Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

La FCO fait son retour dans l'Allier

Alors que la campagne de commercialisation du bétail maigre venait de démarrer, un cas de FCO a été découvert au coeur du bassin allaitant Français.

Ce cas de FCO bloque les animaux sur les exploitations, en plein redémarrage de la campagne de vente du maigre, alors que la sècheresse a réduit les quantités de fourrages disponibles.
Ce cas de FCO bloque les animaux sur les exploitations, en plein redémarrage de la campagne de vente du maigre, alors que la sècheresse a réduit les quantités de fourrages disponibles.
© F. d'Alteroche

Le sort semble s'acharner sur les éleveurs de bovin. Après la crise du lait, la baisse du prix des bovins finis, la canicule et la sècheresse, c'est désormais la FCO qui revient à la charge et menace de paralyser le commerce du bétail maigre sur une grande partie du bassin allaitant. Le Ministère de l'Agriculture a annoncé le 11 septembre la découverte d'un cas de fièvre catarrhale ovine à sérotype 8 dans une exploitation du département de l'Allier dont il n'a pas voulu révéler le lieu exact. 27 bovins et 6 ovins s'y sont révélés positifs. « L'élevage a été placé sous surveillance renforcée et les mouvements d'animaux ont été bloqués au sein de l'exploitation. De plus, une zone de protection et de surveillance de 150 km de rayon autour de l'élevage concerné a été définie. » précise le Ministère. Cela concerne un total de 21 départements en distinguant les départements totalement inclus dans la zone des 150 km (Allier, Cher, Creuse, Nièvre et Puy de Dôme) et ceux qui ne le sont que partiellement (Ain, Aveyron, Cantal, Corrèze, Côte d'Or, Indre, Loir et Cher, Loire, Haute-Loire, Loiret, Lozère, Rhône, Saône et Loire, Vienne, Haute-Vienne et Yonne). « Les entrées et les sorties du périmètre de surveillance sont interdites, sauf sous certaines conditions à destination de l'abattoir (transport direct, abattage immédiat et désinsectisation) ou de certains pays tiers en fonction des certificats. » précise le GDS de l'Allier.

L'Europe a été avertie et des échanges ont eu lieu sur la question de l'indemnisation du ou des éleveurs touchés. Le ministre a fait acheter toutes les doses possibles du vaccin contre le sérotype 8 et a décidé de procéder à une vaccination dont l'ampleur sera décidée lundi 14 septembre en concertation avec les professionnels et les institutions sanitaires. 1,3 million de doses sont disponibles. »

Le Ministre rencontrera les responsables nationaux des filières d'élevage jeudi 17 septembre afin de discuter des mesures financières à mettre en place pour accompagner les éleveurs impactés. Le Ministre prendra également contact avec les Commissaires européens à la santé et à l'agriculture dès le début de la semaine prochaine (semaine 38) afin de les informer de la situation sanitaire et des mesures de gestion mises en oeuvre par la France.

Pas de risque sur le lait et la viande

Pour rappel, la FCO est une maladie virale, transmise par des moucherons piqueurs. Les espèces sensibles à la FCO sont les ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages. La France continentale était indemne de FCO depuis décembre 2012. Le sérotype 8 ne circule plus depuis 2010 en France, et cette maladie est strictement animale : elle n'est pas transmissible à l'homme et elle n'affecte pas la qualité des denrées (viandes, lait, etc). Elle ne représente donc un danger ni pour les citoyens, ni pour les consommateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande