Aller au contenu principal

Prairies naturelles
A la ferme de Jalogny, les techniciens planchent sur le diagnostic prairial

L´Institut de l´élevage organise régulièrement des stages destinés à acquérir les connaissances nécessaires pour réaliser un bon diagnostic prairial. Petit aperçu dans la chlorophylle bourguignonne.


Le dictionnaire définit la botanique comme la « science qui étudie les végétaux. » Bien entendu, graminées et légumineuses fourragères couramment cultivées sont le plus souvent bien connues des éleveurs et techniciens. Il en est généralement tout autrement pour bon nombre de plantes dont la présence est pourtant courante au sein de la flore qui compose les prairies permanentes. Et lorsque l´on sait que ces prairies occupent en France près de 70 % des surfaces fourragères, on comprend l´intérêt d´avoir une meilleure connaissance de ce milieu apparemment banal, mais qui l´est beaucoup moins si l´on prend le temps de l´observer et de chercher comment il fonctionne. Prairies temporaires de longue durée et prairies permanentes se composent de nombreuses espèces qui, au gré des pratiques adoptées par l´éleveur vont se concurrencer avec plus ou moins de vigueur. L´équilibre entre les différentes espèces qui composent le couvert végétal est donc variable au cours d´une saison, d´une année ou entre années. Les deux facteurs clés que sont la nature du sol et le climat, eux-mêmes combinés aux pratiques de l´éleveur, vont générer une modification des équilibres entre les différentes espèces.
Une bonne compréhension des mécanismes qui régissent ces modifications est donc du plus grand intérêt pour l´éleveur qui pourra alors les faire jouer à son profit ou tout du moins en tenir compte.
Pour permettre de mieux appréhender toute cette complexité de la prairie et de son fonctionnement, l´Institut de l´élevage propose régulièrement des stages de formation. Organisés sur trois journées consécutives, ils s´adressent aux techniciens et éleveurs intéressés et laissent une large place à la pratique. « L´objectif est d´appliquer une méthode de diagnostic des prairies à partir de la connaissance de la flore prairiale pour ensuite être en mesure de proposer des voies d´amélioration ou de rénovation », résume Carole Gateau, de la chambre d´agriculture de Saône-et-Loire qui a co-organisé l´un de ces stages qui s´est déroulé mi-mai à la ferme expérimentale de Jalogny, en Saône-et-Loire.
Neuf techniciens salariés de chambres d´agriculture principalement bourguignonnes étaient inscrits et la formation était assurée par François Hubert, spécialiste reconnu de la prairie permanente et lui-même salarié de la chambre d´agriculture du Maine-et-Loire.
François Hubert a vulgarisé son savoir trois jours durant à des stagiaires attentifs et passionnés. ©F. d´Alteroche

Une formation qui se déroule surtout sur le terrain
Après quelques données théoriques sur la reconnaissance sur pied des espèces présentes dans la prairie, l´essentiel de cette formation se déroule sur le terrain, pieds dans les bottes, un manuel de reconnaissance des espèces dans une main et des graminées ou légumineuses dans l´autre. Dans les parcelles de la ferme expérimentale, il s´agissait donc d´abord de faire de la botanique pour identifier les différentes espèces. L´objectif était ensuite de déterminer la proportion de ces dernières et connaître celles qui sont intéressantes sur le plan fourrager. A partir de ces chiffres et des indications fournies par la présence de telle ou telle espèce, il s´agissait de savoir quels enseignements en dégager. Au final, l´objectif étant de savoir quelles conclusions en tirer pour conseiller un agriculteur sur la façon la plus opportune de tirer profit de sa parcelle.
« Je cherchais à me perfectionner sur la reconnaissance des espèces végétales prairiales et également à bénéficier de l´expérience de François Hubert. La méthode de reconnaissance proposée est le point fort de cette formation, avec un système permettant d´identifier avec efficacité l´espèce considérée, et ce dès le stade plantule, donc à tout moment de l´année. J´ai appliqué les connaissances acquises dès le lendemain du stage sur le terrain, lors de visites de prairies dans le Val de Saône pour réaliser des analyses d´herbe. Les acquis du stage seront mis en valeur lors des visites d´exploitation, mais également pour mettre en place des protocoles d´essais chez des éleveurs (effets de hersage de prairies, de sursemis, de pratiques d´élevage.) », expliquait à la fin du stage Jérôme Séquin, technicien à la chambre d´agriculture de Côte-d´Or.
Trois prairies au profil très différents, faisant toutes partie du parcellaire de la ferme expérimentale de Jalogny ont donc été diagnostiquées dans le détail au cours des deux premières journées. La troisième fut consacrée à un cas concret sur une exploitation. Suivent en image les grandes étapes de la réalisation d´un diagnostic de parcelle.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande