Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Exploitations d´élevage
En Saône-et-Loire, un parc mobile «fait maison»

Michel Laurent, éleveur en Saône-et-Loire, a conçu un parc de contention mobile. Ce qui lui permet de manipuler facilement ses animaux dispersés sur son exploitation.


A Givry, en Saône-et-Loire, Michel Laurent conduit un troupeau de 180 Charolaises. Son parcellaire est morcelé et éclaté en plusieurs îlots. Pour faciliter le tri et la manipulation des lots d´animaux, il a conçu puis réalisé un parc de contention mobile qui lui a demandé une bonne semaine de travail et un peu plus de 1500 euros pour l´achat de la ferraille, de l´essieu et des différentes fournitures. Cet outil est opérationnel depuis juin 2000.


Une fois installé, le parc mesure 18 mètres de long
Ce parc est constitué d´un cadre rigide de 7,40 m de long, 2,4 m de large et 2 m de haut. Quand les barrières annexes sont dépliées, mesure 18 mètres de long.
Il est réalisé à l´aide de tubes carrés métalliques de 10 centimètres de côté. Ses dimensions et le poids de la ferraille font qu´une fois posé au sol, il est particulièrement stable. Pour limiter le nombre de soudures, ses côtés sont obturés par des barrières métalliques du commerce. D´autres barrières, par ailleurs polyvalentes puisque également utilisées pour délimiter les cases dans la stabulation, permettent de constituer l´entonnoir qui va faciliter l´entrée des animaux. Un jeu de barrières fixées à l´autre extrémité permet selon les besoins de prolonger ce parc par un couloir de contention mobile ou par une bétaillère. Une barrière intérieure permet au besoin de séparer le parc en deux. Ce qui constitue un parc d´attente pour trier des bêtes.
©D. R.

Légende - Principales dimensions du parc mobile .
Les montants du parc sont en tubes carrés creux de 10 cm de côté. L´essieu porteur est positionné sur l´arrière du parc pour éviter les risques de basculement.
Une demi-heure à deux avec un tracteur et une fourche
Une fois amené dans la parcelle où est situé le lot de bovins à manipuler, le parc doit être installé sur une surface relativement plane et de préférence placé perpendiculairement à une clôture. Une petite demi-heure et un tracteur équipé d´une fourche frontale sont ensuite nécessaires pour retirer le timon et l´essieu amovible.
Voici en quelques photos le bilan d´une convaincante séance de démonstration. Michel Laurent, le concepteur installe le parc, tandis que sa fille Cécilia, qui envisage sérieusement une installation sur l´exploitation familiale, est aux commandes du tracteur.
©F. d´Alteroche

1 - Par l´intermédiaire du timon amovible, il est aisé d´atteler le parc au tracteur en utilisant la barre de relevage. Une fois équipé des différents jeux de barrières, il pèse deux tonnes environ. Pour les transports sur la route, la signalisation est réalisée
par des feux aimantés. L´installation du parc nécessite au moins
deux personnes : une, sur le tracteur et l´autre au sol.
©F. d´Alteroche

2 - Une grosse chaîne reliée au timon amovible permet de soulever l´avant du parc. Il est ensuite facile de faire descendre les pieds coulissants situés dans les deux poteaux avant verticaux. Une fois le parc surélevé grâce aux pieds coulissants de l´avant, le timon amovible est retiré.
©F. d´Alteroche

3 - Le tracteur va ensuite se positionner à l´arrière du parc. L´essieu et les roues porteuses sont désolidarisés du cadre dès que cedernier est soulevé par l´arrière à l´aide de la fourche du tracteur. Il suffit ensuite de faire rouler l´essieu pour le déplacer manuellement. Quand cette opération est effectuée, le chauffeur du tracteur abaisse délicatement la fourche pour faire reposer le cadre du parc sur le sol. A noter que pour plus de sécurité et pour limiter la largeur lors des déplacements, les roues sont placées à l´intérieur du parc.
©F. d´Alteroche

4 - Le tracteur se replace ensuite à l´avant. Comme il l´avait fait
à l´arrière, il soulève le cadre du parc, de façon à ce que les pieds coulissants ne touchent plus terre pour permettre de les replacer à l´intérieur des deux poteaux avant en les faisant coulisser. L´avant du parc est ensuite comme pour l´arrière délicatement reposé sur le sol où il repose désormais bien à plat.
©F. d´Alteroche

5 - Les deux poteaux amovibles suspendus sur le montant horizontal arrière pendant le transport sont ensuite posés sur le sol toujours à l´aide de la fourche du tracteur. Ils sont réalisés à partir de vieilles roues de camion sur lesquelles a été soudé un poteau métallique. Au moment de l´installation du parc, l´endroit sera choisi pour permettre, en ouvrant les barrières puis en les fixant sur ces poteaux, de faire un entonnoir de façon à ce que les animaux s´engouffrent plus facilement dans le parc.
©F. d´Alteroche

6 - On peut prolonger le parc mobile par un couloir de contention lui aussi mobile, ou une bétaillère pour charger des animaux.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Yves Lagorsse est parti d’une idée de son épouse pour imaginer et construire ce parc mobile associant râtelier et cornadis et destiné à bloquer des bovins et intervenir plus aisément sur des lots à l’herbe. Construit il y a une vingtaine d’années avec deux voisins à partir de matériaux de récupération, l’outil est toujours utilisé aujourd’hui. Avec 10,5 mètres de long, « il n’est pas aux normes actuelles pour aller sur la route ». Lorsqu’il ... © E. Durand
Un parc mobile pour intervenir en pâtures
Yves Lagorsse, éleveur en Corrèze (19), utilise un parc mobile depuis plus de vingt ans. Il est très pratique pour intervenir sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande