Aller au contenu principal
Font Size

Dans le Charolais et l´Aubrac
Encore moins de taurillons maigres cette année

Confrontée à un marché du broutard euphorique, la production de taurillons maigres, qui a déjà fort diminué ces dernières années, risque encore de régresser cette année.


Y aura-t-il cette année autant de taurillons d´herbe sur le marché que l´an dernier ou la baisse qui se poursuit depuis plusieurs années va-t-elle encore s´accentuer ? « C´est la question que tout le monde se pose », avoue Didier Ratery, négociant en Lozère. La plupart des opérateurs s´attendent plutôt à une nouvelle régression de la production. Ce n´est pas l´effet direct du découplage, car les taurillons qui sont repassés à l´herbe ont encore été primés. Mais, plutôt la conséquence du prix très élevé des broutards, ces derniers mois, qui les a « fait sortir plus tôt », selon Michel Roche (L´Européenne). « Les éleveurs, plutôt que de remettre au pré des veaux qui faisaient 400 kg, les ont vendus, confirme Pierre Richard (Deltagro). Les prix étaient tellement bons qu´ils n´ont pas été incités à les repousser. D´ailleurs, les statistiques montrent que, de janvier à avril, il s´est exporté plus d´animaux en Italie. Les gens ont anticipé les ventes. Mais, tout ce qu´on a gagné en début d´année, on va le reperdre en mai et juin ».
Les sorties de taurillons maigres ont été avancées ces dernières années. ©B. Griffoul

Moins d´achats et des ventes anticipées
Difficile néanmoins d´estimer cette baisse. Jean-Baptiste Barré (Charolais Accor) se risque à prévoir « 10 à 20 % » de taurillons maigres en moins cette année après une chute de « 30 % l´an dernier. Parmi les gens qui font du taurillon d´herbe, principalement en Saône-et-Loire, il y a des éleveurs qui pratiquent ce système en tant que naisseur, mais il y a aussi tous ceux qui achètent des broutards en fin d´automne ou dans le courant de l´hiver, les font passer à l´herbe pendant trois ou quatre mois puis les revendent. Au prix où se sont vendus les broutards, ils ont pensé qu´ils ne gagneraient pas leur vie. »
Moins d´achats, des ventes anticipées, moins de taurillons maigres donc, dans les prairies du Charolais. Qu´en est-il de l´autre région qui remet également des broutards au pré pour les pousser jusqu´à 450 kg, à savoir la zone Aubrac ?

La baisse de la production ne date pas d´aujourd´hui non plus, mais de l´effet conjugué de l´abaissement de l´âge exigé par les engraisseurs italiens (16 à 17 mois maximum) et des trois années de sécheresse qu´a connue la région. « Je ne connais plus d´élevages où on conduit les mâles systématiquement en bourrets - l´appellation locale des taurillons d´herbe -, affirme Jean Balguerie (Cemac).
Les veaux les plus précoces, soit les éleveurs les descendent assez tôt de l´estive pour les préparer à une vente d´automne, soit ils restent avec les vaches jusqu´à la fin de la saison et sont vendus dans le courant de l´hiver. Désormais, seuls les plus tardifs repassent à l´herbe au printemps. « Certains font même trois bandes de mâles, ajoute le directeur du groupement aveyronnais. Je constate que peu d´éleveurs ont retardé les vêlages. La production de bourrets est souvent pratiquée par des gens qui montent les vaches à la montagne. Ils ne veulent pas les envoyer en estive avec des veaux trop jeunes. »
Quant à trouver à acheter des broutards tardifs pour les remettre à l´herbe, l´exercice est de plus en plus difficile.

Il ne voit pourtant pas une baisse sensible des effectifs mis en vente cette année sur le coeur de la zone où les systèmes sont calés avec des prairies réservées à cette production. Mais, Didier Ratery, en Lozère, pronostique une diminution de 15 à 20 % car, comme dans le Charolais, des ventes auraient eu lieu avant la mise à l´herbe et les achats auraient été moins nombreux. « Il y aura une très bonne demande dans le haut de gamme à destination d´engraisseurs qui se réservent pour cette production qui tombe en fin d´année et est facile à conduire, pronostique encore le négociant. Mais, la marchandise plus standard sera plus difficile à vendre car elle va sur le marché des broutards où elle est moins valorisée. » Et de prévoir comme dans le Charolais un télescopage des ventes de taurillons d´herbe avec celles des broutards qui seront avancées.
La production de taurillons était la bienvenue à une période où les ventes de broutards étaient au plus bas. Qu´en sera-t-il à l´avenir ? ©B. Griffoul

Une offre insuffisante d´animaux
« Si les prix des broutards légers continuent, ça va encourager les éleveurs à les vendre de bonne heure. Comment se créera l´équilibre de prix ? C´est la question que nous nous posons tous. »
Les premières ventes réalisées vers la mi-mai dans le Charolais laissaient présager une ambiance plutôt euphorique à l´image du marché des broutards, au moins pour le début de la campagne. Jean-Baptiste Barré parlait même de prix « hallucinants qu´on a du mal à comprendre ». De 2,5 à 2,75 euros, voire 2,90 euros le kilo, pour des taurillons de 400 à 450 kilos, avançaient les uns et les autres. Et tous de mettre en garde contre le « déséquilibre de la rémunération dans la filière ».

Des prix qui s´expliquent par une concurrence effrénée face à une offre insuffisante d´animaux sur le marché. Le cheptel allaitant a diminué, la demande des engraisseurs français est soutenue et les Italiens sont contraints par contrat de remplir leurs ateliers. Les prix ne peuvent que flamber. Du coup, les éleveurs, plus tenus de les conserver pour les faire primer, vendaient dès le mois de mai les premiers broutards de 300 kilos qui, habituellement, ne partaient pas avant la fin de l´été.
N´avait-on pas prédit qu´avec la suppression de la PSBM, ce serait le marché qui régulerait les sorties d´animaux ? C´est en train de se vérifier.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande