Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Trois questions à Germain Milet
La Turquie veut favoriser les engraisseurs locaux

Agroéconomiste à l’Institut de l’élevage, Germain Milet est tout particulièrement en charge de l’analyse des exportations de bétail vivant sur les pays tiers.

Germain Milet. "Les importations croissantes de bétail maigre en Turquie correspondent à la volonté de s’approcher de l’autosuffisance avec des animaux finis sur place. "
© DR
Pourquoi les Turcs importent-ils de plus en plus de bétail maigre et non de la viande finie pour satisfaire la progression de leur demande intérieure ?

Ils importent effectivement de plus en plus d’animaux maigres, mais la part de leurs importations sous forme de viande est loin d’être négligeable. En 2016, la Turquie avait importé 20 000 tec de viande bovine (-15% par rapport à 2015) dont 8 000 tec en provenance de Bosnie Herzégovine et 9 000 téc de Pologne, en particulier dans le cadre d’appels d’offre publics. En 2017, ces importations ont atteint 28 000 téc dont 16 000 téc en provenance de Pologne, 4 500 en provenance de Bosnie et 3 000 en provenance de France. Ces importations ont souvent lieu au moment du Ramadan du fait d’un surplus de consommation à cette période de l’année.

Les importations croissantes de bétail maigre correspondent à la volonté de s’approcher de l’autosuffisance avec des animaux finis sur place, mais ils traduisent aussi le choix de faire tourner l’économie locale, qu’il s’agisse des ateliers d’engraissement ou des outils d’abattage. Avec ces animaux finis sur place, les autorités turques entendent pouvoir donner du travail à leurs éleveurs et à leurs abatteurs. Les abats sont également très prisés, tout comme les peaux. L’industrie du cuir et sa transformation est un secteur très important pour l’économie de la Turquie. Ce pays est d’ailleurs un acteur majeur et croissant pour les importations de cuirs et peaux de bovins comme d’ovins. Le fait de pouvoir disposer des peaux n’est bien évidemment pas la première motivation pour importer des bovins vivants, mais cela y contribue forcément. 

Comment est décidé le nombre de bovins maigres qui pourront être importés ?

C’est le pouvoir central qui gère les volumes importés. Ces décisions sont prises par l’ESK (Etve Süt Kurumu, Agence du lait et de la viande) qui est l’agence d’État qui réalise entre autres les appels d’offre publics pour l’achat de viandes (essentiellement bovines) et d’animaux vivants (bovins, ovins, caprins). Un de ses objectifs est de limiter le volume des importations de viande et bovins finis pour favoriser l’activité des engraisseurs locaux, tout en faisant en sorte que le prix de la viande sur le marché intérieur ne soit pas trop élevé. Donc, si pour atteindre ce double objectif, ils considèrent qu’il faut bloquer les importations de broutards pour les engraisseurs, cela ne va pas les déranger. Le gouvernement turc n’hésite pas à prendre des mesures très autoritaires. Par exemple, fin 2016, le prix du lait peu attractif avait incité les producteurs laitiers à abattre un grand nombre de vaches. Mais, comme le gouvernement a estimé que ce phénomène risquait de pénaliser la future production laitière, ils ont momentanément interdit l’abattage des vaches laitières !

Si la Turquie a commencé à importer de plus en plus de bétail maigre depuis le début des années 2010, cela découle de la progression de la consommation, laquelle est très liée à la hausse de la population et à l’amélioration du niveau de vie. L’importante décapitalisation laitière de 2007-2008 avait eu un impact sur le nombre de veaux disponibles pour les ateliers d’engraissement et s’est traduite par une chute de la production de jeunes bovins dix-huit mois plus tard, avec une hausse du prix des JB faisant suite à cette réduction des disponibilités. C’est cette hausse des cours qui avait poussé en 2010 le gouvernent turc à rouvrir son marché, lequel était fermé depuis 1996 du fait de l’ESB. Depuis, le marché s’ouvre et se ferme au vif ou à la viande selon les décisions de l’ESK pour stabiliser les prix sur le marché intérieur.

Quels sont actuellement les principaux fournisseurs en bétail maigre de la Turquie ?

C’est d’abord l’Amérique du Sud, et plus particulièrement l’Uruguay et le Brésil. C’est lié au tarif des animaux dans ces pays mais également à des disponibilités conséquentes. Le prix du bétail maigre sud-américain n’est pas facile à appréhender en euros. C’est lié aux récentes fluctuations de parité monétaire entre la livre turque, le peso uruguayen et le réal brésilien. Ces animaux sont moins chers que les bovins européens mais il est difficile de dire précisément de combien. Une chose est certaine, la FCO a permis aux exportateurs sud-américains de revenir en force sur ce marché. La progression des volumes qu’ils ont exportés sur la Turquie depuis deux ans est impressionnante.

Même si leurs volumes restent inférieurs, les pays de l’Est de l’Union européenne (Hongrie, Slovaquie, République Tchèque, Roumanie…) et l’Irlande exportent également pas mal d’animaux vers la Turquie. Ils proposent des bovins de type laitier ou croisés, mais également des broutards de races à viande spécialisées. Il existe également un flux important de génisses reproductrices.

Pour ce qui est des exportations de broutards français vers les ateliers turcs, il y a désormais près de dix-huit mois que les négociations ont été entamées pour alléger l’actuel dispositif sanitaire. Mi-mai, elles se poursuivent activement mais il est pour l’instant absolument impossible de prédire quelle en sera l'issue.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Vignette
La baisse de production se confirme
La décapitalisation bovine française se confirme, accentuée par l’impact sanitaire de la FCO. Les disponibilités en animaux…
Vignette
'Astuce' Un araseur de bouses et taupinières
À Saint-Aubin-en-Charollais en Saône-et-Loire, Simon Dumontet a réalisé un outil bien pratique pour niveler le sol et araser…
Vignette
De la sécurité avec des méteils semés sous couvert de prairies
Chez Denis Briantais en Indre-et-Loire. L’éleveur s’est relevé des crues de 2016 et a passé 2018 sans trop de problèmes, grâce en…
Vignette
"L'accord avec le Mercosur semble n'avoir jamais été aussi proche"
Dans un communiqué du 28 mai, la FNB appelle une nouvelle fois le gouvernement à répondre concrètement à ses interrogations. L'…
Vignette
En Argentine, cherche gaucho désespérément
Pour les propriétaires et gérants d’estancias, pas facile de trouver le gaucho idéal. Dur et mal payé, le métier peine à attirer…
Vignette
Quatre systèmes fourragers décortiqués
Inosys - réseaux d’élevage des Pays de la Loire et des Deux-Sèvres - a comparé, pour un naisseur-engraisseur avec 70 vêlages,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande