Aller au contenu principal

La production de bovins finis attendue en hausse de 4 % en 2015

L’Institut de l’élevage annonce pour l’année 2015, la poursuite de la reprise entamée en 2014. Ce sont surtout des femelles, laitières puis allaitantes, qui devraient être plus nombreuses à sortir des élevages.

Des ajustements d'effectifs de vaches allaitantes sont prévues sur 2015, après attribution des références individuelles pour la prime couplée.
Des ajustements d'effectifs de vaches allaitantes sont prévues sur 2015, après attribution des références individuelles pour la prime couplée.
© S. Bourgeois

La production française de femelles devrait remonter à 822 000 tec en 2015, soit + 6 % par rapport à 2014. " Le rythme des réformes laitières, enclenché en septembre 2014, se poursuivra au moins jusqu’au 31 mars, date de fin des quotas laitiers, et au-delà si la conjoncture laitière se dégrade plus fortement ", selon l’Institut de l’élevage. En ce qui concerne les vaches allaitantes, les éleveurs avaient conservé un maximum de femelles en 2014, dans l’attente des règles d’attribution des références individuelles pour la prime couplée et grâce à de bonnes réserves fourragères. Les ajustements d’effectif dans chaque exploitation se feront progressivement sur l’année 2015.

Du côté des broutards, l’Institut de l’élevage prévoit une poursuite de l’effritement des volumes exportés en 2015, avec -1 % par rapport à 2014. "L’offre ne sera pas limitante cette année. En revanche, la demande semble globalement en retrait." La baisse de la demande italienne pour les broutards français ne serait que partiellement compensée par une hausse des flux vers l’Espagne et les pays tiers méditerranéens.

S'attendre à la baisse des exportations françaises de jeunes bovins finis

La production de jeunes bovins est prévue en hausse par rapport à 2014, avec 441 000 téc (+ 2 %), surtout sur le second semestre 2015. La part de jeunes bovins exportés en vif dépendra largement de la compétitivité des bovins français sur les marchés méditerranéens. " La concurrence des bovins espagnols et des pays de l’Est restera vive, en particulier vers l’Algérie, la Libye et le Liban, de même que celle des bovins brésiliens", explique l’Institut de l’élevage. " Vers le Sud de l’Italie, les flux continueront de s’éroder. En l’absence du débouché turc, il faut donc s’attendre à une baisse des exportations françaises de jeunes bovins finis."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
signature du partenariat entre Cloé et Charal ayant eu lieu ce jour (Alexandre RAGUET, Directeur de Cloé et Franck LUCAS, Directeur des Etablissements Charal Metz)
Un contrat Label Rouge "gros bovins" entre Cloé, Charal et Cora
L'union de coopératives Cloé a signé le 7 avril 2021 un contrat tripartite avec les établissements Charal de Metz et Cora. Il est…
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande