Aller au contenu principal

La future PAC interroge aussi en Italie

Atelier d'engraissement de jeunes bovins charolais en Italie.
Atelier d'engraissement de jeunes bovins charolais en Italie.
© F. d'Alteroche

" Au cours du premier semestre 2013, les exportations françaises de bovins maigres sur l'Italie ont reculé de 11 % », a expliqué Caroline Monniot, agroéconomiste à l'Institut de l'élevage, à l'occasion d'une journée organisée par le Réseau d'élevage bovin limousin dans la Vienne. Une évolution pour partie liée aux mauvaises marges dégagées avec les animaux achetés en 2012. Situation à relier à l'évolution comparée du prix du maigre et du gras depuis deux ans. En 2012, les prix du taurillon ont enregistré un mieux sensible grâce à l'appel d'air permis par la Turquie. Bien des engraisseurs, italiens en tête, pensaient que comme les années précédentes les tarifs allaient suivre la même évolution saisonnière. Après l'habituel creux estival, ils tablaient sur une évolution des tarifs qui irait crescendo tout au long de l'automne 2012. Dans le feu de l'action, ils ont été moins attentifs au prix des broutards à l'heure de remplir les ateliers, ce qui a mis le feu aux prix du maigre l'été dernier. L'embellie sur le prix du JB a été de courte durée. On connaît la suite.



Gare à la convergence


À côté de ce volet conjoncturel, « différentes menaces pèsent actuellement sur les volumes engraissés dans ce pays », a rappelé Caroline Monniot. Sur le court terme, il y a le difficile accès au crédit, pourtant stratégique pour cette activité et la concurrence des viandes importées. L'arrêt du débouché turc fait que nombre de pays exportateurs européens (Allemagne, France, Pologne...) se sont repliés sur la péninsule.
À plus longue échéance, et tout comme en France, ce sont les perspectives de la nouvelle PAC qui inquiètent. La convergence nationale des aides qui devrait s'appliquer à partir de 2014 ou 2015 pourrait être lourde de conséquence selon le taux et la vitesse de convergence retenus. « Dans la plaine du Pô, les engraisseurs ont fréquemment des DPU entre 650 et 850 euros/hectare... Et même parfois davantage ! » Le manque à gagner sera évident si le coup de rabot se révèle sévère.

Les plus lus

Charlie Peltier est installé depuis trois ans. Son système fourrager est basé sur un ensilage de méteil pour le volume et les prairies multiespèces pour la qualité.
En viande bovine, une installation bien pensée et bien vécue

Installé depuis trois ans en Loire-Atlantique, Charlie Peltier a choisi de conduire un système naisseur économe et autonome en…

génisses rouges des prés
Pac : le montant de l’aide aux bovins allaitants de plus de 16 mois fixé à 106 euros par UGB

À compter de la campagne 2023, les deux aides distinctes pour les bovins allaitants (ABA) et laitiers (ABL) sont remplacées…

Dans un contexte de forte augmentation des charges de fonctionnement des entreprises et des contraintes administratives, la Fédération française des commerçants en bestiaux (FFCB) apporte son soutien total aux éleveurs mobilisés.
Colère des agriculteurs : les négociants en bestiaux menacent de manifester à leur tour

À l’heure où la mobilisation des agriculteurs s’amplifie partout en France, la Fédération française des commerçants en…

vaches de race aubrac
MHE : les critères d’éligibilité pour bénéficier de l’aide d’urgence sont précisés par décret

Dans un décret paru au Journal officiel ce 4 février 2024, le ministère de l’Agriculture détaille le plan d’aide…

bâtiment engraissement jeunes bovins
Colère des agriculteurs : « Nous croulons sous les contraintes et les soutiens manquent à l'appel »

Maxime Latrace, éleveur de bovins viande dans la Nièvre en Gaec avec son frère Antoine, n'a pas l'habitude de participer à des…

SCEA Chaudesaigues dans l’Aude / élevage de gasconnes des Pyrénées
Les huit dossiers sur lesquels la Fédération nationale bovine attend des réponses concrètes en soutien à l’élevage

En conférence de presse ce mardi 23 janvier, la Fédération nationale bovine (FNB) a exprimé, au nom des éleveurs, un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande