Aller au contenu principal

Une exploitation, un système
En Lozère, des génisses finies et des broutards primés

Les génisses « Fleur d´Aubrac » ont permis à Denis Bessière de ne pas se contenter de la production de maigre. Cette dernière reste cependant incontournable sur un système 100 % herbager.


Denis Bessière s´est installé en 1992 en reprenant l´exploitation familiale située à côté du village du Buisson dans le nord-ouest de la Lozère. Sur une cinquantaine d´hectares, cette dernière se composait alors d´un troupeau de 25 vaches exclusivement destinées à une production de maigre. Depuis, l´importance du troupeau et la superficie de l´exploitation ont doublé. En parallèle, Denis Bessière a investi dans les bâtiments en accordant une priorité à l´amélioration de ses conditions de travail. Depuis l´automne 99, les 48 places de la stabulation libre « logettes + caillebotis » logent toutes les vaches suitées avec une consommation de paille réduite aux seules cases des veaux et box de vêlage. Il y a 3 ans, les investissements ont porté sur la maison d´habitation. Enfin l´an dernier, la construction d´une grange couplée à quelques cases de stabulation paillée pour les broutards et génisses a permis de désaffecter la vieille étable entravée.
« Nous n´aurions pas autant investi si mon épouse ne travaillait pas à l´extérieur », reconnaît Denis Bessière qui s´avoue satisfait du confort de travail permis par ses nouveaux bâtiments. « L´hiver, il me faut moins de 2 h par jour pour alimenter l´ensemble du cheptel contre quatre l´an dernier lorsqu´il y avait encore la vieille étable. Cela va me permettre de consacrer davantage de temps à la surveillance et aux soins des animaux. »
Ce volet a été le point faible de la dernière campagne de vêlages au cours de laquelle des problèmes de santé ont obligé le jeune éleveur à avoir recours à de la main-d´oeuvre salariée et par conséquent ne lui ont pas permis d´avoir suffisamment l´oeil sur son cheptel. Cela s´est traduit par de mauvais résultats en terme de productivité numérique conséquence directe d´un trop fort taux de mortalité des veaux.
L´autre évolution majeure de ces dernières années est liée à la volonté de diversifier les sources de revenus avec la mise en place d´un petit atelier de production de génisses de boucherie destinées à alimenter la CCP « Fleur d´Aubrac ». Un atelier conforté par un CTE qui fixe à dix têtes par an le nombre minimum d´animaux à produire. Après deux passages à l´herbe, ces génisses sont finies sur une longue période en démarrant l´engraissement peu après la rentrée à l´étable. « Je cherche à ce que le lot puisse bénéficier de bonnes pâtures. Elles sont aussi les premières à rentrer début novembre avant que la qualité de l´herbe ne diminue. » A côté d´un foin appétent disponible pratiquement à volonté, leur régime de finition est basé sur une association orge aplati, plus concentré azoté dont la quantité distribuée augmente progressivement. Les dates de sortie s´échelonnent tout au long du printemps et les dernières partent en juillet à un peu plus de trente mois. « Cette activité de finition m´intéresse. Elle me permet aussi d´éviter d´avoir un système d´exploitation uniquement axé sur la production de maigre. »
Le dernier lot de broutards est vendu en cours d´hiver après une phase de repousse en bâtiment. ©F. d´Alteroche

Évolution prévisible du mode de renouvellement
Même si le cahier des charges ne l´y oblige pas, Denis Bessière tient à ce que toutes les génisses finies sur son exploitation soient également nées chez lui. Or compte tenu de l´inévitable tri à effectuer peu après le sevrage pour avoir dix génisses possédant le poids et la conformation requise pour faire des « Fleurs d´Aubrac » bien valorisées, il doit faire naître une quinzaine de femelles croisées sur son exploitation. Pour parer à un taux de mortalité excessif et à un sex-ratio défavorable, il est indispensable de mettre au moins 35 vaches en croisement charolais, soit plus de 70 % du troupeau. Si ce chiffre permet par la suite d´avoir de bons résultats techniques et économiques sur les ventes de broutards et de génisses grasses, il pénalise en revanche le volet génétique relatif à l´auto-renouvellement en race pure. Le nombre de génisses aubracs nées sur l´exploitation est à peine suffisant pour permettre un taux de renouvellement d´environ 15 %. Conséquence : les génisses de race pure ne sont pas assez triées et trop systématiquement mises à la reproduction.
De plus comme toutes les génisses sont saillies par un taureau aubrac pour leur premier vêlage, la plupart sont issues de primipares, ce qui tend à limiter leur format.
Une évolution qui pourrait devenir préoccupante. Denis Bessière en est bien conscient. Au sein des deux derniers lots, les génisses nées sur l´exploitation sont d´une qualité à peine suffisante pour faire des mères même pour une utilisation en croisement. D´ailleurs, il s´interroge sur la stratégie à adopter pour les années à venir. « Je n´envisage pas d´accroître le nombre de vaches mères et me sens plus d´affinités pour la production de viande que pour la sélection. Ce travail de finition m´intéresse. Est-ce que à terme, je n´aurai pas intérêt à accroître légèrement la taille de mon atelier génisses jusqu´à une quinzaine de têtes par an et parallèlement, conduire en croisement la totalité de mes vaches pour, en contrepartie, acheter à l´extérieur tout le renouvellement ? »
Un changement de stratégie qui aurait aussi l´avantage de simplifier le mode de fonctionnement du troupeau. L´objectif serait de travailler en confiance avec un éleveur du voisinage pour lui acheter chaque année une demi-douzaine de génisses pleines ou de 18 mois, présentant un minimum de garanties tant sur le plan génétique que sanitaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Les atouts du caillebotis pour les vaches allaitantes
Les stabulations intégrant au moins une partie de caillebotis sur fosse sont courantes en élevage laitier, plus rares en système…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande