Aller au contenu principal

J.-C. Guesdon, Inst. de l´élevage
La pénurie de vaches laitières est au plus fort cet automne

Les signaux forts du marché du lait incitent les éleveurs à augmenter la production et entraînent, cet automne, une pénurie de vaches laitières sur le marché de la viande.


Quels facteurs expliquent la pénurie de vaches laitières que l´on observe cet automne ?
Les signaux forts du marché du lait encouragent les éleveurs à produire davantage et les éleveurs retardent la réforme d´une partie de leurs vaches. Avec des fourrages de qualité médiocre et des concentrés au tarif élevé cet automne, la solution la plus efficace et la moins coûteuse pour accroître la production de lait apparaît clairement d´augmenter le nombre de vaches en production. La France connaît un contexte de sous-réalisation structurelle des quotas, et la grande partie du pays qui est touchée par la FCO peine à remplir le tank à lait.
Cette situation est-elle durable ?
Sur les mois d´octobre, novembre et décembre, nous sommes certainement au plus creux de la disponibilité en vaches laitières sur le marché de la viande bovine. Cette rétention durera pour une partie des vaches quelques mois, d´autres seront conservées pour une lactation de plus. Les réformes se feront a minima sur le prochain semestre et c´est plutôt sur la prochaine campagne que l´on s´attend à ce qu´elles soient mises en marché. Les éleveurs pratiqueront moins le croisement industriel, il y aura très peu de génisses de boucherie mais aussi très peu de génisses d´élevage sur le marché au cours des prochaines années. Même si le taux de réforme va devoir rapidement revenir à un taux plus normal.
Quelles sont les conséquences sur les cours et les marchés ?
Les opérateurs « courent » après les vaches et les cours sont donc fermes. Fin novembre, la vache O se vend au même prix que cet été : la baisse des cours traditionnellement observée à l´automne pour les vaches laitières n´a pas eu lieu cette année. Et les cours se situent 6 % au-dessus des excellents prix de l´automne dernier.
De plus, cette pénurie de vaches laitières tire les cours du jeune bovin vers le haut. Ils se rapprochent des niveaux élevés de l´automne dernier. Les sorties de jeune bovin sont en effet en baisse après des abattages très importants durant l´été.
Face à ce manque de viande, les importations de vaches laitières progressent, surtout en provenance d´Allemagne et d´Irlande. Mais nos voisins se trouvent eux aussi, dans le même contexte de forts besoins en lait et les disponibilités ne sont pas énormes, mis à part une réserve de vaches laitières en Angleterre qui, pour l´instant, n´est pas exploitée après l´épisode de fièvre aphteuse qui a fait suite à celui de l´ESB.

La recapitalisation des cheptels laitiers en France va-t-elle se poursuivre ces prochaines années ?
Des aménagements de quotas sont annoncés pour 2008 et se poursuivront très probablement pour les années suivantes. Cette politique de relance de la production laitière devrait, d´après nos travaux, avoir pour effet global de ralentir la baisse structurelle du cheptel laitier que l´on connaît depuis dix ans par progression régulière de la productivité des vaches.
Certaines régions pourront augmenter leur production laitière entre 2009 et 2013, en particulier les régions à forte densité laitière du Grand Ouest et de l´Est. Mais ces régions ont aussi leurs contraintes environnementales et leurs limites de développement. Les zones de polyculture-élevage à faible densité laitière (Bourgogne, Centre, Poitou-charentes et certaines zones du Sud-Ouest) sont les plus exposées à un repli de la production laitière dans le contexte de prix très élevés des céréales. Les zones déjà spécialisées en lait de montagne et piémont, où les AOC règlementent la production, ne semblent pas non plus en mesure d´augmenter beaucoup leurs livraisons.
La France ne perdrait alors, selon nos hypothèses, que 140 000 vaches laitières entre maintenant et 2013, c´est-à-dire moins que ce que l´on pouvait estimer il y a deux ans. L´effectif pourrait ainsi s´établir autour de 3 660 000 au moment de la prochaine réforme de la PAC.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Laurent Poirier, naisseur engraisseur de Charolaises. « Je ne vois pas le blocage des veaux comme une contrainte mais plutôt comme l’opportunité de faire un point sur la production laitière de mes vaches. » © C. Delisle
« Mes veaux sont plus dociles et homogènes avec la limitation des tétées »
Laurent Poirier trouve de nombreux avantages à limiter les tétées à deux lâchers par jour à compter de la rentrée stabulation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande