Aller au contenu principal

Encore 220 000 bovins devront subir le test ESB

Le nombre de tests de dépistage de l'ESB réalisés en abattoir devrait avoisiner 80 000 unités cette année.
Le nombre de tests de dépistage de l'ESB réalisés en abattoir devrait avoisiner 80 000 unités cette année.
© S. Bourgeois/archives

Depuis le début de l’année, seuls les bovins nés avant le premier janvier 2002 sont soumis au test de dépistage de l’ESB, à l’abattoir. Cela ne concerne donc que des animaux de plus de 13 ans. Un effectif de plus en plus limité compte tenu de l’espérance de vie moyenne des vaches dans les élevages. D’après la Base de données nationale d’identification, il y avait le premier janvier dernier environ 220 000 bovins nés avant le premier janvier 2002. Il s’agit à une écrasante majorité de vaches de races allaitantes ou mixtes.

L’an dernier, avant l’évolution de la réglementation, tous les animaux de plus de 72 mois étaient dépistés. Cela a représenté 840 000 têtes en 2013 (chiffres 2014 non encore connus au moment du bouclage de ce numéro). Compte tenu de la pyramide des âges du cheptel bovin français et du taux prévisible d’animaux réformés, le nombre de tests réalisés devrait avoisiner 80 000 unités cette année.

Des conséquences qui inquiètent les abatteurs

« Une telle évolution ne sera pas sans conséquences techniques et logistiques dans l’organisation, la réalisation et la gestion des tests », précise la Fédération nationale bovine. Certains laboratoires auraient d’ores et déjà fait savoir qu’ils cesseraient de réaliser les tests de dépistage. D’autres envisagent de supprimer les équipes de nuit ce qui allongera alors le délai libératoire des carcasses testées, mais également leurs sous-produits. Par ailleurs, afin de réduire les coûts d’acheminement des tests vers les laboratoires, le regroupement sur une seule journée de la semaine de l’abattage des bovins âgés devant être testés est également à l’étude sur certains sites. Les abatteurs s’inquiètent de cette problématique.

Ils s’interrogent également sur l’effet auprès de nos clients potentiels de la persistance de ces tests. Même si cela ne concerne que des effectifs de plus en plus limités, le fait qu’une partie de notre cheptel soit encore dans l’obligation d’être testé signifie que le risque ESB n’est toujours pas écarté. Ce n’est guère vendeur lorsque l’on envisage d’aller chercher de nouveaux clients en particulier dans les pays tiers. Les fédérations d’abattage souhaitent en conséquence que soient examinés les moyens et conditions pour réformer en priorité ces animaux nés avant 2002, afin de réduire la période pendant laquelle le recours au test de dépistage sera nécessaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Vignette
Quand arrive l’heure du vêlage
Différents facteurs influencent la durée de gestation, mais c’est bien le veau qui déclenche lui-même le moment de la mise bas…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Vignette
Voyage au centre de la bouse de vache
La bouse de vache est un écosystème fascinant. Elle intéresse depuis longtemps les entomologistes, scientifiques spécialisés dans…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande