Aller au contenu principal

La FCO fait son retour dans l'Allier

Alors que la campagne de commercialisation du bétail maigre venait de démarrer, un cas de FCO a été découvert au coeur du bassin allaitant Français.

Ce cas de FCO bloque les animaux sur les exploitations, en plein redémarrage de la campagne de vente du maigre, alors que la sècheresse a réduit les quantités de fourrages disponibles.
Ce cas de FCO bloque les animaux sur les exploitations, en plein redémarrage de la campagne de vente du maigre, alors que la sècheresse a réduit les quantités de fourrages disponibles.
© F. d'Alteroche

Le sort semble s'acharner sur les éleveurs de bovin. Après la crise du lait, la baisse du prix des bovins finis, la canicule et la sècheresse, c'est désormais la FCO qui revient à la charge et menace de paralyser le commerce du bétail maigre sur une grande partie du bassin allaitant. Le Ministère de l'Agriculture a annoncé le 11 septembre la découverte d'un cas de fièvre catarrhale ovine à sérotype 8 dans une exploitation du département de l'Allier dont il n'a pas voulu révéler le lieu exact. 27 bovins et 6 ovins s'y sont révélés positifs. « L'élevage a été placé sous surveillance renforcée et les mouvements d'animaux ont été bloqués au sein de l'exploitation. De plus, une zone de protection et de surveillance de 150 km de rayon autour de l'élevage concerné a été définie. » précise le Ministère. Cela concerne un total de 21 départements en distinguant les départements totalement inclus dans la zone des 150 km (Allier, Cher, Creuse, Nièvre et Puy de Dôme) et ceux qui ne le sont que partiellement (Ain, Aveyron, Cantal, Corrèze, Côte d'Or, Indre, Loir et Cher, Loire, Haute-Loire, Loiret, Lozère, Rhône, Saône et Loire, Vienne, Haute-Vienne et Yonne). « Les entrées et les sorties du périmètre de surveillance sont interdites, sauf sous certaines conditions à destination de l'abattoir (transport direct, abattage immédiat et désinsectisation) ou de certains pays tiers en fonction des certificats. » précise le GDS de l'Allier.

L'Europe a été avertie et des échanges ont eu lieu sur la question de l'indemnisation du ou des éleveurs touchés. Le ministre a fait acheter toutes les doses possibles du vaccin contre le sérotype 8 et a décidé de procéder à une vaccination dont l'ampleur sera décidée lundi 14 septembre en concertation avec les professionnels et les institutions sanitaires. 1,3 million de doses sont disponibles. »

Le Ministre rencontrera les responsables nationaux des filières d'élevage jeudi 17 septembre afin de discuter des mesures financières à mettre en place pour accompagner les éleveurs impactés. Le Ministre prendra également contact avec les Commissaires européens à la santé et à l'agriculture dès le début de la semaine prochaine (semaine 38) afin de les informer de la situation sanitaire et des mesures de gestion mises en oeuvre par la France.

Pas de risque sur le lait et la viande

Pour rappel, la FCO est une maladie virale, transmise par des moucherons piqueurs. Les espèces sensibles à la FCO sont les ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages. La France continentale était indemne de FCO depuis décembre 2012. Le sérotype 8 ne circule plus depuis 2010 en France, et cette maladie est strictement animale : elle n'est pas transmissible à l'homme et elle n'affecte pas la qualité des denrées (viandes, lait, etc). Elle ne représente donc un danger ni pour les citoyens, ni pour les consommateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande