Aller au contenu principal
Font Size

Marché du maigre
La France a une carte maîtresse


Au sein de l´Union européenne, la France est le pays qui détient le plus grand nombre de moules à veaux avec 4 millions de vaches allaitantes et presque autant de laitières. En 2004, l´élargissement de l´UE de 15 à 25 a ajouté un peu moins de 5 millions de vaches aux 30,6 déjà présentes. Mais cet apport a surtout renforcé le cheptel laitier. Le nombre de vaches allaitantes des 10 nouveaux états membres était d´un peu plus de 400 000 têtes l´an dernier, soit l´équivalent de deux gros départements allaitants français.
Au sein de l´Union européenne à 25, la tendance de ces dernières années est très nettement à la baisse du nombre de moules à veaux avec les conséquences que cela induit sur la production de viande. Une évolution largement liée à la hausse de productivité des vaches laitières. Elle permet de réduire l´importance des troupeaux pour produire le même quota. « En France, le nombre de vaches laitières diminue régulièrement de 50 000 à 100 000 têtes par an », a ainsi précisé Guy Cassagne. Pour les années à venir, cette évolution devrait se poursuivre. Les prévisions de l´Institut de l´élevage tablent sur une baisse de 10 % du nombre de laitières à l´échéance 2010. Cela porterait les effectifs à 21,1 millions de têtes contre un peu moins de 23 millions l´an dernier.
©G. Ritou

Un peu plus d´allaitantes en France
Pour les allaitantes la situation est différente. Actuellement l´essentiel de ce cheptel est concentré dans un nombre limité de pays, France en tête. L´évolution numérique des troupeaux sera probablement très liée aux différents choix réalisés par chaque pays membre en matière de découplage des aides et plus particulièrement sur le volet PMTVA. Pour 2010, les économistes de l´Institut de l´élevage tablent, dans leurs prévisions, sur une baisse de 5 % du troupeau allaitant européen. Une évolution qui épargnerait la France. Le troupeau hexagonal devrait progresser légèrement et gagner autour de 100 000 têtes pour arriver à 4,1 millions de têtes en 2010.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande