Aller au contenu principal

Encore 220 000 bovins devront subir le test ESB

Le nombre de tests de dépistage de l'ESB réalisés en abattoir devrait avoisiner 80 000 unités cette année.
Le nombre de tests de dépistage de l'ESB réalisés en abattoir devrait avoisiner 80 000 unités cette année.
© S. Bourgeois/archives

Depuis le début de l’année, seuls les bovins nés avant le premier janvier 2002 sont soumis au test de dépistage de l’ESB, à l’abattoir. Cela ne concerne donc que des animaux de plus de 13 ans. Un effectif de plus en plus limité compte tenu de l’espérance de vie moyenne des vaches dans les élevages. D’après la Base de données nationale d’identification, il y avait le premier janvier dernier environ 220 000 bovins nés avant le premier janvier 2002. Il s’agit à une écrasante majorité de vaches de races allaitantes ou mixtes.

L’an dernier, avant l’évolution de la réglementation, tous les animaux de plus de 72 mois étaient dépistés. Cela a représenté 840 000 têtes en 2013 (chiffres 2014 non encore connus au moment du bouclage de ce numéro). Compte tenu de la pyramide des âges du cheptel bovin français et du taux prévisible d’animaux réformés, le nombre de tests réalisés devrait avoisiner 80 000 unités cette année.

Des conséquences qui inquiètent les abatteurs

« Une telle évolution ne sera pas sans conséquences techniques et logistiques dans l’organisation, la réalisation et la gestion des tests », précise la Fédération nationale bovine. Certains laboratoires auraient d’ores et déjà fait savoir qu’ils cesseraient de réaliser les tests de dépistage. D’autres envisagent de supprimer les équipes de nuit ce qui allongera alors le délai libératoire des carcasses testées, mais également leurs sous-produits. Par ailleurs, afin de réduire les coûts d’acheminement des tests vers les laboratoires, le regroupement sur une seule journée de la semaine de l’abattage des bovins âgés devant être testés est également à l’étude sur certains sites. Les abatteurs s’inquiètent de cette problématique.

Ils s’interrogent également sur l’effet auprès de nos clients potentiels de la persistance de ces tests. Même si cela ne concerne que des effectifs de plus en plus limités, le fait qu’une partie de notre cheptel soit encore dans l’obligation d’être testé signifie que le risque ESB n’est toujours pas écarté. Ce n’est guère vendeur lorsque l’on envisage d’aller chercher de nouveaux clients en particulier dans les pays tiers. Les fédérations d’abattage souhaitent en conséquence que soient examinés les moyens et conditions pour réformer en priorité ces animaux nés avant 2002, afin de réduire la période pendant laquelle le recours au test de dépistage sera nécessaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La production de veaux sous la mère n’a pas vu d’embellie sur ses cours contrairement aux autres productions d’élevage.
Le veau sous la mère subit de plein fouet la crise
Confrontée à la progression des prix du maigre et à l’érosion du nombre de producteurs, la filière veau sous la mère est inquiète…
« On voulait un système de barrière qui nous aide à canaliser des lots de bétail entre des bâtiments. Mais on voulait aussi quelque chose de mobile et facile à déplacer. » expliquent Pierre et Alexandre Coudour. Père et fils ont pour cela mis au point cette barrière de 4 mètres de long contre laquelle peut venir se rabattre deux barrières de 3 mètres soit 10 mètres une fois dépliées. Ce n’est pas pour autant un outil de contention à proprement ...
"J'ai fabriqué une barrière mobile pour canaliser les bovins"
Au Gaec des Belins à Saint-Forgeux-Lespinasse, dans la Loire, une barrière mobile dépliable facile à déplacer aide à canaliser…
Le Gaec Camus Père et Fils s’est illustré lors des 72 heures de la Limousine
  L’édition 2022 du concours national Limousin s’est tenue pour la première fois dans la Sarthe, dans le cadre de la Foire du…
Le marché européen du jeune bovin bien orienté
En Allemagne et en Italie, les cours des jeunes bovins ont entamé leur hausse saisonnière. Entre une offre globalement limitée et…
A côté des baignoires, une partie des abreuvoirs sont métalliques et permettent d’être alternativement utilisés dans deux voire trois pâtures compte tenu de la gestion des lots en pâturage tournant.
De l’eau de forage 365 jours par an pour abreuver les bovins
Installé dans le Puy-de-Dôme, le Gaec Courteix a mis en place un forage en 2010. Il approvisionne tout l’hiver les abreuvoirs des…
Après : Les salers peuvent boire mais n'ont plus la possibilité de patouiller dans le ruisseau. À signaler au centre de la photo, l'aménagement d'un franchissement avec un tuyau en PHED permettant au bétail et aux engins de franchir à sec le ruisseau.
De l’eau propre pour abreuver les bovins sans salir les ruisseaux
L’aménagement de points d’eau en pâture diminue le salissement des ruisseaux et les atteintes à l’environnement en permettant aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande