Aller au contenu principal

Giuseppe Pantaleoni, président de KBS Genetic
« Il faut suivre les évolutions du marché »

Développer les exportations d’animaux reproducteurs nécessite de produire des animaux dont les aptitudes sont en phase avec les attentes des différents clients. Avis d’un exportateur.

Basée en Haute-Vienne, la société KBS génétic fait partie des principaux exportateurs français de reproducteurs bovins. Son activité concerne la plupart des races allaitantes mais repose d’abord sur la Limousine.
© F. d'Alteroche
Dans quels pays se situent vos principaux clients ?
Giuseppe Pantaleoni - En 2016, KBS Genetic a exporté des reproducteurs bovins dans 19 pays et a pratiquement doublé son activité comparativement à 2015. Nous avons bien travaillé sur l’Est de l’Union européenne (République tchèque, Slovaquie, Roumanie, Pologne, Hongrie…), sans négliger des pays (Italie, Espagne, Grande-Bretagne, Irlande, Allemagne…) où les races françaises sont déjà utilisées depuis de nombreuses années. Nos exportations reposent d’abord sur les animaux vivants. Semences et embryons arrivent loin derrière. L’an dernier, nos activités se sont élargies à d’autres espèces. Nous avons par exemple vendu près de 1000 chevrettes laitières en Russie.

Le retour de la FCO pénalise nos activités. Certains clients seraient prêts à signer mais les contraintes sanitaires font que nous sommes dans l’impossibilité de conclure certains marchés. C’est le cas de la Turquie où  — qu’il s’agisse du maigre ou des reproducteurs — d’autres pays vendent à notre place.

Comment évoluent les attentes de vos clients ?
G. P. - Des pays comme l’Irlande ou la Grande-Bretagne privilégient depuis une dizaine d’années les aptitudes bouchères et recherchent en particulier pour la Limousine des animaux d’un type viande extrême. Cela pénalise les qualités d’élevage mais leur objectif est souvent de faire naître des reproducteurs très conformés par la suite utilisés en croisement.

Dans les pays de l’Est de l’UE, nos clients peuvent être des agriculteurs, mais ce sont souvent des industriels ou des financiers. Ils ont choisi d’investir dans l’élevage afin de diversifier leurs activités. Dans ces pays sans tradition d’élevage allaitant, les troupeaux sont confiés à des salariés. Il convient de les orienter sur des animaux faciles à conduire afin de ne pas prendre le risque de les décevoir, en particulier au moment des vêlages. Globalement ces investisseurs connaissent les aptitudes des races françaises. Quand nous commençons à discuter, ils ont déjà étudié le sujet. Internet est très utilisé.

Quels sont les principaux concurrents de la génétique française dans les pays de la moitié Est de l’Europe ?
G. P. -  C’est d’abord et avant tout l’Angus, avec des animaux provenant d’Amérique du Nord mais aussi d’Allemagne. Les qualités d’élevage et le format de l’Angus sont des atouts pour les systèmes allaitants classiquement mis en place (grands troupeaux, peu de surveillance, systèmes très herbagers …). Heureusement pour nous, l’Angus produit une viande grasse, souvent peu en phase avec les exigences des consommateurs européens.

Mais la force de l’Angus c’est aussi le savoir-faire pour appuyer sa promotion. Quand les délégations nord-américaines arrivent dans un pays pour mettre en avant les produits et services qu’elles sont chargées de promouvoir, elles sont toujours fortement appuyées par les différentes autorités politiques et incluent dans leurs rangs des personnes en charge de la promotion de l’agriculture et de l’élevage. Ils vendent des avions, des équipements, des solutions informatiques … mais également des bovins. Ils proposent le pack complet !

Comment mieux positionner l’offre française ?
G. P. - Il faut d’abord sélectionner des animaux faciles à élever. C’est vrai pour les besoins de nos clients étrangers. Cela l’est tout autant pour les besoins des éleveurs français. Attention aux animaux au format trop conséquent. Mettre en avant sur les podiums des concours des taureaux Limousin de 1500 kilos et 1,80 m au garrot ne facilite évidemment pas la sélection de vaches qui vêleront par la suite sans aucun souci. Qui plus est, ces animaux « grandissants », tardifs, avec des ossatures importantes ne sont pas les mieux armés pour s’adapter à toutes les situations. Il faut coller au marché, suivre ses évolutions et revenir à un modèle d’animaux plus adaptés avec en particulier davantage de précocité.

Attention aux formats trop conséquents

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Pac: les aides aux bovins allaitants et laitiers revalorisées pour la campagne 2020
Le montant unitaire de l'aide aux bovins allaitants est revalorisé à 171,25 euros par vache (au lieu de 166 euros) pour les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande