Aller au contenu principal

Encore 220 000 bovins devront subir le test ESB

Le nombre de tests de dépistage de l'ESB réalisés en abattoir devrait avoisiner 80 000 unités cette année.
Le nombre de tests de dépistage de l'ESB réalisés en abattoir devrait avoisiner 80 000 unités cette année.
© S. Bourgeois/archives

Depuis le début de l’année, seuls les bovins nés avant le premier janvier 2002 sont soumis au test de dépistage de l’ESB, à l’abattoir. Cela ne concerne donc que des animaux de plus de 13 ans. Un effectif de plus en plus limité compte tenu de l’espérance de vie moyenne des vaches dans les élevages. D’après la Base de données nationale d’identification, il y avait le premier janvier dernier environ 220 000 bovins nés avant le premier janvier 2002. Il s’agit à une écrasante majorité de vaches de races allaitantes ou mixtes.

L’an dernier, avant l’évolution de la réglementation, tous les animaux de plus de 72 mois étaient dépistés. Cela a représenté 840 000 têtes en 2013 (chiffres 2014 non encore connus au moment du bouclage de ce numéro). Compte tenu de la pyramide des âges du cheptel bovin français et du taux prévisible d’animaux réformés, le nombre de tests réalisés devrait avoisiner 80 000 unités cette année.

Des conséquences qui inquiètent les abatteurs

« Une telle évolution ne sera pas sans conséquences techniques et logistiques dans l’organisation, la réalisation et la gestion des tests », précise la Fédération nationale bovine. Certains laboratoires auraient d’ores et déjà fait savoir qu’ils cesseraient de réaliser les tests de dépistage. D’autres envisagent de supprimer les équipes de nuit ce qui allongera alors le délai libératoire des carcasses testées, mais également leurs sous-produits. Par ailleurs, afin de réduire les coûts d’acheminement des tests vers les laboratoires, le regroupement sur une seule journée de la semaine de l’abattage des bovins âgés devant être testés est également à l’étude sur certains sites. Les abatteurs s’inquiètent de cette problématique.

Ils s’interrogent également sur l’effet auprès de nos clients potentiels de la persistance de ces tests. Même si cela ne concerne que des effectifs de plus en plus limités, le fait qu’une partie de notre cheptel soit encore dans l’obligation d’être testé signifie que le risque ESB n’est toujours pas écarté. Ce n’est guère vendeur lorsque l’on envisage d’aller chercher de nouveaux clients en particulier dans les pays tiers. Les fédérations d’abattage souhaitent en conséquence que soient examinés les moyens et conditions pour réformer en priorité ces animaux nés avant 2002, afin de réduire la période pendant laquelle le recours au test de dépistage sera nécessaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Beaujolais charolaises
PAC : une coupe dans l'enveloppe des aides couplées bovins viande est envisagée
La Fédération nationale bovine alerte dans un communiqué après avoir découvert la première "copie" de la France pour la prochaine…
 © F. d'Alteroche
Pac : les différentes options sur la table pour les éleveurs bovins viande
Les services du ministère de l’Agriculture ont présenté mi-mars aux professionnels les différentes options envisagées pour le…
De gauche à droite : Jérôme Séguinier, Thomas Gagnepain et Mathieu Haugoubart ont l'habitude de travailler ensemble en Cuma avec d'autres éleveurs. © M. Haugoubart
« Des matières premières haut de gamme à bon prix grâce à l’achat en commun pour complémenter mon troupeau »
À l’EARL Haugoubart dans la Nièvre, des matières premières sont achetées en commun par camions entiers avec un groupe de voisins…
Benoît Dazy. "Nos portes sont ouvertes pour nos clients, aux écoles et à toute personne qui en émet le désir afin de partager notre vision de l’élevage." © S. Bourgeois
" Quarante vaches aubracs vendues en direct "
Benoît Dazy s’attache à garder un système ultra simple, avec 40 vêlages en système bœufs et vente directe. Il trouve un bon …
Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande