Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Projections de la FAO
La demande mondiale en viande bovine en hausse sensible

Les derniers chiffres de la FAO montrent une progression de la demande mondiale en produits carnés d’ici à 2050, du fait entre autres, de la croissance démographique.

© infographie Réussir

Toutes espèces confondues, la demande mondiale en produits carnés devrait progresser de 73 % d’ici 2050. Ce fort accroissement des besoins concernera tout particulièrement la volaille. La demande en viande bovine devrait quant à elle progresser d’environ 58 % (voir graphique).

Il s’agit là de la dernière réactualisation des chiffres de la FAO dévoilés mi-décembre.Une demande en forte hausse liée à la croissance démographique mondiale et à la progression de la demande dans la plupart des pays en développement. Cette hausse sensible des besoins devrait s’accompagner de perspectives assez favorables pour les prix à la production. La raréfaction des ressources halieutiques et donc leur prévisible renchérissement devrait par ailleurs contribuer à renforcer ce phénomène.

ACCROÎTRE LA PRODUCTION PAR TÊTE

Cette demande accrue en produits carnés mais aussi en produits laitiers ne pourra être obtenue que par une augmentation de la productivité par animal. « L’essor de la production de l’élevage des 40 dernières années s’explique en grande partie par l’augmentation du nombre d’animaux élevés. Mais il est difficile de penser que l’on pourra couvrir la demande escomptée à l’horizon 2050 en élevant deux fois plus de volailles, 80 % de plus de petits ruminants, 50 % de plus de bovins et 40 % de plus de porcs tout en utilisant le même niveau de ressources naturelles qu’actuellement », explique le document de la FAO.

Pour cet organisme, les hausses de production nécessaires à la satisfaction des besoins en produits carnés des 9,15 milliards de terriens présents sur la planète en 2050 ne passeront donc pas uniquement par la croissance des cheptels. Les augmentations de production devront plutôt provenir d’améliorations susceptibles de doper l’efficience des systèmes d’élevage pour convertir les ressources naturelles en denrées alimentaires et de la réduction des déchets. Répondre à une demande croissante en protéines animales passera également par la nécessité de relever « un certain nombre de défis supplémentaires, notamment les sécheresses, les pénuries d’eau et d’autres effets liés aux évolutions du climat. »

La FAO souligne également la menace liée à l’arrivée de nouvelles maladies animales découlant de ces évolutions climatiques, mais également de l’accroissement des transports et échanges de marchandises favorisant la dissémination de certaines maladies.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande