Aller au contenu principal

Faciliter la distribution des rations

La distribution des rations dans les bâtiments est l'une des principales composantes du travail d'astreinte. Cette tâche est de plus en plus souvent mécanisée et même parfois robotisée. Tour d'horizon de différentes solutions.

Mélangeuse Vmix plus de BvL, de 15 m3 à deux vis verticales, dotée de son propre système de chargement.
Mélangeuse Vmix plus de BvL, de 15 m3 à deux vis verticales, dotée de son propre système de chargement.
© S. Bourgeois

Gagner du temps et limiter la pénibilité. Pour répondre à ces objectifs, la plupart des éleveurs de bovins ont opté pour une mécanisation accrue des différentes tâches liées à la conduite de leur troupeau. Pour distribuer les rations, l'évolution de la dimension des cheptels associée à la modernisation des bâtiments d'élevage a permis à la mélangeuse tractée de multiplier le nombre de ses adeptes. Cet engouement a été favorisé par la volonté de confectionner des rations plus économiques mais aussi mieux équilibrées en y incorporant le maximum de fourrages grossiers. Attention toutefois à bien raisonner l'utilisation de cet outil surtout si le système fourrager comprend une forte proportion de foin ou d'enrubannage.

De la mélangeuse au libre-service, diverses solutions existent

Parmi les solutions pour se dégager de l'astreinte de la distribution, il y a la délégation à une Cuma mélangeuse automotrice. Economiquement, elle tire son épingle du jeu si les exploitations sont suffisamment groupées. Une autre éventualité est celle des auges mobiles et des pousses fourrages. Mis au point il y a une vingtaine d'années, ce sont des solutions peu répandues dans les élevages français et encore moins dans les exploitations allaitantes spécialisées. La distribution via un robot fait ses premiers pas et a un côté plus futuriste. Quelques rares éleveurs ont choisi d'opter pour cette solution qui sur le territoire français concerne pour l'instant presque exclusivement des élevages laitiers.

Le libre-service est lui classiquement rencontré. Via un râtelier régulièrement réapprovisionné, cette solution est souvent utilisée de façon transitoire dans l'attente de la construction d'un nouveau bâtiment, mais peut correspondre à une stratégie plus pérenne. À condition d'être bien réfléchi, le libre-service à partir d'un silo est bien adapté pour des lots de dimension modestes. Même s'il ne permet pas un rationnement précis, il présente en revanche d'incontestables atouts sur les volets temps de travail et coût de distribution. Il n'est malheureusement pas facile à adapter aux stabulations de grande dimension hébergeant des effectifs très conséquents.

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Bovins Viande de février 2015. RBV n°223, p. 18 à 38.

Au sommaire :

. p. 20 - S'affranchir de la distribution avec un robot d'alimentation - L'alimentation automatisée

. p. 26 - Une automotrice pour gagner en confort et en précision - Au Gaec du Logis dans le Maine-et Loire

. p. 28 - Un désilage par semaine avec des auges mobiles - Pour gagner en temps et en place

. p. 32 - 100 % des fourrages en libre-service - Chez Christophe Rochard

. p. 34 - Des silos en libre-service pour cinquante Salers - Chez Bernard Ginalhac dans le Cantal

. p. 37 - Vingt heures de travail par vache en moyenne - Chambre d'agriculture de l'Aisne

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
Alexandra, Jean-Pierre et leur fils Florian Lannez travaillent en Gaec avec 95 vaches sur 140 ha. Ils sont confrontés aux…
De combien augmente le coût de production de la viande bovine avec la flambée des charges ?
L’Institut de l’Elevage a simulé l’impact de la flambée des charges sur le coût de production du kilo de viande bovine.
Fin de la rétention des jeunes bovins
Depuis fin mars, les sorties de jeunes bovins de type viande sont plus importantes. Elles correspondent à un décalage des ventes…
Alexis Thibault, Gaec de la Vallée des Blondes, 250 mères Blondes d’Aquitaine naisseur-engraisseur, 3 associés, à Le Busseau, dans les Deux-Sèvres
[Bioscurité] « J’utilise une cloche pour protéger les cadavres de bovins adultes»
Alexis Thibault du Gaec de la vallée des blondes dans les Deux-Sèvres a acheté une cloche à cadavres de grande dimension, qui…
Angeline, Thierry et Martin Radiguet. « On n’envisageait pas de passer l’exploitation en agriculture biologique sans finir nos animaux. La bascule est un outil indispensable pour piloter cette phase."
D’un système naisseur conventionnel à un système naisseur-engraisseur bio
Au Gaec des Hautes Broudières à Tourouvre au Perche dans le Perche ornais, le passage à l’agriculture biologique a été synonyme d…
Anticiper un recul des disponibilités en paille en réalisant dès à présent un stock de plaquettes
Le bois plaquette a fait ses preuves pour confectionner la litière dans les élevages cultivant peu de céréales mais disposant de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande