Aller au contenu principal

Élevage des génisses
La croissance compensatrice a peu d´influence sur les carcasses et la viande

Quel niveau de croissance rechercher pour des génisses en phase d´élevage ? La croissance compensatrice est étudiée à l´Inra de Theix.


La compensation est l´accélération de croissance observée chez des animaux ayant subi une période de restriction alimentaire, quand on leur distribue à nouveau une alimentation non limitée. Ses mécanismes, et son influence sur les carcasses et les muscles sont étudiés à l´Inra de Theix.
« Pendant la phase de croissance compensatrice, le métabolisme de base des bovins reste adapté à un faible apport alimentaire. Leur organisme est alors particulièrement efficace pour utiliser les nutriments, l´utilisation de l´énergie et la proportion de protéines retenues sont accrues. La restriction alimentaire entraîne aussi une modification des sécrétions hormonales qui favorise l´accrétion protéique », explique Thierry Hoch de l´Inra de Clermont-Ferrand(1).

La réponse des animaux suite à une période de restriction alimentaire dépend essentiellement de la durée et de la sévérité de cette restriction. Passé le stade du sevrage, les bovins peuvent compenser pendant une période assez longue. La capacité de compensation des animaux diminue cependant à mesure qu´ils se rapprochent de l´âge adulte. Il est souvent difficile de découpler les apports énergétiques des apports azotés chez les ruminants, la restriction porte donc sur ces deux composantes. « Il semble qu´un optimum de compensation soit obtenu après une période de restriction ni trop forte, ni trop faible ». Pendant la compensation, la nourriture doit être fournie à volonté pour que le maximum de croissance ait lieu. « L´ingestion augmente d´en moyenne 10 % par rapport à des animaux en croissance continue mais selon les expérimentations, cette augmentation de l´ingestion peut varier de 3 à 24 %, selon en particulier la vitesse de redéveloppement du tractus digestif. »
La croissance est accélérée dans la phase de compensation.

L´effet dépend de la sévérité de la restriction
Les expérimentations ont assez régulièrement montré que l´alternance d´une phase de restriction puis de réalimentation entraîne une augmentation du poids de certains viscères et une diminution de la proportion de gras dans la carcasse. « Ces observations doivent être nuancées car ceci aussi dépend de la sévérité et de la durée de la restriction, et du niveau de réalimentation, analyse Thierry Hoch. On peut retenir qu´à même poids vif, les animaux sont souvent soit plus maigres que des animaux en croissance continue, soit ne présentent pas de différence de composition corporelle ».
Les effets sur les caractéristiques musculaires et la qualité de la viande montrent eux aussi des résultats variables d´une expérimentation à l´autre. Certaines mettent en évidence que la compensation a un effet améliorateur de la tendreté de la viande.

Les autres propriétés sensorielles sont peu affectées. Les changements induits des caractéristiques des muscles sont souvent réversibles. Par exemple la taille des fibres diminue pendant la restriction mais elles reprennent leur taille initiale pendant la compensation. « Quoi qu´il en soit l´intérêt économique d´une conduite avec restriction hivernale de l´alimentation et utilisation optimale du pâturage ne se dément pas. »


(1) Hoch, Begon, Cassar-Malek, Picard, Savary-Auzeloux. Inra Productions animales, février 2003.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Une rémunération possible des éleveurs pour les efforts fournis en matière de réduction de l’empreinte carbone
Les webinaires d’automne de l’Institut de l’élevage ont été l’occasion de faire un point sur le plan carbone de la filière viande…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande