Aller au contenu principal

La race Corse est reconnue

Depuis un an et demi, la race Corse a intégré l’OS des races locales à petits effectifs. Des actions sont désormais engagées grâce à un noyau d’éleveurs passionnés pour sauvegarder la race et mieux valoriser ses aptitudes étonnantes.

La race bovine Corse est une marcheuse exceptionnelle en montagne et elle trouve seule ses ressources dans le maquis durant la moitié de l'année.
La race bovine Corse est une marcheuse exceptionnelle en montagne et elle trouve seule ses ressources dans le maquis durant la moitié de l'année.
© Corsica Vaccaghji

En novembre 2013, la race bovine Corse est devenue la quatorzième race de l’Organisme de sélection des races locales à petits effectifs. C’est une étape importante pour sa sauvegarde, que l’on peut considérer comme encore non totalement acquise. L’association régionale Corsica Vaccaghji(1) réalise, chaque année depuis 2011, un inventaire des animaux chez des éleveurs volontaires. Chaque animal est photographié et fiché, l’éleveur veille à le conserver (dans la mesure où il répond à ses besoins) et à le faire reproduire en race pure. « La définition de la race a ensuite pu être validée avec les éleveurs fin 2012. Laurent Avon, retraité de l’Institut de l’élevage, avait déjà listé en partie ces caractéristiques quelques années auparavant », explique Corinne Coquelle, animatrice de Corsica Vaccaghji. Il n’y avait cependant jusqu’à présent ni livre généalogique, ni standard de la race, et l’existence même d’une race bovine locale était sujette à discussions. Des travaux de l’Inra ont depuis prouvé, à partir de l’étude de marqueurs sanguins, la forte originalité génétique de cette population de bovins qui en fait une race à part entière. Pour l’instant, dix-sept éleveurs volontaires se sont engagés dans cette action.

 

Une vache « cueilleuse » plutôt que « brouteuse »

« Nous avons répertorié, en 2012, 507 femelles de race pure, ainsi que 109 femelles adultes bien typées mais qui ont été croisées au moins une fois », explique Corinne Coquelle. Ces dernières, accouplées avec un taureau de race pure, pourront donner naissance à des animaux présentant les caractéristiques de la race.

Les animaux de race pure se distinguent assez nettement des croisés par leur tête — rectiligne avec un mufle étroit et des cornes fines — et leur comportement. En effet en zone de montagne, les croisées n’ont pas l’aptitude exceptionnelle à la marche des vaches de race Corse. Elles montent moins haut, et elles s’en sortent aussi nettement moins bien avec les ressources fourragères disponibles. C’est d’ailleurs cette extraordinaire adaptation à son milieu qui rend la race Corse imbattable aux yeux des éleveurs installés en montagne.

Les troupeaux sont conduits en plein air intégral et en liberté. Ils reçoivent des fourrages et des concentrés en période hivernale. Quasiment tous pratiquent la transhumance. En mai, les animaux partent en montagne, spontanément, par petits groupes. Pendant cette période, ils exploitent essentiellement le maquis, et un peu de sous-bois. Les éleveurs localisent les bovins au moins une fois par semaine, souvent en se déplaçant à cheval. Le troupeau revient ensuite de lui-même chez son éleveur en novembre. " À partir de cette année, chez huit éleveurs, des parcs de saillie seront installés pour gérer la reproduction et pouvoir bien observer les veaux", explique Corinne Coquelle.

Caractériser la viande de veau très typique

Car parallèlement aux actions sur la génétique de la race, Corsica Vaccaghji entame un travail sur la valorisation de la viande de veau. Il s’agit de veaux âgés de 6 mois, donnant environ 70 kilos de carcasse. « Sur le veau de pure race Corse, pratiquement aucune donnée technique n’est disponible pour l'instant. Nous allons recueillir les caractéristiques de la viande auprès de bouchers et de restaurateurs. Nous savons déjà que cette viande a une forte typicité. » Développer des débouchés pour la viande de veau Corse(2) est le meilleur service à rendre à cette race si attachante.

 

(1) Créée en 2003 et réunissant les éleveurs corses de bovins de toutes races.

(2) Il existe déjà une marque collective en Corse, Corsicarne, mais elle concerne les bovins nés et élevés en Corse, toutes races confondues.

Pour en savoir plus : http://veaudecorse.fr

Une toute petite vache expressive, fine et solide

Les vaches adultes mesurent en moyenne entre 1,15 et 1,20 mètre et pèsent autour de 230 kilos, leur poids pouvant beaucoup varier suivant la saison. Toutes les couleurs de robe sont acceptées, avec ou sans panachures, et les muqueuses peuvent être de toutes les nuances. Les plus anciens écrits qui mentionnent la race Corse remontent au 18è siècle. Autrefois utilisée pour le labour et plus rarement pour son lait, cette race est devenue allaitante dans les années soixante dix. Ce sont des vaches « indépendantes et autonomes » et leurs qualités maternelles en font de très bonnes mères en élevage extensif.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande