Aller au contenu principal

Alimentation
Intégrer l´aléa climatique dans le choix du système fourrager


« Au-delà des événements climatiques exceptionnels, pour lesquels il faudra nécessairement faire des achats de fourrage et de paille, il faudra davantage intégrer les aléas climatiques dans le conseil stratégique », a exposé André Pfimlin de l´Institut de l´élevage lors des journées de l´Association française pour la production fourragère fin mars. Il s´agit d´améliorer la robustesse du système fourrager ou du système d´alimentation, c´est-à-dire sa capacité à encaisser des variations des différents éléments qui le composent.
La paille et le foin stockés en quantités supérieures constituent une solution pour les systèmes herbagers. ©S. Leitenberger

La paille va devenir plus rare
« Dans les régions de cultures fourragères à base de maïs ensilage et de prairies temporaires, au-delà des silos de report qui constituent une solution efficace mais coûteuse, les sécurités les plus intéressantes restent les cultures à double fin telles les céréales à paille ou le maïs que l´on peut récolter en ensilage ou en grain. » Le sorgho grain ensilé ou les associations dactyle-luzerne peuvent améliorer la robustesse du système.
Dans les régions herbagères strictes, en particulier en montagne, c´est la paille et le foin qui constituent les deux maillons essentiels de la sécurité. « Les anciens estimaient prudent d´avoir un demi-hiver d´avance en foin. En fait, une demi-tonne de foin et une demi-tonne de paille d´avance par UGB pourrait être une solution qui fonctionne bien. » Le surcoût de ces stocks devra être comparé aux assurances calamités de plus en plus fréquentes et coûteuses. « Une solution de gestion collective ou mutualisée pourrait peut-être permettre de réguler les cours et de garantir un approvisionnement en dehors des périodes de moisson. » Car la paille est une matière première probablement appelée à devenir de plus en plus recherchée pour la production d´énergie, de matériau d´isolation, et pour les biocarburants de deuxième génération qui utilisent la plante entière. « Il faut aussi être attentif au fait que certains systèmes herbagers engagés dans des démarches de qualité ou de garantie d´origine limitent le recours à l´ensilage. Il faudra alors sécuriser les systèmes fourragers à partir de prairies permanentes pour ne pas dépendre des achats extérieurs. »
Source : Journées APPF des 27 et 28 mars 2007, Productions fourragères et adaptations à la sécheresse.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande