Aller au contenu principal
Font Size

Alimentation
Intégrer l´aléa climatique dans le choix du système fourrager


« Au-delà des événements climatiques exceptionnels, pour lesquels il faudra nécessairement faire des achats de fourrage et de paille, il faudra davantage intégrer les aléas climatiques dans le conseil stratégique », a exposé André Pfimlin de l´Institut de l´élevage lors des journées de l´Association française pour la production fourragère fin mars. Il s´agit d´améliorer la robustesse du système fourrager ou du système d´alimentation, c´est-à-dire sa capacité à encaisser des variations des différents éléments qui le composent.
La paille et le foin stockés en quantités supérieures constituent une solution pour les systèmes herbagers. ©S. Leitenberger

La paille va devenir plus rare
« Dans les régions de cultures fourragères à base de maïs ensilage et de prairies temporaires, au-delà des silos de report qui constituent une solution efficace mais coûteuse, les sécurités les plus intéressantes restent les cultures à double fin telles les céréales à paille ou le maïs que l´on peut récolter en ensilage ou en grain. » Le sorgho grain ensilé ou les associations dactyle-luzerne peuvent améliorer la robustesse du système.
Dans les régions herbagères strictes, en particulier en montagne, c´est la paille et le foin qui constituent les deux maillons essentiels de la sécurité. « Les anciens estimaient prudent d´avoir un demi-hiver d´avance en foin. En fait, une demi-tonne de foin et une demi-tonne de paille d´avance par UGB pourrait être une solution qui fonctionne bien. » Le surcoût de ces stocks devra être comparé aux assurances calamités de plus en plus fréquentes et coûteuses. « Une solution de gestion collective ou mutualisée pourrait peut-être permettre de réguler les cours et de garantir un approvisionnement en dehors des périodes de moisson. » Car la paille est une matière première probablement appelée à devenir de plus en plus recherchée pour la production d´énergie, de matériau d´isolation, et pour les biocarburants de deuxième génération qui utilisent la plante entière. « Il faut aussi être attentif au fait que certains systèmes herbagers engagés dans des démarches de qualité ou de garantie d´origine limitent le recours à l´ensilage. Il faudra alors sécuriser les systèmes fourragers à partir de prairies permanentes pour ne pas dépendre des achats extérieurs. »
Source : Journées APPF des 27 et 28 mars 2007, Productions fourragères et adaptations à la sécheresse.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande