Aller au contenu principal

Débouchés
La stabilisation de la filière bio pourrait conforter la place des boeufs

Les boeufs ont perdu beaucoup de terrain dans la filière biologique pour les mêmes raisons qu´ailleurs. La stabilisation de la filière pourrait cependant leur réserver quelques opportunités.


« Un mâle sur trois né dans un élevage bio était, il y a une vingtaine d´années, conduit en boeuf. Aujourd´hui, ce doit être le cas d´environ un mâle sur six à un mâle sur dix », estime Philippe Cabarat, éleveur dans la Nièvre et président de la commission viande biologique d´Interbev. « Il existe par ailleurs une petite filière de broutards exportés vers l´Italie pour y être engraissés, puis vendus en filière bio, qui absorbe peut-être 5 % des broutards qui sortent des élevages français. La filière jeunes bovins bio en France est pour l´instant anecdotique. » Finalement avec la conjoncture actuelle, la majorité des veaux mâles issus des élevages bio sont commercialisés en broutards conventionnels.
L´alternative pour valoriser les mâles en filière bio que constitue le veau rosé de 150 kilos de carcasse n´a pas non plus pris beaucoup d´ampleur. Quand le marché du broutard conventionnel est bon, cette option est peu attractive étant donné la quantité de travail supplémentaire qu´elle représente. De plus la prime créée en 2003 pour ces animaux n´a pas été capitalisée en DPU (car hors période de référence), rendant cette production d´autant moins attractive. Ce sont surtout des petites femelles qui sont valorisées en veau rosé.

Les boeufs bio sont produits assez âgés et lourds, ils fournissent des carcasses semblables à celles des boeufs traditionnels. ©S. Bourgeois


Contractualisation
Les boeufs sont produits assez âgés et lourds dans les élevages bio. Par rapport au boeuf conventionnel ou label, dont le type de carcasse est très proche, le boeuf bio a pu être moins bien valorisé à cause des faibles volumes disponibles rendant la régularité sur l´année des sorties d´animaux particulièrement problématique. « Aujourd´hui la filière bio est en légère sous-production par rapport à la demande donc génisses et boeufs ont quelques opportunités », estime Jérôme Pavie de l´Institut de l´élevage. Pour Philippe Cabarat, « la structuration en cours de la filière peut conforter la place du boeuf, en passant par la contractualisation et en travaillant sur la durée. »
En 2005, parmi les 7510 animaux de race à viande commercialisés en filière organisée bio, 22 % étaient des boeufs, selon Jean-François de Glorie, animateur de la commission viande biologique d´Interbev(1). Pour les animaux issus de troupeaux laitiers, les boeufs ont représentés 14 % de l´effectif total de 5371 animaux.

(1) En ce qui concerne la vente directe, il n´y a pas de chiffres disponibles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande