Aller au contenu principal

Inondations : « Nous avons travaillé plus de 200 heures pour remettre en état les prairies inondées »

Boris Fétiveau, en système polyculture-élevage dans l’Yonne, a subi deux inondations successives sur ses prairies en mars et début avril 2024. Il raconte le sinistre, le contrecoup, et les travaux qui ont suivi et se poursuivent pour remettre en état les parcelles.

Photo de Boris Fétiveau, éleveur de bovins viande avec des vaches limousines dans l'Yonne
Boris Fétiveau, 40 vaches limousines et 180 brebis dans l’Yonne, 160 hectares dont 30 ha de prairies permanentes
© B Fétiveau

« Mes 30 hectares de prairies permanentes, à Noyers sur les bords du Serein, ont été complètement submergés par deux inondations en l’espace de trois semaines entre mars et début avril. Proches de la rivière, nous avions déjà connu des inondations, mais pas aussi subites, ni d’une telle ampleur. L’eau est montée au-dessus des piquets, à plus d’un mètre cinquante. Nous venions de terminer les clôtures en préparation de la sortie des vaches et de leur suite, car l’herbe avait bien poussé. Le reste de l’exploitation (bâtiments, 100 ha de cultures et 30 ha de luzerne), situé à Moulins-en-Tonnerrois et plus éloigné de la rivière, a été épargné.

 

 
Photo de fils de clôtures dont les fils sont souillés par des dépôts montrant la hauteur des crues subies par cet éleveur bovin viande dans l'Yonne
« L’eau est montée au-dessus des piquets, à plus d’un mètre cinquante », raconte Boris Fétiveau. © B Fétiveau

Il a fallu attendre près de trois semaines avant d’accéder, enfin, à une partie des parcelles et commencer le travail acharné de remise en état. Deux cent quarante heures de travail, avec l’aide de mon père et mon fils, pour remettre les clôtures arrachées et évacuer les débris et déchets charriés par les crues : du bois, de nombreux déchets plastiques (bouteilles, etc.), des roues de mobylettes, et même une tondeuse. Une odeur de fuel persiste sur la prairie, probablement due aux cuves de fuel qui se sont retournées à Noyers.

 

 
Photo d'arbre et de débris retrouvés dans la prairie après les inondations, ici déposés le long de la clôture nouvellement refaite, sur un élevage bovin viande de ...
Refaire les clôtures et évacuer les débris a mobilisé trois personnes et plus de 240 heures de travail. © B Fétiveau

Au 25 avril, nous avons enfin pu mettre à l’herbe une partie des vaches. Les terrains sont mous, et les animaux abîment vite les prés, déjà souillés par les alluvions, mais je suis plus chanceux que mes voisins, qui n’ont toujours pas pu sortir leurs vaches à la fin avril. Dix hectares de prairies sont encore impraticables. Pour récupérer les piquets coincés dans les ronces et nettoyer les débris, je n’aurai pas d’autres choix que de tailler ronces et haies, même si la date limite du 15 avril est dépassée.

 

 
Photo d'une prairie après les inondations dans l'Yonne. L'herbe est souillée par les alluvions déposées par las crues du Serein.
Les prairies sont souillées par les alluvions déposées par les crues. © B Fétiveau

Entre le stock de fourrage sec que j’ai dû consommer en gardant les vaches au bâtiment un mois de plus que prévu, la qualité dégradée de l’herbe, les clôtures à remplacer, et le temps passé à remettre en état les parcelles, j’estime la perte pour l’exploitation à plusieurs milliers d’euros. Les assurances ne prennent rien en charge, mais la commune m’a informé que l’État prend le relai, car les inondations sont reconnues comme catastrophes naturelles. Je vais donc déclarer le sinistre dans ce sens. Je ne sais pas quel sera le montant des indemnisations. »

Les plus lus

Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises situé à Ceyrat dans le Puy-de-Dôme
Astuce d'éleveur : des piquets fixés par du sable dans des manchons de PVC

Situé en zone pavillonnaire, Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises, a dû tenir compte des contraintes…

semis maïs
Maïs fourrage : quelles peuvent être les conséquences du retard des semis ?

Les semis de maïs sont retardés dans beaucoup de secteurs de polyculture-élevage par l'excès d'eau. A partir de fin mai début…

L’objectif du projet était de concentrer l’activité sur un seul site pour le troupeau mère. De gauche à droite, Martine et Gérard Chassang, Vincent Charbonnel, ...
Bâtiment d’élevage : « Nous avons modernisé et agrandi une ancienne stabulation pour améliorer notre confort de travail »

Le Gaec Chassang, dans le Cantal, a opté pour la modernisation et l’agrandissement d’une ancienne stabulation. Le projet…

Gaec Picauville élevage de parthenaises dans les Deux-Sèvres
« Nous cherchons à exprimer le plein potentiel de nos parthenaises »

Dans les Deux-Sèvres, Charlotte et Mathieu Picauville mènent d’une main de maître leur troupeau de 200 mères parthenaises…

FRED
Prairies : « Nous semons le même mélange multiespèces sur toutes les parcelles »

En Meurthe-et-Moselle, le Gaec du Cytise a arrêté son choix sur un unique mélange de cinq espèces pour ses prairies…

ferme expérimentale de Thorigné-d'Anjou dans le Maine-et-Loire
Portes ouvertes : plus de 1 300 visiteurs à la ferme de Thorigné d’Anjou

Jeudi 16 mai dernier, la ferme expérimentale de Thorigné d’Anjou a ouvert ses portes pour présenter les résultats des nombreux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande