Aller au contenu principal

Concours national
La Salers fait un retour en Chataigneraie

Saint Mamet la Salvetat, dans la Châtaigneraie cantalienne a accueilli fin septembre le 139° concours national Salers.

Saint Mamet la Salvetat, à quelques kilomètres au sud d’Aurillac accueillait fin septembre le dernier National Salers. Une petite infidélité à l’habituel site de Mauriac qui a favorisé la participation des éleveurs de la Châtaigneraie tandis que bien des habituels participants venus du nord Cantal ou du Puy de Dôme avaient déclaré forfait. « Il y a ici de belles infrastructures, bien adaptées à l’organisation de ce type de manifestation. Stratégiquement parlant, il était important de venir dans le sud du département. » expliquait Bruno Faure, directeur de l’Organisme de Sélection.


Dans cette partie du Cantal, les effectifs Salers ont en effet eu tendance à s’éroder ces dernières années au profit en particulier de la Limousine. L’amélioration de la conjoncture a ragaillardi le moral des troupes. Pour autant, l’embellie est bien timide sur le marché des animaux destinés à l’élevage avec des prix encore loin d’avoir évolué dans les mêmes proportions que ceux de la viande ou du maigre. A une époque, il fallait vendre un broutard croisé pour acquérir une velle Salers. Cette équivalence est encore loin d’être de mise.


« Les trésoreries sont encore tendues. Il faut attendre la fin de l’automne quand la campagne de vente des broutards sera plus avancée pour voir comment va évoluer la situation pour les animaux d’élevage. » expliquait Jean-Marie Fabre, président du Label Rouge Salers. En ce début d’automne, en dehors des élevages auvergnats, l’essentiel de la demande en génisses provient de la Belgique où des éleveurs de Blanc Bleu remettent en question le fonctionnement de leur troupeau.


Réduire le taux de croisement


Avec une conjoncture plus favorable, les responsables de la race espèrent voir redescendre le taux de croisement. Ce dernier épouse classiquement l’allure d’une sinusoïde avec un maximum en conjoncture défavorable. « On était à un peu plus de 60% l’an dernier en incluant les animaux hors base de sélection. Il faudrait pouvoir redescendre autour de 50% de façon à avoir un plus large choix au moment du tri des femelles de renouvellement et mieux approvisionner nos démarches qualité. » avançait Lionel Duffayet, président de l’OS. Les juges ont distingué des animaux de type élevage en mettant plus particulièrement en avant les fondamentaux de la race : qualité de bassin, aplombs solides, lignes de dos bien tendues.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande