette vente s'est tenue tout juste quelques jours avant la mise en oeuvre des mesures liées à la crise sanitaire du Covid-19. La captation et la diffusion en direct de l'évènement a permis à tous de suivre les ventes et de participer aux enchères. Au total, neuf mâles de la catégorie "espoir" et seize "RJ" partent à l'export sur six pays différents. "Félicitons également les éleveurs français qui ont été actifs pour cette vente et, malgré les difficultés rencontrées, continuent d'investir en la génétique.Cette année 2020 est particulière pour la Limousine avec le concours national à Limoges et le congrès international en septembre" rappelle le communiqué du Pôle de Lanaud.

Chez les espoirs, 44 jeunes taureaux ont été vendus parmi les 58 présentés. "Le taux de vente de 76 % est satisfaisant et démontre que les acheteurs étaient au rendez-vous". La moyenne des prix s'est établie à 3114 euros, avec un top price de 5 000 euros pour Pluton.

"Pluton se caractérise par une bonne rectitude du dessus, un basin régulier et une cuisse large et rebondie. Il bénéficie du label génomique "vêlage +" et est remarquable pour son potentiel de croissance." Il est né chez Annick Le Maux (Creuse) et a été acheté par le Gaec de Villechabut (Creuse).

Premier, né au Gaec de Fontenille (Aveyron), et Pollux, de chez Serge Astruy (Aveyron) ont franchi la barre des 4 000 euros.

Chez les RJ, le record a été décroché par Pompon, né à l'EARL Blaiteau (Maine-et-Loire). Il a été adjugé 14 700 euros à l'Earl Robert-Le Thiec et l'Earl R.D. (Morbihan). "C'est une fils de Lupin RR VS sur Hifi RRE très large dans son dessus, avec un bassin long et très ouvert, une cuisse bien dessinée et possède de bonnes qualités de race." Il a obtenu le label "vêlage +" pour ses facilités de naissance et est remarquable pour son potentiel de développement squelettique.

D'autre part Oroch, né chez Jean-Philippe Brossillon (Indre-et-Loire), a été vendu 10 000 euros. C'est un fils de Maestro espoir sur Jarre TA RP1.

Et 100 % des RJ ont trouvé preneur, avec un prix moyen de 5 180 euros.

 

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande