Aller au contenu principal

À la boucherie, demandez la bouchère !

Dans le Morbihan, Séverine Coudé tient seule sa boucherie de 5 h 30 du matin à 19 h 30. Elle gère découpe, partie traiteur et approvisionnements.

« Chez Séverine », la boucherie, 
de Séverine Coudé à la devanture rouge vif est volontairement moderne. La partie traiteur représente au moins 30 % du chiffre d’affaires.
« Chez Séverine », la boucherie,
de Séverine Coudé à la devanture rouge vif est volontairement moderne. La partie traiteur représente au moins 30 % du chiffre d’affaires.
© E. Durand

«Boucher, charcutier, traiteur », ces trois appellations inscrites sur la devanture rouge vif de la boucherie de Séverine Coudé, à Guilliers, petit village du Morbihan, auraient pu être féminisées. Effectivement, Séverine (38 ans) gère seule sa boucherie depuis six ans. « Cela fait onze ans que je suis dans le métier, explique-t-elle. J’ai commencé en 2002, avec un patron, durant cinq ans, dans une boucherie dont j’ai repris l’activité en 2007. »


De la Blonde d’Aquitaine et rien d’autre


Les installations de cette première boucherie, située à quelques mètres de la nouvelle, étaient devenues obsolètes par rapport aux exigences de la direction des services vétérinaires (DSV). « Elle était également peu agréable à vivre », précise Séverine. Elle achète en 2010 et se lance dans plus d’un an de travaux. L’ouverture se fera le 16 novembre 2012.
Les livraisons ont lieu tous les jours jusqu’à neuf heures. « Je ne travaille que de la Blonde d’Aquitaine. La viande a une belle couleur. Elle est bien formée et pas grasse, déclare Séverine. Je ne prends que des génisses. » Une demi-carcasse lui est livrée chaque mardi par l’abattoir de Socopa (Montauban de Bretagne). Comme partout, les morceaux de premier choix partent rapidement. Mais elle a trouvé des solutions pour tout valoriser. « Je fais une promotion - trois steaks hachés, un offert - qui fonctionne très bien. En été, par exemple, je vends un pack de plats de côtes (5 kg) que les clients congèlent pour l’hiver. » La partie traiteur permet de valoriser d’autres morceaux. De plus, elle approvisionne, depuis onze ans, un foyer de soixante-dix personnes dont les commandes sont passées plus d’un mois à l’avance, facilitant la gestion. Pour la livraison, elle utilise sa voiture personnelle contenant un caisson frigorifique.


Le veau est acheté directement en ferme


Tous les lundis, Séverine achète un veau élevé sous la mère (110-120 kilos C) chez un éleveur voisin qu’elle conduit elle-même à l’abattoir, à 50 kilomètres. « Je me démarque ainsi de la grande surface car les clients connaissent l’origine de cette viande, affirme-t-elle. J’ai beaucoup de personnes âgées comme clients. Mais bon nombre de jeunes reviennent vers la boucherie traditionnelle. » Elle a déjà animé trois portes ouvertes dont une avec chezmonboucher.com, en lien avec l’abattoir Socopa, et une avec Les Compagnons du goût. Membre de plusieurs appellations, (Artisan Boucher, les Compagnons du goût, Notre cochon…), elle constate cependant que les clients s’intéressent plus à l’origine de la viande qu’aux labels en eux-mêmes. Entre son ancienne boucherie et la nouvelle, à la devanture volontairement rouge pour attirer l’œil et surtout le chaland, son chiffre d’affaires a progressé de plus de 20 %. « Mais si je compte toutes mes heures de travail, je ne gagne même pas un Smic. » Elle ne souhaite pas embaucher, ni prendre d’apprenti, préférant rester seule maître à bord, « Je n’aurais pas la patience ! », s’exclame-t-elle en souriant.


Préparer la charcuterie prend le plus de temps


Séverine possède deux chambres froides et désosse les carcasses « au fur et à mesure, en fonction de ce qui part ». La partie découpe peut lui prendre entre trente minutes et deux heures tous les matins. « Ce qui me prend le plus de temps, c’est la préparation de la charcuterie (pâtés de campagne, rillettes, saucissons à l’ail…) et des tripes », constate Séverine. Sa boucherie fait également épicerie-crèmerie (20 % du chiffre d’affaires contre 80 % pour la partie boucherie-traiteur). Elle va alors à Vannes une fois par mois pour refaire ses stocks et se fait livrer tous les quinze jours pour la partie crèmerie. Malgré un emploi du temps chargé, elle arrive à prendre quinze jours de vacances en hiver et trois semaines en été. À l’avenir, elle ne souhaite pas s’agrandir. Ses emprunts courent jusqu’en 2019, mais son inquiétude vient de son approvisionnement en veaux, car son éleveur fournisseur doit bientôt prendre sa retraite…

Boucher, un métier de femme ?

Pour Séverine Coudé, pas de doute, boucher est un métier qui se conjugue au féminin. « Dans un magasin comme le mien, il est plus classique de voir des couples travailler ensemble. La femme tient le magasin et l’homme s’occupe de la découpe de la viande, etc. Les clients me disent souvent que j’ai du mérite. Nous ne devons pas être beaucoup de femmes en France à faire ce métier, c’est vrai ! » Son seul souci n’est pas dans la découpe des carcasses, mais dans leur transport. « L’abattoir me livre la demi-carcasse en cinq morceaux. Je peux tout porter sauf le dernier morceau, l’arrière-main, qui pèse près de 110 kilos parfois. Mon mari vient alors m’aider. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Fortement contesté lors de leur édification durant l'hiver 2015, les deux stabulations de 180 m de long avaient été vandalisées avec des tags injurieux puis partiellement incendiées en décembre 2016.
Le centre d’engraissement de Saint Martial le Vieux repris par la société T’RHEA
Le centre d’engraissement collectif de Saint Martial le Vieux situé sur le plateau de Millevaches dans la Creuse a été repris par…
Un foin de faible valeur à volonté est-il idéal pour des vaches allaitantes gestantes ?
Peut-on tolérer un déficit protéique important, susceptible de perturber le fonctionnement du rumen, sur la fin de gestation des…
La Loi de santé animale modifie la prophylaxie IBR
Dès cet automne, la prophylaxie IBR s’allège pour les élevages qualifiés, mais accroit sa pression sur ceux qui ne sont entrés…
Les vaches fraîches vêlées sont plus faciles à traire juste après la mise bas lorsque leur principale préoccupation est de s’occuper des veaux nouveau-nés.
« Je drenche les veaux avec le colostrum juste après vêlage »
Sébastien Labrune est convaincu de l’intérêt d’une bonne gestion du colostrum. Le suivi colostral au niveau du troupeau va lui…
[Prospective] Un net recul du cheptel allaitant se profile à l’horizon 2030
Une étude prospective réalisée par l’Institut de l’élevage fait état d’un recul proche de 600 000 têtes pour le nombre de vaches…
Niveau record pour l'Ipampa viande bovine en septembre 2021
L'Ipampa viande bovine est l'indice des prix d'achat des moyens de production pour les producteurs de viande bovine. Il permet de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande