Aller au contenu principal

Yves Tregaro de FranceAgriMer
"La fin des quotas laitiers aura des impacts sur la filière viande bovine"

Le régime des quotas laitiers prendra définitivement fin le 1er avril 2015, ce qui pourrait faire évoluer le secteur laitier et par ricochet, celui de la viande bovine.

© C. Delisle

Pourriez-vous nous rappeler dans quel contexte arrive l'après quotas ?

Yves Trégaro - Depuis l'instauration des quotas en 1984, les exploitations laitières se sont concentrées dans le croissant laitier. Zone qui s'étend des Pays de la Loire jusqu'aux contreforts du Massif central, en passant par la Bretagne, la Normandie, le Nord et les plaines de l'Est. Par ailleurs, les effectifs de vaches laitières en France ont régulièrement diminué (- 1,2 % par an entre 2000 et 2011) en raison de l'augmentation de la production laitière moyenne par vache. Cette décapitalisation s'est traduite par une baisse du nombre de réformes laitières disponibles pour les abattoirs et outils industriels, situés principalement dans le croissant laitier. Autres observations : la diminution et l'évolution de la consommation de viande plus orientée vers des produits élaborés, rapides à cuire et peu chers (notamment le steak haché).


Quels changements pourraient se dessiner après 2015 ?

Y. T. - Plusieurs idées se dégagent. On devrait observer une concentration des effectifs de vaches laitières dans le croissant laitier et à l'inverse, plutôt une déprise dans des zones où le lait est marginal. On pourrait également aller vers davantage de spécialisation de l'atelier lait, ce qui sous-entend des animaux à haut potentiel laitier et de moins en moins conformés. Le revenu viande deviendrait marginal et n’inciterait pas les producteurs à la finition des bêtes. La génétique pourrait encore accentuer ce phénomène, car l’amélioration des performances laitières se fait au détriment de la viande. Une diminution des réformes laitières et par conséquent du « minerai » pour le steak haché est donc à envisager. Pour l’instant, il est encore un peu trop tôt pour valider ces hypothèses. Il faut attendre début 2013 pour entrevoir les stratégies que les éleveurs laitiers vont mettre en place.

La fin du régime des quotas aura-t- elle également des conséquences sur la filière allaitante ?

Y. T. - Les conséquences de la fin des quotas laitiers sont complexes à évaluer. Il existe une forte imbrication des ateliers lait et viande dans de nombreuses exploitations. Cette spécificité de la filière bovine française fait que les impacts pressentis sur le troupeau laitier vont au-delà et touchent également le troupeau allaitant. L’après 2015 marquera sûrement un changement tout comme l’a été l’instauration des quotas en 1984. À cette époque, beaucoup d’éleveurs laitiers avec des quotas insuffisants se sont tournés vers la création d’un atelier d’engraissement, voire vers la constitution d’un troupeau allaitant, pour valoriser des surfaces herbagères disponibles, soutenant ainsi la production de viande bovine. En 2015, le contexte devrait être complètement différent.

Quels impacts pour la filière viande bovine ?

Y. T. - Les évolutions pressenties laissent envisager une baisse du nombre des éleveurs mixtes. Dans le contexte de la spécialisation de l’atelier lait, ces producteurs pourraient favoriser le troupeau laitier aux dépens de l’allaitant, pour des raisons économiques et d’organisation de l’exploitation. Par ailleurs, le déficit de « minerai » laitier devrait conduire à une réflexion au sein de la filière allaitante sur les choix à opérer pour les années à venir. Ces transformations entraîneront donc une modification des apports pour l’industrie de la viande bovine. Les industriels devront vraisemblablement mettre en œuvre plusieurs solutions pour maintenir l’équilibre offre- demande.


Dans cette situation, de nombreuses questions se posent aux acteurs de la filière (génétique, éleveurs, abatteurs, transformateurs). Quel type d’animaux produire demain pour être en mesure de répondre au mieux à la demande ?



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Pac: les aides aux bovins allaitants et laitiers revalorisées pour la campagne 2020
Le montant unitaire de l'aide aux bovins allaitants est revalorisé à 171,25 euros par vache (au lieu de 166 euros) pour les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande