Aller au contenu principal

Energies renouvelables
Et si vous deveniez producteur d'énergie...

Malgré sa récente baisse, la hausse du prix du pétrole a été un avertissement supplémentaire pour confirmer la nécessité de réduire notre dépendance envers les énergies fossiles. La production d’énergies renouvelables a donc le vent en poupe. Et l’agriculture dispose de nombreux atouts sur ce volet.

Bois, éolien, biogaz ou photovoltaïque, les agriculteurs sont bien placés pour profiter du développement des énergies renouvelables.
Bois, éolien, biogaz ou photovoltaïque, les agriculteurs sont bien placés pour profiter du développement des énergies renouvelables.
© F. d'Alteroche

Une grande partie de l’énergie aujourd’hui utilisée dans le monde provient de gisements de combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz) ou d’uranium. Ces stocks d’énergie potentielle ont été constitués au fil des âges et de l’évolution géologique de notre planète. Disponibles en quantités limitées, ce sont des énergies épuisables. Par opposition, les énergies fournies par le soleil, le vent, les chutes d’eau, la croissance des végétaux, les marées, la chaleur de la terre sont renouvelables. Pendant une bonne partie du vingtième siècle, un pétrole très bon marché et facilement accessible n’a pas incité à investir dans les énergies renouvelables. Il a fallu attendre les hausses significatives du prix du baril pour faire évoluer les choses. Certes, après avoir atteint des sommets en début d’été, le prix du pétrole a très nettement reflué ces dernières semaines. Fin octobre, il avoisinait les 70 dollars le baril contre 140 en juillet.Tout laisse cependant à penser que cette situation n’est que transitoire compte tenu de l’évolution de la démographie mondiale et donc de l’accroissement des besoins en énergie. Le développement des énergies renouvelables a donc le vent en poupe et les agriculteurs sont particulièrement bien placés pour en profiter. Les garanties de prix de rachat de l’électricité par EDF génèrent actuellement un engouement pour les installations photovoltaïques. Les toits des bâtiments agricoles bien exposés constituent un potentiel de surfaces considérables. Il peut donc être tentant d’investir pour installer des panneaux photovoltaïques afin de s’assurer un complément de revenu sans main-d’oeuvre supplémentaire.

Les agriculteurs sont bien placés

Autrefois utilisée pour transformer le grain en farine, l’énergie éolienne peut elle aussi être transformée en électricité. Certes, les grandes éoliennes qui culminent à 90 mètres de haut représentent un investissement d’un montant prohibitif pour une exploitation individuelle. Il existe cependant des installations de moindre dimension, susceptibles de produire de l’électricité pour un investissement initial plus accessible. La valorisation des fumiers et lisiers dans un objectif de produire du biogaz qui lui-même servira à produire de l’électricité est une troisième voie qui peut permettre à des éleveurs d’être également producteurs d’énergie à partir des différentes déjections de leurs animaux.Très développée en Allemagne, ce type d’installation est encore en nombre confidentiel dans notre pays. Avec une ressource en bois considérable dans la plupart des régions d’élevage bovin, il est bien dommage de se chauffer avec du fioul ou du gaz lorsque l’on est éleveur. Le milieu agricole possède de nombreux atouts pour faciliter l’installation de chaudières à bois déchiqueté. Ces dernières sont techniquement au point. Faciles à utiliser et à approvisionner en combustible dans le contexte d’une exploitation où la ressource en bois est quasiment gratuite et où le gros matériel est disponible, elles contribuent à redonner tout son intérêt au bois comparativement aux chaudières à bûches. Surtout si l’on sait qu’un mètre cube apparent de plaquettes forestières fabriquées à partir d’un peu plus d’un demi-stère de bois est équivalent à 100 litres de fioul sur le plan énergétique avec un prix de revient nettement inférieur. Photovoltaïque, éolien, biogaz, plaquettes de bois, les éleveurs ont donc de nombreuses cartes en main pour devenir également « énergiculteurs ». Ce peut être pour développer une activité complémentaire qui leur permettra de diversifier leurs revenus. Mais ce peut être aussi pour faire des économies en utilisant au mieux les différentes ressources disponibles sur leurs exploitations. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande