Aller au contenu principal

Gestion des risques climatiques : sans un recours « clair et efficace », les éleveurs menacent de ne pas s’assurer

Dans un communiqué commun datant du 9 février 2023, les associations spécialisées d’éleveurs de ruminants de la FNSEA (FNB, FNPL, FNO et Fnec) s’insurgent contre le projet de décret « en circulation » sur les modalités de recours, en cas de désaccord sur les pertes de récolte indicielles sur prairies.

« Si le ministre de l’Agriculture choisit de rester aveugle face aux défaillances criantes de l’outil satellitaire pour évaluer les pertes de prairies, simplement pour ne pas compliquer le travail administratif, alors les éleveurs ne s’assureront pas », menacent les associations spécialisées d'éleveurs de ruminants de la FNSEA dans un communiqué diffusé le 9 février.
« Si le ministre de l’Agriculture choisit de rester aveugle face aux défaillances criantes de l’outil satellitaire pour évaluer les pertes de prairies, simplement pour ne pas compliquer le travail administratif, alors les éleveurs ne s’assureront pas », menacent les associations spécialisées d'éleveurs de ruminants de la FNSEA dans un communiqué diffusé le 9 février.
© Reussir SA

D’après les quatre associations spécialisées d’éleveurs de ruminants de la FNSEA (FNB, FNPL, FNO et Fnec), le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau « pourrait faire le choix de priver les éleveurs de tout recours efficace basé sur des pertes constatées sur le terrain ». Une décision qui serait « injustifiable » selon les éleveurs, qui questionnent depuis de longs mois la fiabilité du système d’évaluation des pertes réalisée par indice satellitaire.

Des dysfonctionnements importants

L’année 2022, avec son lot de chocs climatiques exceptionnels, avait conduit « cinquante départements à demander l’accès au fonds calamités », resituait Bruno Dufayet, président de la FNB, au dernier congrès du syndicat. C’est là que des différences importantes sont ressorties entre le suivi de l’indice Airbus et les enquêtes terrain ».

Alors que l’outil doit être généralisé cette année à l’ensemble du dispositif (échelons public et privé), les éleveurs s’inquiètent des modalités de recours qui s’appliqueront en cas de désaccord sur l’évaluation indicielle.

Ces derniers exigent le droit à « un recours clair et efficace », font savoir les associations spécialisées dans leur communiqué. Ils veulent pouvoir obtenir, « dans des délais courts », une « réévaluation » des pertes basée « sur des évaluations de terrain réalisées sur un réseau de fermes suivies dans le cadre de l’Observatoire national de la pousse de l’herbe encadré par l’Institut de l’élevage ».

Sans la garantie d’une indemnisation à hauteur de leurs pertes réelles, « les éleveurs ne s’assureront pas », affirment les associations spécialisées. Actuellement, l’assurance concernerait moins de 1 % des surfaces en prairies.

Prévue en décembre 2022, la parution du décret a été reportée le temps d’organiser un « groupe de travail flash » qui devait remettre ses conclusions à la fin du mois de janvier.

À lire aussi : Sécheresse, « des expertises de terrain plutôt que des données satellitaires pour les prairies » (27/09/22)

Les plus lus

Camion d'abattoir mobile du Boeuf ethique
L’abattoir mobile du Bœuf éthique vendu aux enchères 152 000 euros

Plus d’un an après la liquidation du Bœuf Ethique, premier outil d’abattage mobile en France, son matériel a été mis en vente…

parage fonctionnel des pieds bovins
Boiteries : « Je me suis formé au parage fonctionnel »

Guillaume Sansoit, éleveur de charolaises dans la Nièvre, a suivi avec un de ses salariés une journée de formation sur le…

L’implantation de la cage est à raisonner pour qu’un homme seul puisse y amener ses bovins en sécurité.
Boiteries : choisir une cage de parage adaptée aux vaches allaitantes

La cage de parage devient un équipement incontournable pour les exploitations touchées par la dermatite digitale. Veillez à…

Les prix d'honneur ont été difficiles à départager au concours de Varennes-sur-Allier (Allier), tenu les 15, 16 et 17 mars en race charolaise. « Une série d'une vingtaine de génisses, aux conformation et qualité de viande hors-normes, s'est particulièrement démarquée. Le lot était très homogène, avec des volumes de carcasse qui dépassaient les 650 kg », rapporte Olivier Chaveroche, responsable au concours.
Bovins de boucherie : les concours de Pâques enregistrent de belles ventes

Après une édition 2023 en demi-teinte, les organisateurs des traditionnels concours de Pâques tirent un bilan plutôt positif…

jeunes bovins charolais boiteries morbihan bretagne
Boiteries : « Nous avons dû jouer sur plusieurs fronts pour lutter contre panaris, Mortellaro et fourbure »

Gwendal Marchand a résolu une bonne partie des problèmes de boiteries sur son exploitation grâce à un audit approfondi avec…

prairie en Gironde
Prairies : la mise à l’herbe encore attendue sur une grande moitié Nord de la France

Les éleveurs devront encore s’armer de « patience » et faire preuve de « réactivité » pour assurer la mise…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande