Aller au contenu principal

Jean-Michel Jolly, formateur
"Il faut se donner les moyens d´avoir un bon chien »

«Dresser un chien, c´est y consacrer du temps, le faire travailler régulièrement et avoir de la patience. » Entretien avec Jean-Michel Jolly, formateur agréé par l´Institut de l´élevage


Eleveur, Jean-Michel Jolly assure des formations à l´utilisation de chiens de troupeau dans l´Est et le Sud-Est de la France. La finale nationale, à Bozouls dans l´Aveyron au mois d´août, qui réunit les meilleurs conducteurs de chiens de troupeau, a été l´occasion de faire le point avec lui sur ce qu´il faut faire et ne pas faire avec un chien.
Travailler efficacement avec un chien est-il à la portée de tout éleveur ?
Jean-Michel Jolly - Oui bien sûr. Il y a des personnes un peu plus douées que d´autres, mais les deux tiers des gens qui étaient à ce concours n´auraient jamais parié, il y a quelques années, qu´ils participeraient un jour à une finale. Mais ils se sont motivés un peu plus au dressage et à l´utilisation du chien.
Comment faut-il s´y prendre pour réussir le dressage et bien utiliser un chien de troupeau ?
J.-M. J. - Tout d´abord, il faut avoir envie d´avoir un bon chien et s´en donner les moyens. Ca veut dire acheter un chiot d´une très bonne lignée. C´est comme pour un taureau. Il faut le prendre chez quelqu´un qui a des chiens qui travaillent bien. Ensuite, il est indispensable de se former à l´éducation et au dressage. Pour un éleveur, ça demande quelquefois des changements de comportement. Quand on n´a pas de chien, on court et on fait plutôt fuir les animaux devant soi. Alors que le chien est là pour arrêter la fuite des animaux et les rapprocher vers l´homme. Par le dressage, le maître va rendre utilisable les aptitudes naturelles du chien.
A Bozouls, Jean-Michel Jolly a fait le parcours de la finale avec les cinquante génisses et deux de ses chiens. Une démonstration magistrale. ©B. Griffoul

Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ?
J.-M. J. - Les deux grandes erreurs à éviter, c´est de laisser le chien libre, que tout le monde s´en occupe, et commencer trop jeune sur des vaches. Il peut recevoir des mauvais coups et va prendre de très mauvaises habitudes. Il y a toute une chrOenologie dans l´éducation et le dressage. On lui apprend d´abord à marcher en laisse, à revenir quand on l´appelle, à se coucher, à stopper. Quand le chien a sept ou huit mois, on commence à le faire travailler sur un petit lot de génisses. On lui apprend à encercler les animaux, la gauche, la droite, le positionnement midi, c´est-à-dire qu´il aille se mettre à l´opposé du maître pour arrêter la fuite. Il faut de la patience, y consacrer du temps et le faire travailler régulièrement.
A partir de quel âge peut-il travailler sur des mères à veaux ?
J.-M. J. - Pas avant deux à trois ans. Et encore faut-il qu´elles aient été habituées jeunes avec le chien. Si elles n´ont jamais vu de chien avant de mettre bas, il ne faut pas y compter. Ca peut être dangereux pour le chien et le pour le conducteur. Il faut deux années complètes pour travailler avec des mères à veaux, le temps que les jeunes vaches dressées au chien rentrent dans le troupeau. Et il faut des chiens de métier. Quand elles ont des veaux, les vaches ne doivent pas se sentir agressées ; le chien doit être très obéissant et se tenir à distance.
Faut-il un chien plus puissant pour travailler avec des vaches allaitantes ?
J.-M. J. - Oui, il faut un chien plus puissant qui doit avoir un excellent mental et un peu de mordant. Les chiens qui travaillent sur vaches allaitantes vieillissent plus vite que les autres car c´est un travail très dur, ils prennent des coups, ils travaillent dans la boue. A 8 ou 9 ans, ils sont déjà vieux. Tous les quatre ans, il faut penser à dresser un autre chien pour ne pas être en panne.

En élevage allaitant, le chien n´a pas beaucoup l´occasion de travailler en hiver. Est-ce un souci ?
J.-M. J. - C´est un vrai problème. Beaucoup d´éleveurs laissent un petit lot d´animaux dehors ou facile à sortir pour faire travailler le chien. Quand il a un bon niveau, il peut travailler dans le bâtiment, par exemple pour pailler. Un jeune chien, en période hivernale, il faut lui faire manipuler des animaux dehors au moins deux à trois fois par semaine, sinon il va oublier ce qu´il a appris. Le pire pour un chien de troupeau, c´est de ne rien faire.
Peut-on « récupérer » un chien qui n´aurait pas été bien dressé en participant à une formation ?
J.-M. J. - Oui, jusqu´à 2 ans, on peut récupérer un chien s´il est génétiquement doué et si le maître n´a pas fait trop d´erreurs. D´ailleurs, souvent, les agriculteurs viennent en formation quand ils ont déjà des problèmes. Ensuite, beaucoup reviennent lorsqu´ils font l´acquisition d´un nouveau chien pour continuer à apprendre.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Malgré un quasi-arrêt en mars et avril, fin juin, le port de Sète avait déjà expédié 40 000 bovins (broutards et génisses laitières). Quelque 121 000 animaux ont été expédiés en 2019 (80 % destinés en Algérie). © Sepab
Export de bovins vivants : l’Algérie permet de maintenir la dynamique des prix
Marché difficile et risqué, l’export de broutards vers l’Algérie reste indispensable pour maintenir une dynamique des prix. Et,…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande