Aller au contenu principal

Economie de la filière
La fièvre catarrhale ovine a désorganisé le marché des gros bovins


Alors que depuis la fin de la seconde crise de l´ESB, les niveaux des prix des gros bovins était plutôt orientés à la hausse, ils ont nettement reculé en 2007. En contribuant à désorganiser les marchés, l´arrivée de la fièvre catarrhale ovine a largement contribué à ce mouvement.
En début d´année il y a eu une hausse sensible des volumes abattus résultant notamment de la baisse des exportations d´animaux maigres et finis dans les seize départements concernés par la FCO à l´automne 2006. A cette donnée est venue s´ajouter l´impact de la légère recapitalisation du cheptel allaitant français, associé à la progression du nombre de JB laitiers.

Les restrictions de transport liées à la FCO ont fait plonger les prix de ces broutards limousins. ©F. d´Alteroche

+ 20 % de JB en avril
« Sur les quatre premiers mois de l´année 2007, les abattages de JB en France ont progressé de 15 % en nombre de têtes par rapport à 2006 et de plus 11 % par rapport à 2005. Pour le seul mois d´avril, la production était même de l´ordre de + 20 % » explique la Fédération nationale bovine. Et ces animaux ont aussi été abattus plus lourds compte tenu des retards pris dans les abattages.
Les restrictions de transport liées à la FCO ont aussi fait plonger le prix du maigre avec d´ailleurs une suspension des cotations pendant six semaines pour certaines catégories. En fin d´année, les cotations des broutards étaient en moyenne inférieures de plus de 10 % à celles de fin 2006. La hausse du coût de l´alimentation animale, consécutive à l´envolée du prix des céréales, a également joué sur le prix d´achat des broutards.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« J’ai envoyé mes propositions de contrats à mes négociants. Et vous ? »
David Moisan, éleveur de charolaises et président de la section viande bovine de la FNSEA de Loire-Atlantique a interpellé les…
Stéphanie Mocques-Goure, éleveuse. « Je cherche au maximum à ne pas avoir recours au tracteur. "
[Charges de mécanisation] « Je sors mes piquets plutôt que mon tracteur »
À Beaufort-en-Anjou, dans le Maine-et-Loire, le pâturage est un partenaire de choix pour permettre à Stéphanie Mocques-Goure de…
« Nous ne voulons plus travailler à perte »
La contractualisation est « le » sujet du moment pour la production de viande bovine. Il cristallise bien des discussions sur le…
Que nous réserve "l'année viande bovine" 2022 ?

2021 a été une année « bovine » contrastée. Après un début de printemps sec et frisquet, la météo s’…

Patrick Veysset
« Les charges de mécanisation par hectare augmentent avec la taille des exploitations bovins viande »
Patrick Veysset est économiste au centre Inrae de Theix dans l’unité mixte de recherche sur les herbivores. Il constate au fil…
L’engraissement des vaches repose sur un équilibre à trouver entre l’animal, les ressources disponibles et le marché visé, à réfléchir à l’échelle du système.
Des recommandations pour la finition des vaches de réforme du troupeau allaitant
La vente de vaches finies représente une part importante du produit viande. À la lumière de plusieurs essais conduits sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande