Aller au contenu principal

Importations irlandaises
La France privilégie la viande désossée

Après la crise de l'ESB, l'Irlande a mis en place une démarche globale pour améliorer la sécurité, la traçabilité et la qualité.

Bernadette Byrne, responsable marketing France et Belgique à l'agence Bord Bia.
Bernadette Byrne, responsable marketing France et Belgique à l'agence Bord Bia.
© DR

Avant la crise de l’ESB, la France représentait un débouché important pour la viande irlandaise. « En 1996, nous exportions vers ce pays de 55000 à 60000 tonnes de viande bovine », commence Bernadette Byrne, responsable marketing viandes France et Belgique de l’agence Bord Bia. Avec la crise, ce chiffre a chuté à 12000 tonnes (2001). Bien que le pays ait réagi rapidement, il a énormément pâti de la confusion Irlande-Angleterre. Dès 1996, en effet, si un cas était détecté dans une exploitation, tout le cheptel était abattu. L’éleveur était alors remboursé entièrement. « C’est à cette époque que notre service de traçabilité actuel a été renforcé. Il est aujourd’hui l’un des plus performants d’Europe. Nous avons fait beaucoup d’efforts pour crédibiliser la viande puisque nous exportons huit à neuf animaux sur dix produits. Nous avons également mis l’accent sur la qualité en développant notre schéma de qualité, Quality Assurance Scheme, en 2005. Cette démarche a été concluante car cela fait trois ans que nous atteignons les 50 000 tonnes de viandes exportées vers la France. Pour le premier semestre 2010, nous avons constaté une hausse de 14 % des volumes. Et de manière plus générale, nous avons développé le nombre de clients européens en passant de 20 enseignes de grande distribution en 2002 à plus de 70 en 2009 », poursuit Bernadette Byrne.


Les types de produits importés par la France ont également évolué. Avant la crise, les arrières de vaches étaient privilégiés. Depuis, les viandes fraîches désossées représentent les trois quarts des volumes, contre seulement un quart pour les viandes fraîches avec os. Abats, côtes de boeuf et onglets, ainsi que les déhanchés (faux-filets, filets, milieu de train de côtes, bavettes) et les avants pour les steaks hachés sont les morceaux les plus demandés. Les principaux clients se répartissent comme tels : grandes distribution (25 %), grossistes (25 %) et restauration hors foyer (40 %). « Notre stratégie commerciale en France s’oriente sur le boeuf. Nous souhaitons faire découvrir ce produit dans ce pays où le marché est preneur en vaches. C’est d’ailleurs le boeuf à l’image traditionnelle et naturelle qui nous a permis de relever nos exportations vers la France. Il se positionne dans presque toutes les GMS, mais aussi en restauration commerciale et haut de gamme. La régularité du produit est un atout. Cet animal pas trop lourd et assez jeune permet d’obtenir des carcasses dont le poids est en phase avec la demande du consommateur français », conclut Bernadette Byrne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande