Aller au contenu principal
Font Size

La génomique arrive en élevage

Les premiers outils destinés à permettre la sélection des races allaitantes via la génomique sont désormais sur les rails, avec parfois la possibilité pour les éleveurs de bientôt les utiliser.

Prélèvement de poils 
accompagnés de leur bulbe sur la queue d’une Charolaise en prévision d’une analyse génomique.
Prélèvement de poils
accompagnés de leur bulbe sur la queue d’une Charolaise en prévision d’une analyse génomique.
© Gènes Diffusion

Gembal, Dégéram, IngénomiX… Voilà des mots nouveaux qui ne sont pas des suggestions de nom pour votre futur chien ou chat ! Plus sérieusement, il s’agit de termes avec lesquels il va falloir apprendre à se familiariser, puisqu’il s’agit de nouveaux outils et acteurs de la sélection génomique récemment développés par les différents acteurs de la recherche travaillant dans le secteur de la génétique bovine. Dans un proche avenir et même s’il est encore délicat de donner un échéancier précis, ces outils seront utilisés en routine pour la sélection des races allaitantes. Certains, comme IngenomiX, ont déjà commencé à donner de premiers résultats. D’autres, comme Gembal, devraient le faire d’ici la fin de l’année.
Rappelons pour mémoire que la génomique est la science qui étudie la structure et le fonctionnement du génome. Elle permet d’évaluer le potentiel génétique d’un animal en se basant sur les informations contenues dans ce génome, lequel contient l’ensemble du patrimoine génétique de chaque individu, hérité pour moitié de son père et pour moitié de sa mère. À partir du prélèvement d’un échantillon biologique (sang, peau, cartilage…), cette science permet de prédire la valeur génétique d’un animal dès sa naissance en comparant son génotype à ceux d’une population de référence dont les performances sur descendance sont connues.
Cette technique est actuellement utilisée en routine pour la sélection des trois principales races laitières. Pour ces dernières, elle se traduit par l’utilisation de taureaux d’insémination très jeunes, l’arrêt du contrôle sur descendance avant diffusion pour ces mêmes taureaux d’IA et la possibilité de choisir des femelles de renouvellement dont les valeurs génétiques sont mieux connues. Cela permet une accélération du progrès génétique en réduisant la durée de l’intervalle entre générations.


Besoin d’une population de référence régulièrement réactualisée


En élevage allaitant, pour que la sélection génomique puisse fonctionner, elle a, comme en élevage laitier, besoin d’une population de référence. C’est elle qui permet de faire le lien entre le génotypage d’un animal et l’évaluation génétique qui en résulte. Cette population de référence est composée de tous les élevages en contrôle de performance. Les données fournies au moment de la pesée et du pointage des animaux sont donc des informations très précieuses. La poursuite de l’enregistrement de nouvelles performances est indispensable pour permettre la mise à jour  régulière de cette base de référence. Pour compléter ces données, le projet Degeram consiste à collecter les données en fermes concernant les qualités maternelles et d’élevage que l’on ne retrouvait pas jusqu’à présent dans les données du contrôle de performance en fermes. À terme, l’objectif est de trouver dans le génome des races concernées les gènes ou les régions chromosomiques qui agissent sur l’expression des qualités maternelles.
Gembal, Dégéram et IngénomiX seront donc des outils supplémentaires venant en appui à la sélection des troupeaux. Ils permettront d’aider les éleveurs à choisir leurs reproducteurs en fonction des objectifs qu’ils jugent prioritaires. L’estimation précoce de certaines aptitudes sur de jeunes animaux permettra de trier rapidement ceux qui s’avèrent les moins intéressants. En revanche ces outils ne remplaceront pas du jour au lendemain le coup d’œil de l’éleveur, sa connaissance des points forts et des points faibles de certaines lignées, mais aussi tout son doigté et son talent pour choisir de croiser tel ou tel courant de sang lorsqu’il raisonnera ses futurs accouplements. Un savoir-faire qui ne s’acquiert pas uniquement dans les livres ou derrière un écran d’ordinateur mais davantage par la pratique du métier qui permet d’apprécier la morphologie des animaux et surtout anticiper leur devenir.

Pour en savoir plus

 

Voir dossier Réussir Bovins Viande de mars 2014. RBV n°213, p. 20 à 35.

 

Au sommaire :


p. 22 -  Premiers retours pour les éleveurs
Le programme Degeram

 

p.28 -  Gembal, un projet collectif pour toutes les races
Initié par l’Inra

 

p. 30 -  Des génisses toutes génotypées
L’objectif de Dominique et Gérard Bliault

 

p. 33 - Différents programmes chez la Rouge des Prés
Au sein de l’organisme de sélection

 

p. 34 - Gènes Diffusion conduit des projets privés en génomique allaitante
Sébastien Landemaine, responsable technique Charolais de Gènes Diffusion

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande