Aller au contenu principal

« J’aime les vaches efficaces »

Jean-Marc Cazillac est animateur génétique à l’UALC et spécialisé sur la race Limousine. C’est aussi un passionné de photos et pas seulement de bovins !

100% Haut-Viennois

À force de parler des origines des bovins, j’ai voulu en savoir davantage sur les miennes ! Je me suis pris de passion pour la généalogie. J’ai fouillé les registres pour remonter les branches de mon arbre généalogique sur parfois dix générations. Dans l’état actuel de mes recherches, tous mes ancêtres sont natifs de Haute-Vienne.

Photos 

J’ai toujours aimé la photo. Des clichés de vaches, j’en ai des milliers, de toutes les races et dans toutes les situations. J’aime aussi photographier la montagne ou les gestes sportifs en cherchant à immortaliser des attitudes, des expressions ou un beau mouvement. Pour cela, je vais voir mon fils jouer au rugby et j’aime aussi promener mon appareil sur les cours de tennis et les concours hippiques.

Le plus de vaches au m2

Le Sommet de l’élevage est le salon où il y a le plus d’allaitantes au mètre carré ! On y discute « affaires » et on prend plaisir à se retrouver avec les collègues des autres races. L’ambiance est particulière, très conviviale. Il y a un côté « terroir » dans le bon sens du terme que j’apprécie vraiment.

Parallèle chêne-bovin

Lors de mes études à l’Enita de Dijon (actuellement Enesad), j’avais suivi une formation sur la forêt. On nous avait expliqué comment les chênes récoltés actuellement sont issus de glands semés au moment de la Révolution et que ceux plantés actuellement seront bons à abattre dans 200 ans. Cela m’avait frappé. En élevage on raisonne sur des délais très différents, mais c’est un peu la même chose. On prépare la génétique qu’utiliseront nos enfants. D’où la nécessité de savoir anticiper sur nos besoins de demain.

Création et suivi

Mon travail associe création et suivi du programme collectif de sélection des taureaux d’IA et appui aux coopératives de mise en place pour promouvoir les taureaux de ce même schéma. Automne et hiver sont consacrés aux portes ouvertes, aux visites d’élevages et aux plannings d’accouplements. Printemps et été sont davantage consacrés au suivi des descendances en cours d’évaluation à la station de Moussours en Corrèze. Les vaches que je vois en station au quotidien sont les sœurs de celles qui vêleront quatre ou cinq ans plus tard dans les élevages. C’est dans un sens tous les jours un voyage vers le futur.

Gène « vache »

Mes parents n’étaient pas éleveurs, mais mes grands-parents maternels l’étaient. Mon grand-père avait des Limousines dont j’ai retrouvé quelques photos que je conserve précieusement. Il est décédé l’année de ma naissance et ma grand-mère a poursuivi l’exploitation avec quelques laitières et du maraîchage. Je me souviens de ses Frisonnes…

Diversifier et préserver

Quand je fais un planning d’accouplement, je n’hésite pas à utiliser jusqu’à 20 taureaux s’il y a 100 femelles à accoupler et j’ai donc régulièrement recours à des taureaux souvent moins utilisés car passés de mode mais à la production confirmée. Il est important de diversifier les origines et préserver certains courants de sang minoritaires. Si tout le monde utilise au même moment un nombre limité de reproducteurs, cela peut restreindre cette diversité.

Rester poli

Bien des Parisiens viennent au Salon de l’agriculture comme ils viendraient au zoo. Certains sont désagréables. Sept à huit années consécutives j’ai eu droit à la même dame qui venait nous agresser sur le stand, prétextant que le recours à l’IA empêchait les vaches d’avoir une vie sexuelle épanouie. Il est parfois difficile de rester patient et poli…

Efficaces et productives

J’aime les vaches efficaces et productives. Ma satisfaction professionnelle est d’être avec un éleveur qui face à son lot de génisses issues d’IA ne sait pas lesquelles il va devoir éliminer au vu de leurs performances. Mais trop d’éleveurs donnent pour moi une importance excessive à la morphologie. Le bel animal est loin d’être forcément le meilleur choix pour produire des kilos de la façon la plus économique possible.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande