Aller au contenu principal

Elevage bovin
La productivité numérique à surveiller de près

La bonne rentabilité d´un système allaitant commence par la bonne productivité numérique.


«  Un veau par vache et par an. » La formule est simple et doit constituer un objectif à ne jamais perdre de vue. « C´est ce que nous prônons avec mes collègues techniciens. C´est d´abord avec un veau par vache et par an que l´on arrive à de bons résultats économiques », souligne Dominique Siret, chargée de l´Observatoire économique de la Chambre d´agriculture de l´Ariège*. Bien entendu, faire de la repousse, de l´engraissement ou de la vente de reproducteurs apporte un plus à une exploitation. Mais sans négliger ces facteurs, le point de départ de la bonne rentabilité d´un système allaitant commence par une bonne productivité numérique.

Pour aider à visualiser les répercussions financières qui font suite à un cheptel insuffisamment productif, Dominique Siret traduit par le biais de simulations en euros (encore souvent traduites en francs !) l´impact économique lié à l´incidence des résultats de reproduction. Il découle des animaux qui ne pourront pas être vendus suite aux performances de reproduction déficientes et aux problèmes de mortalité. Cette incidence est calculée avec un prix de broutard (mâles et femelles confondus) de 610 euros (4000 F) qui correspond à des tarifs moyens pratiqués pour des broutards légers de qualité bien ordinaire. Une fois les chiffres couchés sur le papier, on se rend mieux compte de l´importance de la somme qui fait défaut à la trésorerie de l´exploitation si le cheptel est insuffisamment productif. D´autant que la simulation est réalisée avec des prix de vente souvent bien inférieurs à ceux pratiqués ces derniers mois chez certains éleveurs et dans certaines races.

Verrouiller au mieux l´aspect reproduction
On réalise également mieux que si les prix au kilo et les GMQ des animaux sont une chose, le nombre d´animaux nés et sevrés est essentiel pour limiter les pertes financières d´une exploitation. « En Haute-Garonne, j´ai un collègue qui m´a initié à ce travail et qui rajoute l´IVV à ce calcul, de façon à mesurer également l´incidence du temps de présence pendant lequel une vache va être improductive. Ce type de travail montre tout l´intérêt à verrouiller au mieux l´aspect reproduction sur un cheptel. Il donne surtout de bons arguments à la technique et à l´importance d´avoir un bon suivi de troupeau. »

Pas question pour autant de dégager une typologie à partir de l´échantillon des seules 45 exploitations étudiées. L´échantillon n´est pas assez large pour mettre bien en évidence les différentes tendances. « En revanche une chose est claire. Dès que l´on croise un taux de vêlages pas terrible avec un taux de mortalité important, cela détériore très rapidement et très gravement les résultats ! » Les données consignées dans le tableau et extraites des chiffres de cet observatoire en attestent avec pour certains élevages un nombre de femelles mises à la reproduction parfois assez proches et au final un manque à gagner qui varie dans des proportions considérables en fonction des résultats de prolificité du troupeau.

* L´observatoire a suivi et analysé 45 exploitations possédant un cheptel allaitant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Pac: les aides aux bovins allaitants et laitiers revalorisées pour la campagne 2020
Le montant unitaire de l'aide aux bovins allaitants est revalorisé à 171,25 euros par vache (au lieu de 166 euros) pour les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande