Aller au contenu principal

La station balnéaire de Vieux Boucau, bel écrin pour fêter la Bazadaise

Le National Bazadais a été le seul concours national rassemblant des bovins adultes à avoir pu être organisé cette année. Les inconditionnels de cette belle race du sud-ouest se sont retrouvés à cette occasion à Vieux-Boucau sur la Côte Landaise. 

Même si elle fait d’abord partie des stations balnéaires réputées de la Côte Landaise, Vieux-Boucau-les-Bains est aussi à l’occasion un lieu propice à l’organisation de concours d’animaux d’élevage. Du 11 au 13 septembre, un total de 105 bovins bazadais provenant de 17 élevages ont permis de mettre en évidence tous les atouts de cette jolie vache grise du Sud-Ouest sur le terrain de pelote municipal à l’occasion de la journée départementale de l’élevage couplée qui plus est cette année au concours départemental de la Blonde d’Aquitaine. Autant d’éleveurs contents de se retrouver et de mettre en avant leurs meilleurs animaux. Le jugement avait d’ailleurs été pour partie confié à Jean Basta, ancien technicien bovins croissance et jeune éleveur de Blonde du département officiant d’ailleurs également très régulièrement dans les concours Blonds.

Cette manifestation a été organisée avec l’actif soutien d’Hervé Lard, lui aussi éleveur de Blonde d’Aquitaine et Président de la Fédération départementale des comices qui est l’instigateur de ces concours de bovins en bord de mer. Il avait en effet été à l’origine du concours National Blond de Vieux Boucau en 2007, lequel est resté dans la mémoire de tous les inconditionnels de la génétique Blonde d’Aquitaine tant par la qualité de l’organisation que par le côté festif et convivial de la manifestation lié à la proximité de l’océan.

National Bazadais tous les deux ans

« En Bazadais notre concours National est organisé tous les deux ans et le principe est qu’il soit alternativement organisé dans l’un des cinq départements (Gers, Gironde, Landes, Hautes-Pyrénées et Pyrénées Atlantique) où nous avons un syndicat de race » souligne Marion Lapoujade, technicienne d’Excellence Bazadaise, l’Organisme de sélection de la race. Il y a actuellement un total de 167 élevages cotisants à l’Organisme de sélection et le gros des effectifs participants au concours provenait donc logiquement de ces cinq départements avec une dominante d’élevages landais et girondins. Le cheptel bazadais français totalisait l’an dernier pratiquement 4 000 vaches reproductrices et à peu près autant de génisses destinées dans un proche avenir à les remplacer. Une majorité des élevages et des animaux sont situées dans l’ancienne région Aquitaine avec un fort contingent pour le seul département de la Gironde. « Nous avions cette année un élevage de Moselle et un autre venu de l’île d’Oléron en Charentes Maritime. Le Covid a contribué à nous mettre la pression en amont de notre manifestation, mais au final tout s’est très bien passé. » poursuit Marion Lapoujade.

Même si début septembre la saison touristique est déjà bien avancée, la météo estivale fait qu’il demeurait de nombreux touristes. Après avoir profité du soleil et des vagues de la côte atlantique, une partie d’entre eux ont également appris à mieux connaître toutes les particularités de cette race dont le fief est à Bazas en Gironde à guère plus de 150 km de Vieux Boucau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande