Aller au contenu principal

Abreuver un élevage
Exemple d´une alimentation en eau sur 1500 hectares

200 mères Aubracs, 1500 ha. Au Gaec des Aubracs, dans le Gard, abreuver les bovins au champ représente chaque année une facture d´eau de plus de 3800 euros.


Dans le nord du Gard, le Gaec des Aubracs élève deux cents mères aubracs et leur renouvellement en plein air intégral. Sur les 1 500 hectares de l´exploitation, une centaine seulement est comptabilisée en SAU. Le reste est fait de terres arides ou le troupeau passe six mois par an à partir du mois de mai. « Pour assurer l´abreuvement, nous avons amené l´eau dans tous les parcs depuis le service d´eau grâce à des tuyaux », explique Madame Durand. Trois baquets équipés de flotteurs alimentent chacun des six ou sept lots. « Tous les deux jours, il faut une demi-journée pour parcourir les parcs et surveiller tous ces points d´eau pour détecter les éventuelles fuites. »
L´abreuvement du troupeau compte ainsi, pour environ 3 811 euros (25 000 francs) par an, dans la facture d´eau du Gaec. Pendant l´hiver, les animaux restent près de l´exploitation. Là, des mares artificielles ont été creusées pour l´abreuvement.
©F. d´Alteroche

Légende - Trois à quatre bacs avec flotteurs, branchés sur le service d´eau, alimentent chaque lot de bêtes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
« Egalim 2 est un choc culturel » selon Bruno Dufayet, président de la FNB
Dans les allées du Sommet de l’élevage, le président de la fédération nationale bovine est revenu sur la loi Egalim 2 qui va…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande