Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Importations irlandaises
La France privilégie la viande désossée

Après la crise de l'ESB, l'Irlande a mis en place une démarche globale pour améliorer la sécurité, la traçabilité et la qualité.

Bernadette Byrne, responsable marketing France et Belgique à l'agence Bord Bia.
Bernadette Byrne, responsable marketing France et Belgique à l'agence Bord Bia.
© DR

Avant la crise de l’ESB, la France représentait un débouché important pour la viande irlandaise. « En 1996, nous exportions vers ce pays de 55000 à 60000 tonnes de viande bovine », commence Bernadette Byrne, responsable marketing viandes France et Belgique de l’agence Bord Bia. Avec la crise, ce chiffre a chuté à 12000 tonnes (2001). Bien que le pays ait réagi rapidement, il a énormément pâti de la confusion Irlande-Angleterre. Dès 1996, en effet, si un cas était détecté dans une exploitation, tout le cheptel était abattu. L’éleveur était alors remboursé entièrement. « C’est à cette époque que notre service de traçabilité actuel a été renforcé. Il est aujourd’hui l’un des plus performants d’Europe. Nous avons fait beaucoup d’efforts pour crédibiliser la viande puisque nous exportons huit à neuf animaux sur dix produits. Nous avons également mis l’accent sur la qualité en développant notre schéma de qualité, Quality Assurance Scheme, en 2005. Cette démarche a été concluante car cela fait trois ans que nous atteignons les 50 000 tonnes de viandes exportées vers la France. Pour le premier semestre 2010, nous avons constaté une hausse de 14 % des volumes. Et de manière plus générale, nous avons développé le nombre de clients européens en passant de 20 enseignes de grande distribution en 2002 à plus de 70 en 2009 », poursuit Bernadette Byrne.


Les types de produits importés par la France ont également évolué. Avant la crise, les arrières de vaches étaient privilégiés. Depuis, les viandes fraîches désossées représentent les trois quarts des volumes, contre seulement un quart pour les viandes fraîches avec os. Abats, côtes de boeuf et onglets, ainsi que les déhanchés (faux-filets, filets, milieu de train de côtes, bavettes) et les avants pour les steaks hachés sont les morceaux les plus demandés. Les principaux clients se répartissent comme tels : grandes distribution (25 %), grossistes (25 %) et restauration hors foyer (40 %). « Notre stratégie commerciale en France s’oriente sur le boeuf. Nous souhaitons faire découvrir ce produit dans ce pays où le marché est preneur en vaches. C’est d’ailleurs le boeuf à l’image traditionnelle et naturelle qui nous a permis de relever nos exportations vers la France. Il se positionne dans presque toutes les GMS, mais aussi en restauration commerciale et haut de gamme. La régularité du produit est un atout. Cet animal pas trop lourd et assez jeune permet d’obtenir des carcasses dont le poids est en phase avec la demande du consommateur français », conclut Bernadette Byrne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande