Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Finale de Moulins
La crème Charolaise achève la saison des concours

Moulins est le dernier rendez-vous des sélectionneurs Charolais avant la trêve hivernale. Aperçu des quatre principaux champions.

Le traditionnel concours de Moulins, dans l'Allier, 117° du nom cette année, a conclu fin novembre la saison des différents concours Charolais. Il a surtout permis de confronter les lauréats de tous les différents concours qui se sont déroulés dans les départements où la race est bien implantée. Une date qui marque aussi le véritable début de la saison hivernale avec des éleveurs qui seront désormais surtout mobilisés par les soins aux animaux et la surveillance des vêlages.

Cette manifestation a rassemblé des animaux toujours aussi impressionnants côté poids et développement, à l'image du super prix d'honneur des mâles de l'année - appartenant à Thierry Marié dans le Cher - qui affichait 753 kilos à peine âgé d'un an. Dans la catégorie des mâles adultes, le lauréat est Eldorado (à Cédric Tainturier, Côte d'Or), le dernier champion du concours national de Saulieu. Pour les femelles adultes, la championne vient de Lorraine. Dentelle (au Gaec Nanotti, Moselle) avait été championne à Metz. Enfin, dans la catégorie des laitonnes de l'année, c'est Harmonie à Eric Feurtet (Saône et Loire) qui a été distinguée par le jury.

Côté commerce, cette manifestation a comme à l'accoutumé permis aux sélectionneurs de prendre différents contacts. « Il y a eu de nombreuses transactions tout au long de l'automne. » expliquait Michel Baudot, président du herd book Charolais. La conjoncture plus favorable sur le marché de la viande finie a incité à renouveler de nombreux taureaux, même si la dégringolade sur le prix du maigre tout au long du mois de novembre est facteur d'inquiétude. « On assiste également à une évolution de l'âge auquel sont vendus les taureaux de renouvellement qui est très lié au désaisonnement des dates de vêlage chez bon nombre de nos clients. Beaucoup d'éleveurs veulent des taureaux prêts à saillir et donnent par conséquent priorité aux jeunes mâles âgés de 18 mois à deux ans plus qu'à des veaux de l'année qui ne pourront être utilisés que sur un nombre limité de femelles pour leur première saison de monte. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Yves Lagorsse est parti d’une idée de son épouse pour imaginer et construire ce parc mobile associant râtelier et cornadis et destiné à bloquer des bovins et intervenir plus aisément sur des lots à l’herbe. Construit il y a une vingtaine d’années avec deux voisins à partir de matériaux de récupération, l’outil est toujours utilisé aujourd’hui. Avec 10,5 mètres de long, « il n’est pas aux normes actuelles pour aller sur la route ». Lorsqu’il ... © E. Durand
Un parc mobile pour intervenir en pâtures
Yves Lagorsse, éleveur en Corrèze (19), utilise un parc mobile depuis plus de vingt ans. Il est très pratique pour intervenir sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande