Aller au contenu principal

La vaccination plutôt bien perçue

Maladies respiratoires. Une enquête a été menée pour analyser la perception de la vaccination par les éleveurs. Elle est bien perçue par les engraisseurs, mais les naisseurs émettent certaines réserves.

Le futur projet « Welhbeef » visera à combiner les pistes de solution : diminuer le stress, améliorer l’immunité et expérimenter une démarche filière depuis le naisseur jusqu’à l’engraisseur.
© F. d'Alteroche

Les maladies respiratoires sont le problème n° 1 dans les ateliers d’engraissement. Vacciner les broutards de façon préventive est une solution mise en place par beaucoup d’éleveurs. Elle renforce l’immunité des animaux maigres et les rends plus résistants aux pathogènes, en particulier au cours des premières semaines suivant la mise en lot, période la plus à risque. Pour mieux connaitre leur perception de la vaccination, l’Institut de l’élevage a réalisé en 2015 une enquête auprès de 32 éleveurs naisseurs et/ou engraisseurs, 6 négociants et 6 vétérinaires. « La vaccination est plutôt bien perçue. 90 % des éleveurs vaccinaient leurs animaux. 70 % considéraient que « ça coûte cher, mais c’est rentable », et 10 % considéraient que c’est inutile », expliquait Béatrice Mounaix, chef de projet bien-être animal à l’Institut de l’élevage, à l’occasion de la conférence Grand Angle Viande organisée en novembre dernier par ce même Institut.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Jean-Pierre Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
Jean-Paul Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
La loi Egalim 2 et l’obligation de contractualisation ont pris du retard. Négociant dans l’Aveyron, Jean-Paul Boyer n’a jamais…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Flavien Fayolle mesure 1,75 mètre et malgré un été caniculaire très déficitaire en eau son switchgrass en seconde année de végétation a réalisé une belle croissance.
Deux hectares de panic érigé pour réduire les achats de paille de litière
Pour remédier en partie à leur déficit en paille, les associés du Gaec Fayolle en Corrèze ont semé l’an dernier quatre parcelles…
Les derniers chiffres de la décapitalisation en élevage bovin

Entre décembre 2016 et décembre 2021, le troupeau allaitant français a perdu 330 000…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande