Aller au contenu principal

La mission d'information du Sénat formule ses propositions pour la filière viande

La mission d'information « la filière viande en France et en Europe », initiée par l'UDI(1), se termine. Tour d'horizon des principales conclusions et propositions qui en résultent, avec Sylvie Goy-Chavent, sénatrice de l'Ain.

Sylvie Goy-Chavent, fille d'un éleveur d'ovins et de bovins, est sénatrice de l'Ain et professeure en lycée professionnel.
Sylvie Goy-Chavent, fille d'un éleveur d'ovins et de bovins, est sénatrice de l'Ain et professeure en lycée professionnel.
© C. Delisle

. Pour quelles raisons, cette mission d'information a t'elle été initiée ?


Sylvie Goy-Chavent - Cette mission a été diligentée par le groupe UDI du Sénat, suite au scandale de la viande de cheval dans les plats transformés, et au regard des autres crises qui ont émaillé l'élevage. Cette affaire est un nouveau coup de canif porté à la confiance du consommateur et par là-même à l'élevage. J'ai été nommée rapporteuse pour deux raisons : je suis fille d'éleveur dans un département rural et l'auteure de plusieurs propositions de loi en rapport avec l'agriculture. J'ai souhaité que cette mission s'effectue rapidement - sur 3 mois contre 6 généralement. Plus de 70 auditions au Sénat et des entrevues sur le territoire et en Europe ont été réalisées. J'ajoute que cette mission n'a pas vocation à faire une enquête, mais un état des lieux de la filière viande, de la fourche à la fourchette, en abordant différents modes de production.



.  Quelles principales constatations ressortent de cette mission ?


S. G.-C. - Les autocontrôles et l'absence de formation des abatteurs dans le secteur de l'abattage-transformation apparaissent comme deux points à reconsidérer. Je tiens à préciser, que les progrès à apporter au niveau des contrôles ne concernent pas des problèmes de traçabilité, mais surtout de concept : l'entreprise réalise elle-même ce travail. La transparence apparaît également comme une stratégie de premier ordre. Il est important de valoriser la production française et notamment sa qualité.
Autre constat, le parcours à l'installation ou la modification d'une exploitation existante représente un véritable parcours du combattant. Les procédures sont trop longues.
Nos concurrents s'accordent à dire que la viande française est de qualité, mais trop chère et pourtant, les éleveurs ne peuvent vivre de leur production. En observant les courbes de chiffres de la grande distribution, on se rend compte qu'elle subit moins les aléas des crises. Elle doit donc fournir des efforts.
Les distorsions de concurrence et les normes sont également deux points sensibles. On nous parle souvent du modèle allemand, mais au niveau social, le modèle français est peut-être mieux !

. Quelles sont les premières propositions ou pistes envisagées ?


S. G.-C. -Pour l'abattage-transformation, la réalisation par l'État de contrôle supplémentaire pourrait être envisagée. La création d'une entité à l'échelle européenne pour les effectuer pourrait être une possibilité. Elle pourrait par ailleurs aider les pays moins favorisés de l'Europe. Il est également important de mettre en place des formations pour les abatteurs et de valoriser la formation de boucher.
Pour favoriser la transparence et valoriser la qualité, un étiquetage simple sur les produits bruts apparaît indispensable. Pourquoi ne pas créer un label d'État comme cela existe en Angleterre ? Il préciserait le lieu et le mode d'abattage avec ou sans étourdissement. Pour les produits transformés, les industriels y sont farouchement opposés car la viande provient de plusieurs pays. Toutefois, on pourrait au moins préciser sur l'étiquette, le pourcentage de viande d'origine française, sans pour autant notifier toutes les origines. Libre ensuite aux consommateurs de choisir.
Pour les procédures à l'installation, rendre obligatoire l'étude des dossiers sur un temps limité - 6 mois maximum et 15 jours à 1 mois pour demander les précisions complémentaires - semble oppor- tun. Plus de communication auprès du consommateur représente également une clé pour leur rappeler que l'élevage est un trésor qui nous nourrit au quotidien, même si les gens ont tendance à l'oublier. Il ne faut pas laisser partir les éleveurs, un élevage qui s'arrête n'est pas remplacé. Ne faudrait-il pas faire un peu de pédagogie et réapprendre aux consommateurs à manger ? Acheter moins mais favoriser la qualité.
Pour faire face aux distorsions de concurrence, il est peut-être nécessaire de faire pression au niveau de l'Europe pour former une Europe sociale équitable. Pour les normes, la France a toujours le chic pour laver plus blanc que blanc. Arrêtons de faire compliqué ! Il faut accepter d'être simple.

(1) Union des Démocrates et Indépendants, parti politique de centre droite, fondé en 2012 par Jean-Louis Borloo.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande