Aller au contenu principal

Génétique Blanc Bleu : le pourquoi du culard français

Le croisement des vaches Blanc Bleu avec des culards français permet d'améliorer le format et le potentiel de croissance.
Le croisement des vaches Blanc Bleu avec des culards français permet d'améliorer le format et le potentiel de croissance.
© F. d'Alteroche

Pour certains intervenants travaillant dans le petit monde de la génétique blanc bleu, le faible niveau de croissance réalisé par certains animaux de cette race est lié à une sélection qui a donné priorité au développement musculaire. Parallèlement à la progression spectaculaire sur ce volet, le format et les niveaux de croissance ont eu tendance à évoluer en sens inverse. En situations extrêmes, cela se traduit par des animaux à trop faible capacité d’ingestion, tellement exigeants pour la qualité et la densité énergétique des fourrages qu’ils ont tendance à maigrir s’ils sont nourris uniquement d’herbe pâturée. Cette évolution est aggravée par un niveau de consanguinité parfois élevé. Même si ce ne sont parfois que de lointains ancêtres, les taureaux vedettes de la race sont parfois présents à plusieurs reprises dans l’arbre généalogique d’un même animal si on remonte huit ou dix générations en arrière. Au gré des accouplements et des hasards de la génétique, cela se traduit parfois par la naissance de veaux chétifs et malingres alors même qu’ils sont issus de vaches et de taureaux eux-mêmes d’un bon format. Certes il est possible de limiter ces risques en analysant de près les pedigree pour éviter la sur-représentation de certaines lignées. Mais une autre possibilité réside dans l’utilisation du croisement avec des animaux de races différentes mais dont la morphologie est similaire. « Le croisement n’est pas toujours une solution miracle, mais réalisé avec parcimonie et avec les bons taureaux, il est bénéfique dans la majorité des cas. On en a la preuve », estime Benoît Cassart à la fois éleveur, directeur de la fédération des marchands de bestiaux belges et à la tête de Fabroca, une entreprise de commercialisation de semence bovine. Et de prôner pour cela l’utilisation de taureaux culards français Charolais, Parthenais et Rouge des Prés… qu’il propose à son catalogue.

L'avis d'un professionnel

Benoît Cassart est éleveur, directeur de la fédération des marchands de bestiaux belges et à la tête de Fabroca, une entreprise de commercialisation de semence bovine. « Dans les années cinquante, mon grand-père sélectionnait la viande et passait pour un fou, dans les années 80 mon père sélectionnait la taille et la rusticité et passait pour un fou. Aujourd’hui, j’incorpore du sang culard français et je passe pour un fou ! », témoigne t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande