Aller au contenu principal
Font Size

courrier
Intérêts de saler le foin

Existe-t-il d’autres intérêts au salage du foin que la conservation ? Quel est le dosage que l’on doit mettre et comment faire ?

Le salage du foin a un double intérêt. Il permet de capter le restant d’eau d’un foin qui n’est pas tout à fait à 85 % de matière sèche. Il accélère la dessiccation du fourrage et empêche le développement de moisissures. Deuxième intérêt: il améliore l’appétence. Mais attention de ne pas trop en mettre, car en trop grande quantité, le sel fera boire davantage les animaux et pourra limiter leur consommation de fourrages. Si l’ingestion est limitée, la production en pâtira. Une vache a un besoin en sodium (Na) de 1,5 g/kg MS de ration. 1 kg MS de concentrés apporte environ 0,5 g Na. Pour évaluer la quantité de sel à apporter, il faut connaître la teneur naturelle en sel des fourrages. Les foins de première coupe de plaine — comme en Normandie — contiennent environ 2,5 g Na/kg MS. Les deuxièmes coupes et suivantes tournent autour de 0,5 g Na/kg MS. Les foins d’Auvergne sont riches en sodium (2,7 g Na/kg MS), et les foins des Alpes du Nord sont pauvres en sodium (0,5 g). On peut donc apporter 2,5 à 3,5 kg de sel par tonne de foin, sur un foin à 0,5 g Na. Mais sur un foin à 2,5 g Na/kg MS, on ne pourra pas apporter de sel. Soit on sale (15 kg sel par hectare) sur l’andain, au moment de la fauche, avec une saleuse installée à l’avant du tracteur. Le sel se colle au foin ; il y a moins de perte de sel qu’avec la deuxième méthode. Celle-ci consiste à épandre le sel après la fauche, avec un épandeur à engrais. Ces deux méthodes visent à accélérer la dessiccation du foin au champ. La troisième méthode est de saler à l’entrée de la presse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande