Aller au contenu principal

Diarrhées néonatales
Enrayer la dynamique de contamination

Les diarrhées néonatales sont une des principales causes de mortalité chez les veaux au cours de leurs premières semaines. Il faut donc se poser les bonnes questions pour limiter leur impact et ne plus les subir.

 Pour l’élevage allaitant, c’est une évidence, un veau en moins, c’est du revenu en moins. Le calcul est simple et le seul objectif que peuvent se fixer les éleveurs, c’est de s’approcher du résultat idéal « une vache par an et par veau ». Pourtant, toutes les enquêtes concordent et montrent que le taux de mortalité est plus élevé dans les 3 premiers mois de vie. La Fédération régionale des groupements de défense sanitaire de Bourgogne l’a montré dans une enquête réalisée entre 2000 et 2003. C’est en 2003 que les éleveurs ont répondu en plus grand nombre (834 réponses). Sur ces résultats, le taux de mortalité de la naissance à 1 mois atteignait 4,7 %; c’est-à-dire que sur cette seule tranche d’âge, on atteignait presque le seuil des 5 % à ne pas dépasser pour la mortalité des veaux en général. Une étude réalisée plus récemment par l’EDE du Puy-de-Dôme, à partir des données IPG, de 2005 à 2008, a montré un taux moyen de mortalité sur les 3 premiers mois de vie, de 6,5 % en élevage spécialisé allaitant. Cette même étude a mis en évidence qu’une exploitation sur 5 est à plus de 10 % de mortalité, et 6 % sont à plus de 15 %! Et dans l’ensemble, ces données sont cohérentes d’une année sur l’autre. C’est un phénomène régulier, qui date d’avant la vague « FCO ». Il est évident que les diarrhées néonatales, si elles ne sont pas les seules en cause dans ces résultats, ont une bonne part de responsabilités. D’ailleurs, là encore les chiffres parlent: en moyenne, on estime à 20 % la proportion de veaux de moins d’1 mois souffrant de diarrhées néonatales. L’enquête réalisée en Bourgogne, citée cidessus, relève quant à elle que 46 % des élevages sont confrontés à cette maladie, qui arrive en tête de liste de l’ensemble des problèmes sanitaires rencontrés les premiers mois de vie : gros nombril (30 %), troubles respiratoires (28 %), autres (22 %). Les diarrhées néonatales, c’est donc une perte sèche liée à la mortalité des veaux. Mais c’est bien plus que cela : au-delà des pertes directes (mortalité, frais vétérinaires), il y a aussi des pertes indirectes : les veaux malades subissent un retard de croissance jamais totalement récupéré. Et puis, il y a l’impact moral.Tous les éleveurs confrontés à une épidémie de diarrhées néonatales le disent : « c’est épuisant et démoralisant ; on passe tout son temps à soigner, sans avoir toujours le résultat au bout ! ». Et enfin, ce temps passé à soigner, on ne le passe plus sur le reste des travaux, et c’est tout le système qui se désorganise ! Pourtant, ce n’est pas une fatalité. Dans tout élevage se crée un équilibre sanitaire, entre les germes présents et la capacité des animaux à se défendre. Les diarrhées font partie des maladies dites multifactorielles. Quand les diarrhées apparaissent, certes, il y a un, ou plusieurs germes en cause. Mais il y a surtout rupture de l’équilibre sanitaire liée à des facteurs favorisants dans l’élevage. Pour réussir à minimiser l’impact des diarrhées, et les prévenir, il y a deux principes : quand la maladie est là, il faut réagir vite, dès les premiers malades, et prendre des mesures visant à rompre la dynamique de contamination et donc à limiter la contamination des veaux à naître ; puis, quand le coup de feu est passé, il faut s’attacher à prendre du recul et à considérer le problème dans sa globalité. L’objectif est alors de mettre le doigt sur les points à risque, qui, dans l’élevage, ont favorisé le déclenchement de l’épidémie, pour éviter que cela se renouvelle. Pour engager cette démarche, il peut être intéressant de faire intervenir une personne extérieure à l’élevage, qui pourra porter un oeil neuf et critique. Car ce travail nécessite souvent la remise en cause de ses pratiques. Ce n’est pas toujours facile à accepter. Mais les éleveurs que nous avons rencontrés et qui l’ont fait ne le regrettent pas.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande