Aller au contenu principal
Font Size

Finale de Moulins
La crème Charolaise achève la saison des concours

Moulins est le dernier rendez-vous des sélectionneurs Charolais avant la trêve hivernale. Aperçu des quatre principaux champions.

Le traditionnel concours de Moulins, dans l'Allier, 117° du nom cette année, a conclu fin novembre la saison des différents concours Charolais. Il a surtout permis de confronter les lauréats de tous les différents concours qui se sont déroulés dans les départements où la race est bien implantée. Une date qui marque aussi le véritable début de la saison hivernale avec des éleveurs qui seront désormais surtout mobilisés par les soins aux animaux et la surveillance des vêlages.

Cette manifestation a rassemblé des animaux toujours aussi impressionnants côté poids et développement, à l'image du super prix d'honneur des mâles de l'année - appartenant à Thierry Marié dans le Cher - qui affichait 753 kilos à peine âgé d'un an. Dans la catégorie des mâles adultes, le lauréat est Eldorado (à Cédric Tainturier, Côte d'Or), le dernier champion du concours national de Saulieu. Pour les femelles adultes, la championne vient de Lorraine. Dentelle (au Gaec Nanotti, Moselle) avait été championne à Metz. Enfin, dans la catégorie des laitonnes de l'année, c'est Harmonie à Eric Feurtet (Saône et Loire) qui a été distinguée par le jury.

Côté commerce, cette manifestation a comme à l'accoutumé permis aux sélectionneurs de prendre différents contacts. « Il y a eu de nombreuses transactions tout au long de l'automne. » expliquait Michel Baudot, président du herd book Charolais. La conjoncture plus favorable sur le marché de la viande finie a incité à renouveler de nombreux taureaux, même si la dégringolade sur le prix du maigre tout au long du mois de novembre est facteur d'inquiétude. « On assiste également à une évolution de l'âge auquel sont vendus les taureaux de renouvellement qui est très lié au désaisonnement des dates de vêlage chez bon nombre de nos clients. Beaucoup d'éleveurs veulent des taureaux prêts à saillir et donnent par conséquent priorité aux jeunes mâles âgés de 18 mois à deux ans plus qu'à des veaux de l'année qui ne pourront être utilisés que sur un nombre limité de femelles pour leur première saison de monte. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande