Aller au contenu principal

Concours national
La Salers fait un retour en Chataigneraie

Saint Mamet la Salvetat, dans la Châtaigneraie cantalienne a accueilli fin septembre le 139° concours national Salers.

Saint Mamet la Salvetat, à quelques kilomètres au sud d’Aurillac accueillait fin septembre le dernier National Salers. Une petite infidélité à l’habituel site de Mauriac qui a favorisé la participation des éleveurs de la Châtaigneraie tandis que bien des habituels participants venus du nord Cantal ou du Puy de Dôme avaient déclaré forfait. « Il y a ici de belles infrastructures, bien adaptées à l’organisation de ce type de manifestation. Stratégiquement parlant, il était important de venir dans le sud du département. » expliquait Bruno Faure, directeur de l’Organisme de Sélection.


Dans cette partie du Cantal, les effectifs Salers ont en effet eu tendance à s’éroder ces dernières années au profit en particulier de la Limousine. L’amélioration de la conjoncture a ragaillardi le moral des troupes. Pour autant, l’embellie est bien timide sur le marché des animaux destinés à l’élevage avec des prix encore loin d’avoir évolué dans les mêmes proportions que ceux de la viande ou du maigre. A une époque, il fallait vendre un broutard croisé pour acquérir une velle Salers. Cette équivalence est encore loin d’être de mise.


« Les trésoreries sont encore tendues. Il faut attendre la fin de l’automne quand la campagne de vente des broutards sera plus avancée pour voir comment va évoluer la situation pour les animaux d’élevage. » expliquait Jean-Marie Fabre, président du Label Rouge Salers. En ce début d’automne, en dehors des élevages auvergnats, l’essentiel de la demande en génisses provient de la Belgique où des éleveurs de Blanc Bleu remettent en question le fonctionnement de leur troupeau.


Réduire le taux de croisement


Avec une conjoncture plus favorable, les responsables de la race espèrent voir redescendre le taux de croisement. Ce dernier épouse classiquement l’allure d’une sinusoïde avec un maximum en conjoncture défavorable. « On était à un peu plus de 60% l’an dernier en incluant les animaux hors base de sélection. Il faudrait pouvoir redescendre autour de 50% de façon à avoir un plus large choix au moment du tri des femelles de renouvellement et mieux approvisionner nos démarches qualité. » avançait Lionel Duffayet, président de l’OS. Les juges ont distingué des animaux de type élevage en mettant plus particulièrement en avant les fondamentaux de la race : qualité de bassin, aplombs solides, lignes de dos bien tendues.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La production de veaux sous la mère n’a pas vu d’embellie sur ses cours contrairement aux autres productions d’élevage.
Le veau sous la mère subit de plein fouet la crise
Confrontée à la progression des prix du maigre et à l’érosion du nombre de producteurs, la filière veau sous la mère est inquiète…
« On voulait un système de barrière qui nous aide à canaliser des lots de bétail entre des bâtiments. Mais on voulait aussi quelque chose de mobile et facile à déplacer. » expliquent Pierre et Alexandre Coudour. Père et fils ont pour cela mis au point cette barrière de 4 mètres de long contre laquelle peut venir se rabattre deux barrières de 3 mètres soit 10 mètres une fois dépliées. Ce n’est pas pour autant un outil de contention à proprement ...
"J'ai fabriqué une barrière mobile pour canaliser les bovins"
Au Gaec des Belins à Saint-Forgeux-Lespinasse, dans la Loire, une barrière mobile dépliable facile à déplacer aide à canaliser…
Le Gaec Camus Père et Fils s’est illustré lors des 72 heures de la Limousine
  L’édition 2022 du concours national Limousin s’est tenue pour la première fois dans la Sarthe, dans le cadre de la Foire du…
Le marché européen du jeune bovin bien orienté
En Allemagne et en Italie, les cours des jeunes bovins ont entamé leur hausse saisonnière. Entre une offre globalement limitée et…
A côté des baignoires, une partie des abreuvoirs sont métalliques et permettent d’être alternativement utilisés dans deux voire trois pâtures compte tenu de la gestion des lots en pâturage tournant.
De l’eau de forage 365 jours par an pour abreuver les bovins
Installé dans le Puy-de-Dôme, le Gaec Courteix a mis en place un forage en 2010. Il approvisionne tout l’hiver les abreuvoirs des…
Après : Les salers peuvent boire mais n'ont plus la possibilité de patouiller dans le ruisseau. À signaler au centre de la photo, l'aménagement d'un franchissement avec un tuyau en PHED permettant au bétail et aux engins de franchir à sec le ruisseau.
De l’eau propre pour abreuver les bovins sans salir les ruisseaux
L’aménagement de points d’eau en pâture diminue le salissement des ruisseaux et les atteintes à l’environnement en permettant aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande