Aller au contenu principal

"La double peine des maladies iatrogènes"

Un trouble de santé directement consécutif aux soins prodigués par les soignants à un patient malade est une maladie iatrogène. La plupart de ces troubles sont dus aux effets indésirables directs des médicaments et aux infections contractées dans un établissement de soins, pour un total de plus de 20 000 décès et plus de 150 000 hospitalisations. Si les troubles directement imputables aux médicaments bien utilisés et dans la bonne indication sont probablement plus rares en médecine rurale qu’en médecine humaine, il y a pas mal à faire pour améliorer la pratique et la sécurité des soins. Un exemple parmi d’autres avec la sonde lactée qui sauve bien plus de veaux qu’elle n’en tue, mais qui pourrait en tuer moins encore avec quelques précautions de bon sens.

Une sonde déglinguée

Il y a la sonde qui sert pour tout le monde - pour nourrir et réhydrater les veaux malades et pour donner le colostrum à un nouveau-né et qui, non désinfectée, contaminera le nouveau-né avec le virus du veau plus âgé. Il y a la sonde tout juste rincée et toujours humide dans laquelle prolifèrent toutes sortes de pathogènes, qui infligeront parfois au veau malade une autre infection que celle pour laquelle vous le soignez. Il y a l’olive de la sonde que les veaux ont mordu et qui rabote au passage la muqueuse de l’œsophage en infligeant de douloureux ulcères. Il y a la sonde dont l’olive est prévue pour ne pas pouvoir pénétrer dans la trachée d’un veau de taille standard et qui, un peu trop grosse, abîme l’œsophage d’un petit jumeau, voire même le déchire. Et puis il y a aussi la sonde déglinguée à force d’être pliée, cette sonde dont les morceaux tiennent ensemble par de l’adhésif et dont finalement un veau énervé avale un morceau au cours d’un sondage plus sportif qu’à l’accoutumé. Inutile de dire qu’il a fallu faire une trappe pour aller le chercher… Deux sondes au lieu d’une dans votre exploitation, un peu de détergent, de désinfectant et de toile émeri, ça n’est pas la mer à boire ! Un paquet d’aiguilles et de seringues à usage unique non plus.

"Un bout de sonde sorti de l’estomac !"
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande