Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Herses de prairies
La scarification est plus difficile que l´ébousage

Le marché de la herse à prairie est occupée par différents types de matériels. Autant l´étaupinage et l´émoussage sont faciles, autant la scarification n´est pas à la portée de tous les matériels.


Le marché des herses de prairie est notamment occupé par de nombreux constructeurs locaux qui conçoivent des machines répondant d´abord aux besoins locaux. Et l´offre en la matière a eu tendance à grossir ces dernières années. « Mais la herse de prairie idéale n´existe pas actuellement », estime Jean-Claude Penaud conseiller machinisme dans la Haute-Vienne .
Les fonctions d´ébousage et d´étaupinage sont plus ou moins accessibles à toutes les machines proposées sur le marché. Pour cela, il suffit d´avoir des rabots ou des lames assez agressives. Pour émousser, des dents étrilles ou des dents vibrantes feront l´affaire, voire des dents rigides. Ces dernières peuvent toutefois être trop agressives. Pour que l´émoussage soit efficace, les passages de dents doivent être rapprochés (3 à 3,5 cm). Il faut toutefois garder un dégagement suffisant entre dents pour l´évacuation des débris.
©Joskin

Pour scarifier, il faut utiliser des outils lourds
Afin de scarifier le sol à plusieurs centimètres de profondeur, les herses peuvent recevoir des lames fixées sur le châssis ou montées sur des dents vibrantes. « Ces matériels ne donnent pas tous satisfaction, soit parce que les éléments scarificateurs ne sont pas efficaces, soit par manque de poids », remarque Jean-Claude Penaud. « Certains constructeurs tels que Ponge et Durand sont parvenus à concevoir des outils lourds qui permettent aux lames scarificatrices de pénétrer le sol. Mais ces matériels sont plutôt des étaupineuses-scarificatrices et ne sont pas adaptées à l´émoussage ou à un passage derrière un épandage de fumier ».
Selon le conseiller machinisme, la herse de prairie idéale comporterait une rangée de lames niveleuses-étaupineuses, une rangée de lames scarificatrices sur dents vibrantes et cinq ou six rangées de dents étrilles (pour avoir un dégagement entre dents important). « Le problème est d´avoir une machine suffisamment lourde pour permettre aux lames scarificatrices de pénétrer le sol tout en laissant une marge de réglage pour les dents étrilles ».

Les éléments scarificateurs ont également l´inconvénient de remonter des cailloux en surface, ce qui peut endommager la faucheuse ou l´ensileuse.
La vitesse de travail des herses de prairie reste généralement limitée à 5-7 kilomètres/heure, car les pièces qui les composent sont assez rigides.
Même si elle ne permet pas de scarifier, la herse étrille offre l´avantage par rapport aux herses de prairie, d´un débit de chantier important et d´un bon suivi des dénivellations du terrain.
©Durand


La herse étrille pour étaupiner et émousser
Une herse étrille équipée de dents de huit millimètres de diamètre peut émousser, voire étaupiner et ébouser en lui ajoutant des racloirs. « Pour être efficaces, les racloirs doivent être montées en quinconce sur les deux rangées de dents arrières », insiste Jean-Claude Penaud. Attention à l´achat, au type de fixation des dents sur la herse. Les dents qui ne sont pas maintenues fermement ont tendance à bouger verticalement dans leur logement, et cassent plus facilement, notamment en utilisation sur prairie.
La herse étrille est plus délicate à utiliser car elle doit être réglée correctement. « Je considère que la herse étrille est bien réglée si, au travail, elle est assise sur l´arrière et que les roues de jauge l´empêchent de piquer vers l´avant. Dans ce cas, on peut travailler à plus de 10 kilomètres/heure. Si elle est mal réglée, les panneaux extérieurs ont tendance à sauter et cela peut entraîner de la casse ».

Mais équipée avec des dents de huit millimètres, la herse devient trop agressive pour être utilisée en désherbage de céréales. Elle perd donc de sa polyvalence. A moins de changer les dents une à une ou de remplacer les panneaux complets, ce que propose le constructeur Richard-Breton.
©Richard-Breton

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.

Vous aimerez aussi

Vignette
Le mûrier blanc : une ressource fourragère à fort potentiel
Valeur alimentaire et rendement placent cette essence sur la même ligne que la luzerne sur le plan de l’intérêt fourrager. Les…
Vignette
[VIDEO] Salers : un premier taureau sans cornes présent à Paris
Renaud Le Morvan, installé en Corrèze, a participé au concours de la race Salers du Salon de l'agriculture de Paris.…
Vignette
De la difficulté d'engraisser tous les mâles bio
Le nombre de cheptels et la demande en viande bio sont en progression. Mais en allaitant, le potentiel est sous-utilisé. Il…
Vignette
Ne pas négliger la fertilisation des prairies
Pour maximiser la pousse de l’herbe et entretenir la fertilité des sols, il est important de bien raisonner la fertilisation des…
Vignette
Caussade Semences présente le soja Wendy PZO

Caussade Semences présente également le soja Wendy PZO,  de précocité groupe 1. "Il s’agit d’une plante haute, dotée…

Vignette
Une caméra time-lapse pour observer les animaux H24
Que se passe-t-il dans le bâtiment quand vous n’y êtes pas ? Le film de la vie des vaches 24 heures sur 24, recueilli grâce à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande