Aller au contenu principal

Gènes Diffusion conduit des projets privés en génomique allaitante

L’entreprise de sélection Gènes Diffusion est impliquée dans les programmes nationaux de génomique en race Charolaise et développe également ses propres projets. Entretien avec Sébastien Landemaine, responsable technique Charolais de Gènes Diffusion.

Sébastien Landemaine : «  Le programme « Vache/Veau » livrera 
ses premiers résultats à l’automne 2014. »
Sébastien Landemaine : « Le programme « Vache/Veau » livrera
ses premiers résultats à l’automne 2014. »
© Sophie Bourgeois

. Comment sont exploités par Gènes Diffusion les résultats de Qualvigène, le programme génomique le plus avancé en races allaitantes ?


Sébastien Landemaine - Nous valorisons depuis trois ans les prédicteurs génomiques issus du programme Qualvigène pour les veaux mâles candidats à l’entrée au contrôle individuel, sur la facilité de naissance, la croissance, le développement musculaire, le développement squelettique, la conformation et le rendement de la carcasse. C’est un outil d’aide à la décision au moment du recrutement des veaux, qui se fiabilise au fil des indexations, mais
ce n’est pas le seul. Il rassure en discriminant les candidats à l’achat.
Un prélèvement d’ADN est réalisé en ferme vers l’âge de 3-4 mois sur 1200 mâles. Nous demandons l’analyse sur environ la moitié d’entre eux pour limiter les coûts, après un tri stratégique sur la facilité de naissance. Tous les animaux du programme « sans cornes » sont aussi évalués sur ces critères génomiques. L’exploitation interne à l’entreprise de sélection
de cet outil génomique nous a permis de réduire d’environ un tiers le nombre d’animaux achetés et évalués au contrôle individuel en station (65 animaux actuellement par an).
Ces informations sont destinées exclusivement à la conduite de notre schéma de sélection. Cependant, nous communiquons les tendances principales à l’éleveur à des fins de connaissance et de sélection interne.
Gènes Diffusion participe aussi aux programmes nationaux Gembal et Degeram.


. Gènes Diffusion a aussi développé depuis 2010 son propre programme génomique Gen’cross, pour des taureaux à muscularité précoce. Comment est-il organisé ? Avez-vous d’autres programmes propres à l’entreprise de sélection en cours de développement ?


S. L. - Depuis 2013, Gènes Diffusion diffuse les premiers taureaux charolais génomiques au sein de la gamme Gen’Cross. Il s’agit de taureaux destinés spécifiquement au croisement sur races laitières et rustiques. Une indexation génomique privée est réalisée sur les caractères poids de naissance, conditions de naissance, taille, musculature, finesse d’ossature, mais aussi sur la couleur de robe et l’uniformité de robe. Trois taureaux
de cette gamme, de la catégorie « atout vêlage », sont très favorablement notés pour le poids de naissance et les conditions de naissance. Trois autres taureaux, de la catégorie « atout production » le sont sur la taille, le potentiel, et un compromis muscle-naissance. Les trois derniers taureaux composent « l’atout muscle » où l’indicateur génomique muscle est maximum.
Gènes Diffusion a conduit d’autre part depuis 2010, sur plusieurs milliers de couples mère-veau dans 400 élevages de son territoire, le programme « Vache/Veau ». Il porte sur de nombreux caractères de morphologie et de comportement autour du vêlage de la vache et du veau en race Charolaise. Les premiers résultats sont attendus pour le second semestre 2014.


. Des tests sont directement accessibles aux éleveurs sur le caractère culard et le caractère « sans cornes ». Comment cela se passe-t’il ?


S. L. - Depuis l’automne 2013, Gènes Diffusion propose aux éleveurs un test permettant de déterminer le statut des animaux charolais sur le caractère culard. Il s’agit de connaître et gérer le caractère culard en race Charolaise.
Il est important de concevoir que la présence d’un seul allèle du gène (cas des animaux hétérozygotes) est favorable : bon niveau génétique en qualités maternelles, performances
en engraissement et qualité de la viande accrues, sans impact sur les conditions de naissance et la mortalité entre 0 et 10 jours des veaux.
Les résultats à la plateforme génomique de Gènes Diffusion Institut Pasteur de Lille sont envoyés aux éleveurs dans les 15 jours. Le prix du test est compris entre 19 et 29 euros selon le nombre de tests commandés et selon le stockage ou non d’ADN pour d’éventuelles analyses ultérieures (banking d’ADN). Nous proposons un kit de prélèvement d’ADN par l’éleveur sur des poils arrachés avec leurs bulbes (et surtout pas coupés) à l’extrémité de la queue de l’animal. Il facilite et sécurise le prélèvement et rend autonome l’éleveur. Il est basé sur la technologie qPCR (PCR en temps réel).
Des tests sont d’autre part proposés aux éleveurs pour connaître le statut sans cornes des animaux, hétérozygote ou homozygote, et le statut porteur ou non du gène « cornes branlantes ». Et d’autres tests seront proposés à l’avenir aux éleveurs, notamment dans le cadre du projet « Vache/Veau ».

Une plateforme génomique multi-espèce

Gènes Diffusion a développé dès 2009 sa propre plateforme génomique, hébergée à l’Institut Pasteur de Lille. Elle propose aux éleveurs, aux entreprises de sélection, aux coopératives d’IA… des services d’extraction et purification d’ADN, génotypages à haute et moyenne densité, bio-banking, PCR et qPCR, collecte et analyse des données, valorisation des données. La plateforme a été agréée officiellement pour alimenter le modèle français d’indexation génomique. Elle a été créée pour les races laitières et allaitantes, mais elle est apte à travailler sur d’autres espèces animales, végétales, voire pour la santé humaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande