Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Grouper les vêlages permet de gagner des veaux

Le groupage des vêlages sur trois mois permet de produire 11 % de veaux supplémentaires et de gagner un tiers de travail d’astreinte. La concentration des tâches rend plus efficace la conduite du troupeau.

© Infographie Réussir

Rationaliser le travail en élevage permet d’améliorer la productivité. Ce n’est pas nouveau. Mais, une étude de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres vient de l’illustrer de façon criante. Pascal Bisson, conseiller bovins viande, s’est penché avec minutie sur les tableaux de bord des éleveurs de son département (chiffres issus de l’identification et des mouvements d’animaux). En race Charolaise, les élevages qui groupent les vêlages sur trois mois ou moins obtiennent 11 % de veaux (vivants à 90 jours) de plus que les élevages dont les mises bas s’étalent sur au moins huit mois consécutifs. Un chiffre établi sur un nombre important de cheptels, donc représentatif.

Intervalle vêlage-vêlage et mortalité


Deux raisons à ces performances supérieures : l’intervalle vêlage- vêlage (IVV) et la mortalité. Les élevages à vêlages groupés ont un IVV de 371 jours, soit 24 jours de moins que les cheptels à mises bas dispersées. « Cet IVV plus court est la conséquence d’une date de début et fin de reproduction bien définie, analyse Pascal Bisson. Mais, il faut un pourcentage plus important de génisses de renouvellement (+ 5 %) pour sécuriser cette conduite, surtout au début. En se donnant une période de reproduction limitée, on sélectionne sur la voie fertilité et on élimine à terme les lignées les moins fertiles. »
La concentration des vêlages entraîne également moins de mortalité que l’étalement (- 3 %). Plusieurs causes à ce résultat plus favorable. « La pression sanitaire est moins forte car les vêlages durent moins longtemps », indique Pascal Bisson. Les vêlages d’été, majoritaires dans ce groupe d’élevages (50 sur les 62 étudiés), réduisent également les risques sanitaires. « Les conditions de vêlages liées au choix des reproducteurs (63 % de veaux nés d’IA) sont plus favorables, ajoute le conseiller. Mais la mortalité est pénalisée par plus de gémellarité (+ 1,9 %), liée au flushing pratiqué dans ces élevages. Au final, on gagne tout de même trois points de mortalité. » Ces cheptels ont un vêlage par vache présente et par an, tandis qu’en étalant les mises bas, on entretient 110 vaches pour faire naître 100 veaux et donc des animaux improductifs.
Sur les autres races du département (Parthenaise, Limousine, Blonde d’Aquitaine), les écarts sont moins nets. Très peu d’élevages font vêler sur moins de trois mois. Les comparaisons se sont donc faites avec une période de vêlages un peu plus longue. Les résultats restent néanmoins à l’avantage des vêlages groupés : gain d’IVV de 17 à 22 jours et de mortalité de 1 à 2 %, soit un écart de veaux de 3 à 6 % en cumulant les deux critères.


Production de dix tonnes de viande supplémentaires


Sevrer davantage de veaux grâce au groupage des vêlages permet de produire davantage de viande. Pascal Bisson a fait le calcul en reprenant les écarts d’IVV et de mortalité entre les deux groupes d’éleveurs charolais. Sur un cheptel de cent vaches présentes, la simulation montre que grouper les vêlages sur moins de trois mois permet de produire dix tonnes supplémentaires de viande vive par rapport au même cheptel qui étalerait ses mises bas sur plus de huit mois. Un tonnage qui représente 45 kilos de plus par UGB. À 2,3 euros le kilo de viande vive, ces dix tonnes permettent largement de couvrir les besoins et les coûts alimentaires un peu plus élevés : il faut nourrir un peu plus d’UGB et à une période (vêlages d’été) qui exige davantage de stocks.
Grouper les vêlages permet aussi de gagner du temps. Des enquêtes travail ont montré que les éleveurs qui ont concentré les vêlages sur trois mois passent 36 % de temps en moins que leurs collègues avec des vêlages dispersés pour s’occuper des animaux (travail d’astreinte). Soit 18 heures 35 minutes par vêlage contre 28 heures et 50 minutes. C’est sur l’alimentation et la surveillance des animaux que se fait essentiellement ce gain. Concentrer les tâches permet d’être plus efficace. Ce groupage des vêlages n’est pas contradictoire avec l’objectif des organisations de producteurs soucieuses d’un étalement de la production : « Faire moins d’actes commerciaux et faire circuler moins de camions dans les fermes est pour eux aussi un gage d’efficacité », souligne Pascal Bisson.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande