Aller au contenu principal

La future PAC interroge aussi en Italie

Atelier d'engraissement de jeunes bovins charolais en Italie.
Atelier d'engraissement de jeunes bovins charolais en Italie.
© F. d'Alteroche

" Au cours du premier semestre 2013, les exportations françaises de bovins maigres sur l'Italie ont reculé de 11 % », a expliqué Caroline Monniot, agroéconomiste à l'Institut de l'élevage, à l'occasion d'une journée organisée par le Réseau d'élevage bovin limousin dans la Vienne. Une évolution pour partie liée aux mauvaises marges dégagées avec les animaux achetés en 2012. Situation à relier à l'évolution comparée du prix du maigre et du gras depuis deux ans. En 2012, les prix du taurillon ont enregistré un mieux sensible grâce à l'appel d'air permis par la Turquie. Bien des engraisseurs, italiens en tête, pensaient que comme les années précédentes les tarifs allaient suivre la même évolution saisonnière. Après l'habituel creux estival, ils tablaient sur une évolution des tarifs qui irait crescendo tout au long de l'automne 2012. Dans le feu de l'action, ils ont été moins attentifs au prix des broutards à l'heure de remplir les ateliers, ce qui a mis le feu aux prix du maigre l'été dernier. L'embellie sur le prix du JB a été de courte durée. On connaît la suite.



Gare à la convergence


À côté de ce volet conjoncturel, « différentes menaces pèsent actuellement sur les volumes engraissés dans ce pays », a rappelé Caroline Monniot. Sur le court terme, il y a le difficile accès au crédit, pourtant stratégique pour cette activité et la concurrence des viandes importées. L'arrêt du débouché turc fait que nombre de pays exportateurs européens (Allemagne, France, Pologne...) se sont repliés sur la péninsule.
À plus longue échéance, et tout comme en France, ce sont les perspectives de la nouvelle PAC qui inquiètent. La convergence nationale des aides qui devrait s'appliquer à partir de 2014 ou 2015 pourrait être lourde de conséquence selon le taux et la vitesse de convergence retenus. « Dans la plaine du Pô, les engraisseurs ont fréquemment des DPU entre 650 et 850 euros/hectare... Et même parfois davantage ! » Le manque à gagner sera évident si le coup de rabot se révèle sévère.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
infographie export de bovins vifs sur pays tiers
Maghreb et Moyen-Orient ont faim de viande sur pied
Les exportations de bovins vivants vers les pays tiers diversifient les débouchés du bétail français. Les pays du pourtour sud et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande