Aller au contenu principal

Filière viande : dire plutôt que laisser dire

Les éleveurs bénéficient d’une bonne image de la part du grand public, mais ne sont pas suffisamment pro-actifs pour faire connaître la façon dont ils travaillent.

Les artisans bouchers sont souvent jugés favorablement par le grand public.
Les artisans bouchers sont souvent jugés favorablement par le grand public.
© Emilie Durand

" Le grand public a de vous une image beaucoup plus positive que vous ne le pensez », expliquait Cécile Coutheillas de l’agence de communication « Ailleurs exactement » devant un public d’éleveurs lors de l'assemblée générale 2014 de Socaviac, l’une des coopératives membres du groupe Feder. Les éleveurs ne sont pas les seuls acteurs de la filière à bénéficier d’un a priori positif. Les artisans bouchers sont eux aussi souvent jugés favorablement par le grand public. C’est en revanche moins vrai pour la grande distribution. « Quant au secteur de l’abattage et de la transformation, c’est le trou noir. On touche là quelque chose de sensible sur lequel il est très délicat de communiquer. » Selon cette spécialiste des médias, les acteurs de la filière viande gagneraient à être plus pro-actifs pour conforter leur image et défendre leur secteur d’activité. « Il ne faut pas vous laisser voler la parole alors que vous avez des choses à dire. N’hésitez pas à faire preuve de pédagogie pour expliquer ce qui fait la réalité de votre métier. Si vous ne le faîtes pas vous-mêmes, d’autres se chargeront de le faire à votre place. » Et Cécile Coutheillas d’insister sur l’importance d’être davantage présents sur Internet, où circulent de nombreux messages défavorables au monde de l’élevage, lesquels cherchent souvent à culpabiliser les consommateurs de produits carnés. Les militants pro-végétariens sont très actifs et organisés sur le net, en particulier via les réseaux sociaux et forums de discussion où ils incitent à consommer moins de viande ou à ne plus en consommer du tout.

Partir à la rencontre des acteurs de la filière viande


Pour aller à l’encontre de ce phénomène et mieux faire connaître le secteur de l’élevage et ses partenaires de l’aval, Cécile Coutheillas a donc rappelé qu’Interbev va mettre en avant ces métiers à l’occasion des rencontres « Made in viande ». Elles auront lieu partout en France du 25 au 31 octobre 2014. De l’étable à la table, plus de 2500 portes seront ouvertes à la curiosité des consommateurs : élevages, centres d’allotement, marchés aux bestiaux, ateliers de découpe et de transformation, restaurants, grandes surfaces, boucheries…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande