Aller au contenu principal

Chez Emmanuel Savary dans la Manche
"Je délègue les travaux gourmands en puissance"

Avec 130 mères charolaises, Emmanuel Savary a préféré investir en temps et en argent sur l’élevage et déléguer le travail des champs.

Emmanuel Savary : "j'ai privilégié l'élevage plutôt que la mécanisation. J'ai investi dans un bâtiment pour les vaches et le stockage du fumier."
Emmanuel Savary : "j'ai privilégié l'élevage plutôt que la mécanisation. J'ai investi dans un bâtiment pour les vaches et le stockage du fumier."
© C. Delisle

J’ai commencé à travailler avec une entreprise dès mon installation en 1998. Il est plus rentable de déléguer certains travaux plutôt que d’avoir du matériel dans la cour. » Emmanuel Savary est éleveur à Sébeville dans la Manche d’un cheptel de 130 mères charolaises et leurs suites en système tout herbe. « Il est d’autant plus facile pour moi de déléguer la partie des travaux des champs que cela ne me passionne pas », explique Emmanuel Savary. Questions de rentabilité mais aussi de goût.

Un 50 et un 80 chevaux

L’éleveur a choisi de confier les travaux des champs à des entreprises de travaux agricoles. Seul, un plateau à foin est en Cuma pour rentrer les rouleaux sous le hangar. Curage de la stabulation deux fois dans l’année, épandage du fumier au mois de septembre, fauche et bottelage du foin ainsi que débroussaillage sont les travaux réalisés par trois entreprises différentes. « Il est vrai que je fais appel à plusieurs entreprises car lorsque j’ai commencé à déléguer le bottelage à une petite entreprise locale, elle n’avait pas le matériel pour le fauchage. J’ai alors eu recours à une seconde entreprise pour ce travail. Avant de demander à une troisième de venir pour le fumier, la seconde n’ayant pas le matériel nécessaire à l’époque. Depuis, j’ai gardé ce fonctionnement. En effet, chaque année, la même équipe pour chacune des entreprises vient. Je ne perds donc pas de temps à leur expliquer ce qu’il faut faire. Ils connaissent déjà exactement les lieux et mes besoins. » Emmanuel Savary effectue par contre le fanage et l’andainage. « Le fanage est une tâche que je ne compte pas déléguer car elle doit parfois être réalisée à l’heure près. Faire appel à des entreprises me permet par ailleurs d’avoir du matériel sophistiqué et très précis. La main-d’oeuvre expérimentée qui intervient, travaille avec rapidité et qualité. Il est difficile d’être performant avec un usage ponctuel du matériel. J’ai affaire à des équipes très sérieuses. Je suis donc certain que le travail demandé sera effectué en temps et en heure. » Faisant effectuer les travaux nécessitant de la puissance par l’intermédiaire d’entreprises, Emmanuel Savary est très peu équipé en matériel. Deux tracteurs, unvieux 50 et un 80 ch suffisent. Le 50 ch sert à la distribution du foin l’hiver, environ 200 heures par an. Le 80 ch effectue le fanage, l’andainage et permet de remorquer la bétaillère pour un total de 1100 heures par an. « Si je calcule ce que me coûteraient l’amortissement, l’entretien, le carburant et la main d’oeuvre pour réaliser ces travaux moi-même, je ne me pose pas de questions. Je pense avoir une exploitation plus viable de ce fait. »

Un bâtiment pour ses animaux

Le fait de déléguer les travaux des champs « me permet de dégager du temps pour me consacrer à mes bêtes. De plus, n’ayant pas à investir dans du matériel onéreux, j’ai pu construire une stabulation tout bois avec un couloir arrière pour observer plus facilement mes animaux, ainsi qu’un hangar de stockage pour le foin, en 2003. J’ai préféré m’équiper en bâtiments pour mettre fin au plein-air, plutôt qu’en tracteur de grosse puissance. Construire ces bâtiments, c’était investir pour de meilleures conditions de travail, pour permettre une meilleure surveillance des vaches, notamment au moment du vêlage. Je n’ai plus à leur courir après, la nuit, dans les pâtures durant la période de vêlage. Je suis satisfait d’avoir choisi un bâtiment plutôt qu’un tracteur surpuissant », conclut l’éleveur.

Chiffres clés

■ Travaux par tiers :
- fumier : 2688 €
- fauche : 5272 €
- bottelage (1 410 balles + 110 en enrubannage) : 3 318 €
- débroussaillage : 795 €
- autres (curage fossé, nettoyage stabulation...) : 2910 €
■ total délégation : 11 667 €
■ Coûts de fioul : 3 200 €
■ Coûts d'entretien du petit matériel : 3 757 €

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Matthieu Fages achète une moyenne d’un taureau salers par an dont certain en copropriété en accordant une importance particulière au caractère à l’image de Milan, 6 ans, (Fervent/Odon/Onyx) indexé à 115 en Isevr. Il est né au Gaec de la colline d’Urfé dans la Loire et acheté à la station de Saint Bonnet de Salers. © F. d'Alteroche
[De conseiller à éleveur ] « J’applique chez moi mes conseils pratiques »
Aux confins du Cantal et de l’Aveyron, Matthieu Fages a repris l’exploitation familiale en 2011 après avoir été salarié à Bovins…
Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
De nouveaux index de synthèse plus lisibles arrivent pour le troupeau allaitant
REPRO, VELAGE, FORMAT,...en tout six index "techniques", chacun correspondant à un grand thème d’aptitudes, seront livrés fin…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande