Aller au contenu principal

Alimentation
Etudes économiques sur la valorisation des coproduits

Dans les Ardennes, une drêche de blé déshydratée à moins de 215 ?/t serait meilleur marché qu´un mélange tourteau de soja-blé. C´est ce qui ressot des études réalisées par la chambre d´agriculture de ce département.


La chambre d´agriculture des Ardennes s´est penchée sur les possibilités de valorisation des coproduits par les élevages du département. « Les différents projets d´usines de biocarburants programmés en région Champagne-Ardennes, devraient produire à terme 600 000 tonnes de tourteaux de colza, 80 000 tonnes de pulpes de betteraves et 470 000 tonnes de drêches de blé », indique Joël Martin, auteur de l´étude. Les quantités de drêches qui seront produites par Cristal Union à Bazancourt, dans la Marne, sont estimées à 170 000 tonnes. « En supposant une incorporation maximale par les éleveurs ardennais, toutes productions confondues, près de 25 % des drêches produites sur ce site pourraient être consommées localement, détaille le technicien. L´essentiel de la consommation potentielle se situe dans les zones d´élevage bovin, dans un rayon de 30 à 80 km autour de l´usine. »

L´étude propose aussi un calcul des prix d´opportunité pour les coproduits bientôt disponibles. « En se basant sur un prix du tourteau de soja de 260 ?/t et 180 ?/t pour le blé, et compte tenu des valeurs alimentaires supposées, une drêche de blé déshydratée apparaît meilleur marché qu´un mélange tourteau de soja-blé équivalent si elle coûte moins de 215 ?/t. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
« Egalim 2 est un choc culturel » selon Bruno Dufayet, président de la FNB
Dans les allées du Sommet de l’élevage, le président de la fédération nationale bovine est revenu sur la loi Egalim 2 qui va…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande