Aller au contenu principal

La haute fréquence ouvre le champ des possibles pour l’identification électronique en élevage bovin

L’identification électronique pourrait à l’avenir permettre d’identifier des lots d’animaux sur des distances supérieures. Elle offrirait ainsi la possibilité de collecter davantage d’informations grâce à la technologie haute fréquence.

Appliquée à l’élevage, l'identification électronique peut permettre de collecter davantage de données et rendre plus facile les opérations de comptage, lors des contentions ou des sorties au pâturage.
Appliquée à l’élevage, l'identification électronique peut permettre de collecter davantage de données et rendre plus facile les opérations de comptage, lors des contentions ou des sorties au pâturage.
© J.-C. Gutner

L’identification électronique, telle qu’on la connaît aujourd’hui, utilise la basse fréquence et permet une lecture jusqu’à 80 centimètres maximum avec un lecteur fixe et en mode un à un. Elle ne permet pas non plus la lecture multiple. Les applications développées sont donc à courtes distances et individuelles (DAC, pesées…). En parallèle, les années 2010 ont vu se déployer l’identification électronique, par ondes hautes fréquences (RFID UHF), adaptée quant à elle à la lecture de masse/lots en mouvement et sur de longues distances (6 mètres). Une technologie qui s’étend dans de nombreux secteurs et est utilisée depuis peu dans le secteur animal.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Delphine et Françk Maguet, Gaec Maguet James à Cristot dans le Calvados.Ignoble P élève ses deux petites femelles et le petit mâle a été adopté par une autre vache.
« Notre charolaise de 8 ans nous a déjà donné treize veaux »
Delphine et Franck Maguet, du Gaec Maguet James à Cristot dans le Calvados, ont dans leur troupeau ce que l'on appelle une bonne…
Fortement contesté lors de leur édification durant l'hiver 2015, les deux stabulations de 180 m de long avaient été vandalisées avec des tags injurieux puis partiellement incendiées en décembre 2016.
Le centre d’engraissement de Saint Martial le Vieux repris par la société T’RHEA
Le centre d’engraissement collectif de Saint Martial le Vieux situé sur le plateau de Millevaches dans la Creuse a été repris par…
Maxime Pègues avec les bourrets d’herbe fraîchement mis à l'herbe en début de printemps. Le but, à terme, est de diviser les ventes en trois tiers : broutards, repousses, taurillons.
Un élevage aubrac entre de bonnes mains
Dans le nord Aveyron, Maxime Pègues a repris un élevage reconnu de l’Aubrac avec la volonté de le faire progresser à la fois sur…
Un foin de faible valeur à volonté est-il idéal pour des vaches allaitantes gestantes ?
Peut-on tolérer un déficit protéique important, susceptible de perturber le fonctionnement du rumen, sur la fin de gestation des…
[Prospective] Un net recul du cheptel allaitant se profile à l’horizon 2030
Une étude prospective réalisée par l’Institut de l’élevage fait état d’un recul proche de 600 000 têtes pour le nombre de vaches…
La France produit moins de jeunes bovins mais en consomme davantage
La France produit moins de jeunes bovins mais en consomme davantage
Bien qu’essentielle au maintien des équilibres de production entre les différentes catégories de bovins, la production française…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande