Aller au contenu principal

Dans le bocage angevin
La belle reconversion du Domaine des Rues

Sur les rives de la Mayenne, le Domaine des Rues se confond depuis le début du XIXè avec le passé de la Rouge des Prés. Depuis sa restauration, la belle histoire se poursuit.

Les anciennes granges et étables occupent une surface de 1500 m2 et une bonne partie des installations sont louées tout au long de la belle saison.
Les anciennes granges et étables occupent une surface de 1500 m2 et une bonne partie des installations sont louées tout au long de la belle saison.
© F. Alteroche

 


Avec ses toits en ardoise fraîchement rénovés, ses façades restaurées avec goût et ses pelouses soigneusement entretenues, le site du Domaine des Rues ne passe pas inaperçu. Cet ensemble architectural est situé en périphérie du joli village de Chenillé-Changé dans le Maine-et-Loire.


Depuis juillet 2010, il est devenu le QG de la Rouge des Prés. Les bâtiments datent de 1 836. Cette période correspond à certains bouleversements pour l’agriculture et l’élevage local. « À cette époque, pour illustrer les bienfaits du progrès et en convaincre leurs métayers, les propriétaires de grands domaines du Haut-Anjou et du sud du Maine vont construire des fermes modèles. Le Domaine des Rues en est un bel exemple.


Il a été créé par Camille de Rougé, dont le fils Olivier, sera le fondateur de la race », explique Albéric Valais directeur de la Sica « Domaine des Rues », à la fois organisme et entreprise de sélection de cette race bovine typiquement angevine. Quatre décennies auparavant, au moment de la Révolution, des aristocrates angevins avaient émigré en Angleterre. Là-bas, ils avaient eu tout le loisir d’observer et d’étudier les différentes pratiques agricoles alors en cours outre-Manche.


A leur retour d’exil, ils vont mettre en application une partie de ce qu’ils ont vu et appris. Cette période va correspondre à la vague d’utilisation de la Durham (une race britannique proche de l’actuelle Shorthorn) sur certaines populations bovines françaises. Des reproducteurs Durham seront croisés avec des animaux de race « Mancelle ». Après sélection dans des exploitations telles que le Domaine des Rues, leurs descendants seront à l’origine de l’actuelle Rouge des Prés.


DOUCE TERRE ANGEVINE


L’endroit était donc emblématique. Le choix et la possibilité de transférer en ce même lieu toutes les structures concernant la Rouge des Prés et l’AOC Maine-Anjou n’a fait qu’ancrer encore un peu plus profondément les racines de cette race de terroir dans la douce terre angevine permettant par la même occasion de faire vivre et pérenniser un bel exemple d’architecture rurale du XIXe.


« Le regroupement de toutes nos instances sur un même lieu a aussi contribué à donner un rôle fédérateur au Domaine des Rues », ajoute Albéric Valais. Pour faire vivre et rentabiliser ces bâtiments, une partie d’entre eux sont loués. L’accueil de séminaires et surtout de fêtes familiales permet de valoriser des installations initialement conçues pour héberger les 80 bêtes à cornes d’Olivier de Rougé.


Emplacement et infrastructures de qualité font que le lieu est apprécié. « Nous tablons sur vingt semaines par an pour cette activité de location. Cette année, nous avons des réservations tous les week-ends, de fin mai jusqu’en octobre, principalement pour des mariages. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande