Aller au contenu principal

Diarrhées néonatales
Enrayer la dynamique de contamination

Les diarrhées néonatales sont une des principales causes de mortalité chez les veaux au cours de leurs premières semaines. Il faut donc se poser les bonnes questions pour limiter leur impact et ne plus les subir.

 Pour l’élevage allaitant, c’est une évidence, un veau en moins, c’est du revenu en moins. Le calcul est simple et le seul objectif que peuvent se fixer les éleveurs, c’est de s’approcher du résultat idéal « une vache par an et par veau ». Pourtant, toutes les enquêtes concordent et montrent que le taux de mortalité est plus élevé dans les 3 premiers mois de vie. La Fédération régionale des groupements de défense sanitaire de Bourgogne l’a montré dans une enquête réalisée entre 2000 et 2003. C’est en 2003 que les éleveurs ont répondu en plus grand nombre (834 réponses). Sur ces résultats, le taux de mortalité de la naissance à 1 mois atteignait 4,7 %; c’est-à-dire que sur cette seule tranche d’âge, on atteignait presque le seuil des 5 % à ne pas dépasser pour la mortalité des veaux en général. Une étude réalisée plus récemment par l’EDE du Puy-de-Dôme, à partir des données IPG, de 2005 à 2008, a montré un taux moyen de mortalité sur les 3 premiers mois de vie, de 6,5 % en élevage spécialisé allaitant. Cette même étude a mis en évidence qu’une exploitation sur 5 est à plus de 10 % de mortalité, et 6 % sont à plus de 15 %! Et dans l’ensemble, ces données sont cohérentes d’une année sur l’autre. C’est un phénomène régulier, qui date d’avant la vague « FCO ». Il est évident que les diarrhées néonatales, si elles ne sont pas les seules en cause dans ces résultats, ont une bonne part de responsabilités. D’ailleurs, là encore les chiffres parlent: en moyenne, on estime à 20 % la proportion de veaux de moins d’1 mois souffrant de diarrhées néonatales. L’enquête réalisée en Bourgogne, citée cidessus, relève quant à elle que 46 % des élevages sont confrontés à cette maladie, qui arrive en tête de liste de l’ensemble des problèmes sanitaires rencontrés les premiers mois de vie : gros nombril (30 %), troubles respiratoires (28 %), autres (22 %). Les diarrhées néonatales, c’est donc une perte sèche liée à la mortalité des veaux. Mais c’est bien plus que cela : au-delà des pertes directes (mortalité, frais vétérinaires), il y a aussi des pertes indirectes : les veaux malades subissent un retard de croissance jamais totalement récupéré. Et puis, il y a l’impact moral.Tous les éleveurs confrontés à une épidémie de diarrhées néonatales le disent : « c’est épuisant et démoralisant ; on passe tout son temps à soigner, sans avoir toujours le résultat au bout ! ». Et enfin, ce temps passé à soigner, on ne le passe plus sur le reste des travaux, et c’est tout le système qui se désorganise ! Pourtant, ce n’est pas une fatalité. Dans tout élevage se crée un équilibre sanitaire, entre les germes présents et la capacité des animaux à se défendre. Les diarrhées font partie des maladies dites multifactorielles. Quand les diarrhées apparaissent, certes, il y a un, ou plusieurs germes en cause. Mais il y a surtout rupture de l’équilibre sanitaire liée à des facteurs favorisants dans l’élevage. Pour réussir à minimiser l’impact des diarrhées, et les prévenir, il y a deux principes : quand la maladie est là, il faut réagir vite, dès les premiers malades, et prendre des mesures visant à rompre la dynamique de contamination et donc à limiter la contamination des veaux à naître ; puis, quand le coup de feu est passé, il faut s’attacher à prendre du recul et à considérer le problème dans sa globalité. L’objectif est alors de mettre le doigt sur les points à risque, qui, dans l’élevage, ont favorisé le déclenchement de l’épidémie, pour éviter que cela se renouvelle. Pour engager cette démarche, il peut être intéressant de faire intervenir une personne extérieure à l’élevage, qui pourra porter un oeil neuf et critique. Car ce travail nécessite souvent la remise en cause de ses pratiques. Ce n’est pas toujours facile à accepter. Mais les éleveurs que nous avons rencontrés et qui l’ont fait ne le regrettent pas.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © F. d'Alteroche
Pac : les différentes options sur la table pour les éleveurs bovins viande
Les services du ministère de l’Agriculture ont présenté mi-mars aux professionnels les différentes options envisagées pour le…
Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Benoît Dazy. "Nos portes sont ouvertes pour nos clients, aux écoles et à toute personne qui en émet le désir afin de partager notre vision de l’élevage." © S. Bourgeois
" Quarante vaches aubracs vendues en direct "
Benoît Dazy s’attache à garder un système ultra simple, avec 40 vêlages en système bœufs et vente directe. Il trouve un bon …
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
FCO : des mesures dérogatoires s'appliqueront avec l'Italie et l'Espagne
La Loi de Santé Animale s'applique à partir du 21 avril 2021. GDS France informe que des accords ont été trouvés avec l'Italie et…
signature du partenariat entre Cloé et Charal ayant eu lieu ce jour (Alexandre RAGUET, Directeur de Cloé et Franck LUCAS, Directeur des Etablissements Charal Metz)
Un contrat Label Rouge "gros bovins" entre Cloé, Charal et Cora
L'union de coopératives Cloé a signé le 7 avril 2021 un contrat tripartite avec les établissements Charal de Metz et Cora. Il est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande