Aller au contenu principal

La Chine ouvre ses frontières aux bovins roumains

Un accord commercial a été signé par la Roumanie, en fin d’année dernière, pour l’exportation de bovins vers la Chine.

Arrivée d'un camion au point de contrôle du terminal de Yangshan, rattaché au port de Shanghai en Chine.
Arrivée d'un camion au point de contrôle du terminal de Yangshan, rattaché au port de Shanghai en Chine.
© Kevin Lee/Commission européenne

L'accord signé fin 2013 entre la Roumanie et la Chine pour l'exportation de bovins roumains  porterait sur un total de 500 000 animaux sur une période de dix ans.
Il s’agirait au moins dans un premier temps uniquement de reproducteurs. « Sachant que le cheptel roumain total s’élève à 2 millions d’animaux, dont environ 1,1 million de vaches laitières et 20 000 vaches allaitantes, le nombre d’animaux engagés dans cet accord semble énorme » commente Jean-Marc Chaumet de l’Institut de l’élevage. « La concrétisation de cet accord paraît difficile, au moins pour les prochaines années.
Il est cependant possible que la Roumanie exporte à court terme quelques milliers
de reproducteurs chaque année. » Et la Roumanie affiche sa volonté de développer massivement son cheptel dans les prochaines années pour répondre à ce marché.
La Chine a importé environ 120 000 vaches laitières en 2012, et près de 100 000 en 2013. Il s’agit majoritairement de Holsteins en provenance d’abord d’Australie, ainsi que de Nouvelle-Zélande et d’Uruguay. Avec cet accord, ce sont donc des animaux d’un type bien différent qui iraient faire carrière en Chine, puisque le cheptel roumain est essentiellement constitué de vaches laitières mixtes, d’une race proche de la Simmental, à moindre potentiel laitier. « Cet accord illustre la recherche de diversification de la part de la Chine de ses sources d’approvisionnement en animaux », explique Jean-Marc Chaumet. Elle négocie pays par pays pour ses importations, et non pas avec l’Union européenne en tant qu’interlocuteur unique. Jusqu’à présent, les frontières chinoises restent fermées aux animaux français en raison du statut du pays à l’égard de l’ESB.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande