Aller au contenu principal

La vaccination plutôt bien perçue

Maladies respiratoires. Une enquête a été menée pour analyser la perception de la vaccination par les éleveurs. Elle est bien perçue par les engraisseurs, mais les naisseurs émettent certaines réserves.

Le futur projet « Welhbeef » visera à combiner les pistes de solution : diminuer le stress, améliorer l’immunité et expérimenter une démarche filière depuis le naisseur jusqu’à l’engraisseur.
© F. d'Alteroche

Les maladies respiratoires sont le problème n° 1 dans les ateliers d’engraissement. Vacciner les broutards de façon préventive est une solution mise en place par beaucoup d’éleveurs. Elle renforce l’immunité des animaux maigres et les rends plus résistants aux pathogènes, en particulier au cours des premières semaines suivant la mise en lot, période la plus à risque. Pour mieux connaitre leur perception de la vaccination, l’Institut de l’élevage a réalisé en 2015 une enquête auprès de 32 éleveurs naisseurs et/ou engraisseurs, 6 négociants et 6 vétérinaires. « La vaccination est plutôt bien perçue. 90 % des éleveurs vaccinaient leurs animaux. 70 % considéraient que « ça coûte cher, mais c’est rentable », et 10 % considéraient que c’est inutile », expliquait Béatrice Mounaix, chef de projet bien-être animal à l’Institut de l’élevage, à l’occasion de la conférence Grand Angle Viande organisée en novembre dernier par ce même Institut.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Les atouts du caillebotis pour les vaches allaitantes
Les stabulations intégrant au moins une partie de caillebotis sur fosse sont courantes en élevage laitier, plus rares en système…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande