Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Marché de la viande bovine 2006
La consommation européenne stimulée par la crise de la grippe aviaire

Le bilan européen de l´année écoulée est marqué par une consommation ferme et un recul des exportations. Le déficit en viande bovine continue de se creuser avec 315 000 téc en 2006 selon l´Institut de l´élevage.


La consommation de viande bovine a augmenté de 2 % à l´échelle de l´Union européenne sur l´année 2006. « La consommation aurait même été certainement plus élevée si les disponibilités avaient été là », analyse l´Institut de l´élevage(1). Pendant tout le premier semestre de l´année, le déchaînement médiatique autour de la crise de la grippe aviaire a conduit les consommateurs à reporter leurs achats vers le porc et le boeuf. Puis pendant l´été, les achats de volaille reprenaient. Cet effet de report a été très marqué en Italie (+3 % de consommation). En Allemagne, la Coupe du monde de football a participé à la progression de presque 1 % de la consommation de viande bovine, sur l´année. En progression, les ventes de viande bovine vers les autres pays européens ont limité cette consommation allemande. La Grande-Bretagne continue sur sa lancée (+2 % de consommation) et a désormais largement dépassé son niveau d´avant la crise de l´ESB. « Les Britanniques sont de plus en plus friands de viande bovine et satisfont sans problème leur goût grâce à un pouvoir d´achat toujours plus élevé. » En France, la consommation a légèrement baissé, de moins de 1 %. La baisse des disponibilités en est l´explication essentielle.
A l´échelle de l´Union européenne à 25, le manque de disponibilités et la forte demande intérieure ont limité les ventes aux pays Tiers. Ce phénomène qui dure depuis maintenant deux ans s´est bien amplifié sur 2006. « La diminution des restitutions à l´exportation de viande congelée a aussi joué un rôle en 2006 sur le recul des exportations européennes », note l´Institut de l´élevage. Les restitutions ont baissé de 30 % et sur le marché russe, la concurrence brésilienne a été forte et les ventes de l´UE ont baissé de 6 %. Enfin, le débouché libanais pour les animaux vifs a quasiment disparu, du fait non seulement de la baisse des restitutions mais aussi à partir de l´été à cause de la guerre et du blocus.
Le retour tant redouté des vaches britanniques n´aura pas bouleversé le marché européen. ©F. Mechekour

Pause de la croissance des importations
« A cause des problèmes en Amérique du Sud, en 2006, la croissance des importations européennes a été stoppée net. » Alors que les importations de viande brésilienne étaient en pleine explosion depuis deux ans, leur niveau de 2006 est équivalent à celui de 2005. Et les achats en provenance d´Argentine ont baissé de 25 % par rapport à 2005, à cause de la politique gouvernementale de restrictions des exportations. L´Uruguay et l´Australie ont profité de ce retrait des deux géants pour développer leurs ventes sur l´Europe, mais au total, les volumes importés sont inférieurs de 4 % à ceux de 2005.
chiffres-clés
Union européenne à 25 en 2006 :
Cheptel : 86 millions de têtes dont 23 milions de vaches laitières et 12 millions de vaches allaitantes
Production abattue : 8,0 millions de téc
Consommation intérieure : 8,3 millions de téc
Exportations : 0,20 million de téc
Importations : 0,50 million de téc

(1) Institut de l´élevage, dossier Economie de l´élevage nº 363, décembre 2006.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Vignette
Castrer les vaches pour les engraisser
En supprimant les chaleurs, et avec elles l’agitation, les chevauchements et les risques de chute inhérents, la castration ne…
Vignette
Peut-on réduire le stress du sevrage ?
Le sevrage est une étape banale de l’élevage, mais il provoque toujours un stress très important pour le veau. Il est intéressant…
Vignette
Du maïs épi dans les rations pour gagner du temps
Coût de mécanisation réduit pour la distribution, concentration des rations en énergie, gain de temps : l’ensilage de maïs épi…
Vignette
Bien choisir son chien de troupeau
Pour obtenir d’un chien les services attendus, son choix doit être effectué avec attention. Race, lignée, sélection du chiot dans…
Vignette
Déléguer la surveillance des chaleurs au monitoring
Au Gaec Billaud, dans la Creuse une partie des vaches et génisses sont surveillées nuit et jour par monitoring de façon à mieux…
Vignette
4,94 % des vaches allaitantes sont conduites en bio
L’agence bio, agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique, a publié les chiffres pour 2018.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande